José Rodrigues dos Santos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
José Rodrigues dos Santos
Description de cette image, également commentée ci-après
José Rodrigues dos Santos en 2016
Nom de naissance José António Afonso Rodrigues dos Santos
Naissance (59 ans)
Beira, Mozambique portugais
Activité principale
Distinctions
Prix du club littéraire de Porto (2009)
Auteur
Langue d’écriture portugais

Œuvres principales

  • Codex 632 : le secret de Christophe Colomb
  • La Formule de Dieu
  • Furie divine
  • L'Ultime Secret du Christ
  • La Clé de Salomon
  • Vaticanum
  • Signe de vie
  • Le Magicien d'Auschwitz
  • Le Manuscrit de Birkenau
  • Crónicas de guerra

José António Afonso Rodrigues dos Santos, né le à Beira, Mozambique Portugais, est un journaliste et écrivain portugais, présentateur phare du journal télévisé de la chaîne publique RTP1.

Il est connu pour avoir sa série de romans mettant en scène l'historien Tomás Noronha, et qui comprend notamment La Formule de Dieu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années en Afrique[modifier | modifier le code]

Natif de Beira dans la province de Sofala du temps de l'Empire Colonial Portugais au Mozambique, il est le fils de José da Paz Brandão Rodrigues dos Santos (1930 - 1986), médecin, et de Maria Manuela de Campos Afonso Matos. Alors qu'il est encore bébé, à 18 mois, sa famille emménage à Tete, où il vivra jusqu'à l'âge de huit ans.

Adolescence[modifier | modifier le code]

À la suite de la séparation de ses parents, il part vivre à Lisbonne avec sa mère mais les difficultés financières de cette dernière l'obligent à repartir vivre avec son père à Penafiel, au nord du Portugal. Son père s'adaptant difficilement au Portugal, ils partent vivre à Macao. Il y crée un journal étudiant qui éveille l'intérêt des responsables d'une radio locale. Cela le conduira à être interviewé par une journaliste nouvellement arrivée à Macao, Judite de Sousa (actuellement journaliste pour la chaîne privée TVI). En 1981, âgé de 17 ans, José Rodrigues dos Santos commence sa carrière de journaliste au sein de Radio Macau.

Carrière de journaliste[modifier | modifier le code]

En 1983, il retourne au Portugal pour étudier la communication sociale à l'Université nouvelle de Lisbonne. Après avoir obtenu son diplôme, il demande un stage à la BBC (British Broadcasting Corporation), la célèbre chaîne de télévision britannique. La réponse est positive, mais il ne reçoit pas de bourse. Il utilise alors l'héritage de son père, décédé depuis, pour effectuer ce dernier durant trois mois.

Il retourne ensuite au Portugal, où il remporte deux distinctions : le prix de l'essai du Club de la presse portugaise en 1986 et le prix du mérite académique du Club américain de Lisbonne en 1987. Grâce à ces qualifications, il est invité par le BBC World Service à travailler à Londres, où il reste trois ans, jusqu'en 1990.

En 1991, il est passé à la présentation du quotidien Telejornal, le programme d'information le plus regardé de la RTP, qui est à l'antenne depuis quarante ans, et est devenu un collaborateur permanent de CNN (Cable News Network), le réseau d'information américain, de 1993 à 2002. Aujourd'hui, il continue à présenter Telejornal.

José Rodrigues dos Santos est titulaire d'un doctorat en sciences de la communication avec une thèse portant sur les reportages de guerre à l'Université nouvelle de Lisbonne, il y'est également professeur.

Outre les prix déjà mentionnés, il a reçu le Grand prix du journalisme en 1994, décerné par le Club de la presse portugais. Au niveau international, il a remporté trois prix CNN : le Best News Breaking Story of the Year en 1994 pour son reportage "Huambo Battle", lié à la guerre d'Angola ; le Best News Story of the Year for the Sunday en 1998 pour son reportage "Albania Bunkers" ; et le Contributor Achievement Award - considéré comme le Pullitzer du journalisme télévisuel - en 2000 pour l'ensemble de son travail,

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié en 1988 avec Florbela Cardoso, il est le père de deux filles : Catarina Cardoso Rodrigues dos Santos et Inês Cardoso Rodrigues dos Santos.

