Sidney Gottlieb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sidney Gottlieb
Portrait de Sidney Gottlieb
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
BronxVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Comté de WashingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation California Institute of TechnologyVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Chimiste et psychiatreVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Central Intelligence AgencyVoir et modifier les données sur Wikidata
Données clés

Sidney Gottlieb, né Joseph Scheider () était un psychologue militaire et chimiste de l'armée des États-Unis d'Amérique connu pour avoir été responsable de programmes de recherches sur les possibilités de contrôle mental à la CIA, dont MKULTRA.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le Bronx de parents juifs émigrés de Hongrie, il soutint un doctorat en chimie au California Institute of Technology spécialisé dans les substances toxiques. Il était bègue et obtint une maîtrise en orthophonie. Malgré un pied-bot il pratiqua la danse folklorique toute sa vie.

Il rejoignit la CIA en 1951. En tant qu'expert des poisons, il dirigea la branche chimie des services techniques (Technical Services Staff, TSS), disposant de 6% du budget opérationnel de la CIA, sans avoir de compte à rendre à ses supérieurs. Il gagna les surnoms de « Sorcier Noir » ou de « Sale Escroc ». Il supervisa la préparation de poisons mortels et des expériences de contrôle mental.

MK-ultra[modifier | modifier le code]

En il prit la tête du projet top-secret MKULTRA qui avait été décidé par le directeur de la CIA Allen Dulles. Gottlieb testa notamment l'administration de LSD et d'autres substances psychotropes pour désorienter les sujets. Il finança des recherches sur le lavage de cerveau, basé sur la destruction du psychisme de telle manière que le sujet admette n'importe quoi. Il sponsorisa les recherches controversées de médecins tels que Ewen Cameron et Harris Isbell sur des cobayes humains. Beaucoup de personnes souffrirent gravement des conséquences des recherches qu'il finança conjointement avec la Fondation Rockefeller.

Lettre d'approbation d'un sous-programme de « MKULTRA », utilisant du LSD, par le DOCTEUR SIDNEY GOTTLIEB, le 9 juin 1953.

En , dans le cadre de l'Opération Mongoose, qui était approuvée par le président Eisenhower et sous la direction du Directeur des plans de la CIA Richard M. Bissell Jr., il proposa de vaporiser du LSD dans le studio de télévision de Fidel Castro et d'imprégner ses chaussures de thallium afin de faire chuter sa barbe. Il étudia diverses méthodes pour assassiner le Cubain, tel que l'utilisation d'un cigare, d'une veste ou d'un stylo plume empoisonné ou d'un coquillage explosif.

Il essaya aussi de contaminer le général Irakien Abdul Karim Qassim par le botulisme. Sa participation au programme Phoenix pendant la guerre du Viêt Nam est moins connue. Des psychologues de la CIA y menèrent des expériences de contrôle mental sur des prisonniers Vietcong détenus à la prison de Bien Hoa près de Saïgon. Les prisonniers subissaient des trépanations à vif avec implantation d'électrodes puis ils étaient abattus.

En 1967 Gottlieb obtint le poste de directeur du Bureau des Services Techniques, et l'occupa jusqu'à sa retraite en 1972.

Gottlieb aurait subventionné des expériences sur les phénomènes paranormaux, y compris de vision à distance.

Autres complots[modifier | modifier le code]

Le Dr Gottlieb ordonna des recherches génétiques afin de créer des armes détruisant spécifiquement certaines populations. C'est ainsi qu'il rechercha le « gène nicaraguayen » lors de l'intervention américaine au Nicaragua puis le « gène cubain » lors de la crise de Cuba, mais semble-t-il sans succès[1].

Le Dr Sidney Gottlieb joua un rôle dans la tentative d'assassiner le premier ministre de la République démocratique du Congo, Patrice Lumumba. À l'été 1960, il fit transporter des armes biologiques sur la base de la CIA au Congo, mais un coup d'État renversa le premier ministre avant qu'il ait eu le temps d'utiliser le virus[2].

Il a également joué un rôle de premier plan dans l'opération Midnight Climax.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gordon Thomas (trad. de l'anglais), Les Armes Secrètes de la CIA p.497, Paris, Points, (ISBN 978-2-7578-0286-1).
  2. (fr)[PDF]« Senate Church Committee on Lumumba », sur www.history-matters.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]