Severo Sarduy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant cubain
Cet article est une ébauche concernant un écrivain cubain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Severo Sarduy
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Distinctions

Severo Sarduy, né le à Camagüey et mort le à Paris, est un poète, dramaturge, peintre, critique d'art et collectionneur cubain.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Severo Sarduy s'est établi en France en 1961. Il admirait Victor Vasarely, Wifredo Lam, Giuseppe Arcimboldo, Francesco Borromini, Robert Delaunay. Il a collaboré à de nombreuses publications, dont Nueva revista cubana, Lunes de Revolución, Carteles, Tel Quel, Mundo nuevo.

Il était l'ami de l'artiste argentin pionnier de l'art fractal, vivant à Paris, Carlos Ginzburg. Il est mort en exil en 1993 sans avoir pu retourner dans son pays et a été inhumé au cimetière parisien de Thiais.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Gestos (1963)
  • De donde son los cantantes (1967). Traduction française : Écrit en dansant, Seuil, Paris, 1967.
  • Escrito sobre un cuerpo (essais, 1969)
  • La playa (pièce radiophonique, 1971)
  • La caída (pièce radiophonique, 1971)
  • Relato (pièce radiophonique, 1971)
  • Los matadores de Hormigas (pièce radiophonique, 1971)
  • Flamenco (poèmes, 1971)
  • Mood Indigo (poèmes, 1971)
  • Cobra (roman, 1972). Traduction française : Cobra, Seuil, Paris, 1972.
  • Barroco (essais, 1974). Traduction française : Barroco, Gallimard, Coll. Folio Essais, Paris, 1991.
  • Big Bang (poèmes, 1974). Ilustraciones del pintor Ramón Alejandro. Traduction française : Big Bang, Fata Morgana, Montpellier, 1973.
  • Para la voz (1977)
  • Maitreya (1978). Traduction française : Maitreya, Seuil, Paris, 1980.
  • Daiquiri (1980)
  • Colibrí (1984). Traduction française : Colibri, Seuil, Paris, 1986.
  • Cocuyo (roman, 1990). Traduction française : Pour que personne ne sache que j’ai peur, Gallimard, Paris, 1991.
  • Pájaros de la playa (1993). Traduction française : Les oiseaux de la plage, Gallimard, Paris, 1994.
  • La Plage, pièce de théâtre, mise en scène par Simone Benmussa au Théâtre du Rond-Point (1977).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juan Goytisolo, La Forêt de l’écriture, traduit de l’espagnol par Abdelatif Ben Salem, Fayard, Paris, 1997.
  • Marie-Anne Macé, Severo Sarduy, L’Harmattan, Paris, 1992.
  • Dorita Nouhaud, L'ombre d'affolées en pleurs ou l'érotisme « métrisé » de Severo Sarduy, l'Harmattan, Paris, 2009, 230 p. (ISBN 978-2-296-09483-3)
  • Nathalie Payet, Les ellipses d'une écriture excentrique, excentrée : la périphérie contre le centre ou Cuba au prisme de Paris dans l'œuvre romanesque de Severo Sarduy, Université de
  • (en) Rolando Perez, Severo Sarduy and the neo-baroque image of thought in the visual arts, Purdue University Press, West Lafayette, Ind., 2011, 318 p. (ISBN 978-1-557-53604-4)
  • (de) Nina Preyer, Severo Sarduys Zeichenkosmos. Theorie und Praxis einer Romanpoetik des « neobarroco cubano », Universitätsverlag Winter, Heidelberg 2013.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Severo Sarduy, émission du 5 mars 1978, 57 min, in Guillermo Cabrera Infante ; Severo Sarduy, interviews par Joaquín Soler Serrano, Editrama, Barcelone, 2005, 1 h 50 min (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]