Accusations d'antisémitisme[modifier | modifier le code]

Dans une interview pour l'émission télévisée Grande Entrevista en décembre 2020, Jose Rodrigues dos Santos déclare à propos de la Shoah : « C'était un processus graduel, et à un moment donné quelqu'un a dit : "Ils sont dans les ghettos ; ils meurent de faim ; nous ne pouvons pas les nourrir. Si c'est pour qu'ils meurent, ils pourraient aussi bien le faire de manière humaine. Et pourquoi pas le gaz ?". » La déclaration fut attaquée par des journalistes et des historiens, y compris des experts de la Shoah comme Irene Pimentel. Jose Rodrigues dos Santos répondit qu'à aucun moment il n'avait dit que le gazage des Juifs était « humain ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • (pt) Comunicação, Difusão Cultural, 1992
  • (pt) Crónicas de Guerra I - Da Crimeia a Dachau, Gradiva, 2001
  • (pt) Crónicas de Guerra II - De Saigão a Bagdade, Gradiva, 2002
  • (pt) A Verdade da Guerra, Gradiva, 2002
  • (pt) Conversas de escritores, Gradiva, 2010

Biographies[modifier | modifier le code]

Série Calouste Gulbenkian
  • José Rodrigues dos Santos, L'Homme de Constantinople [« O Homem de Constantinopla »], Gradiva, (ISBN 978-989-616-549-9)
  • José Rodrigues dos Santos, Un millionnaire à Lisbonne [« Um Milionário em Lisboa »], Gradiva, (ISBN 978-989-616-559-8)
Série biographique familiale
  • (pt) José Rodrigues dos Santos, O Anjo Branco : romance [« O Anjo Branco »], Lisbonne, Gradiva, , 678 p. (ISBN 978-989-616-390-7)

Œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Série Tomás Noronha[modifier | modifier le code]

  1. (pt) O Codex 632, Lisbonne, Gradiva, , 552 p. (ISBN 978-989-616-072-2, présentation en ligne).
  2. (pt) A Fórmula de Deus, Lisbonne, Gradiva, , 576 p. (ISBN 978-989-616-139-2, présentation en ligne).
  3. (pt) O Sétimo Selo [« Le Septième Sceau »], Lisbonne, Gradiva, , 504 p. (ISBN 978-989-616-208-5, présentation en ligne).
    Pas de traduction en français du roman actuellement.
  4. (pt) Fúria Divina, Lisbonne, Gradiva, (ISBN 978-989-616-338-9, présentation en ligne).
  5. (pt) O Último Segredo, Lisbonne, Gradiva, , 564 p. (ISBN 978-989-616-446-1, présentation en ligne).
  6. (pt) A Mão do Diabo [« La Main du diable »], Lisbonne, Gradiva, , 592 p. (ISBN 978-989-616-494-2, présentation en ligne).
    Pas de traduction en français du roman actuellement.
  7. (pt) A Chave de Salomão, Lisbonne, Gradiva, , 624 p. (ISBN 978-989-616-602-1, présentation en ligne).
  8. (pt) Vaticanum, Lisbonne, Gradiva, , 608 p. (ISBN 978-989-616-733-2, présentation en ligne).
  9. (pt) Sinal de Vida, Lisbonne, Gradiva, , 656 p. (ISBN 978-989-616-783-7, présentation en ligne).
  10. (pt) Imortal, Lisbonne, Gradiva, , 512 p. (ISBN 978-989-616-917-6, présentation en ligne).
  11. (pt) O Jardim dos Animais com Alma [« Le Jardin des animaux de l'âme »], Lisbonne, Gradiva, , 504 p. (ISBN 978-989-785-092-9, présentation en ligne).
  12. (pt) A Mulher do Dragão Vermelho [« La Femme au dragon rouge »], Lisbonne, Planeta, , 576 p. (ISBN 9789897776168).

Série Francisco Latino[modifier | modifier le code]

  1. Le Magicien d'Auschwitz, Hervé Chopin Editions, 2021 (O Mágico de Auschwitz, Gradiva, 2008), trad. Adelino Pereira, 448 p. (ISBN 9782357205963)
  2. Le Manuscrit de Birkenau, Hervé Chopin Editions, 2021 (O Manuscrito de Birkenau, Gradiva, 2020), trad. Adelino Pereira, 464 p. (ISBN 9782357206076)

Autres[modifier | modifier le code]

  • (pt) A Filha do Capitão, Gradiva, 2004
  • (pt) A Ilha das Trevas, Gradiva, 2007
  • (pt) O Anjo Branco, Gradiva, 2008
  • (pt) A Vida Num Sopro, Gradiva, 2008
  • Spinoza, l'homme qui a tué Dieu, Éditions Hervé Chopin, 2023 ((pt) O Segredo de Espinosa, Planeta, 2023), trad. Catherine Leterrier (ISBN 9782357207141)

Hors fiction[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix du club littéraire de Porto (2009)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]