Serge Meurant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meurant.
Serge Meurant
Nom de naissance Meurant
Naissance (73 ans)
Ixelles

Serge Meurant est un poète belge de langue française né le à Ixelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Serge Meurant est le fils aîné du poète et ethnographe René Meurant (1905-1977) et de l'illustratrice Elisabeth Ivanovsky (1910-2006). Sa sœur Anne Meurant-Magnus (1944) est historienne d'art et musicologue, son frère Georges Meurant (1948) est peintre.

L'enfance immergea Serge dans le cercle des amis créateurs qui se réunissaient périodiquement chez ses parents. Il connut notamment l’éditeur Georges Houyoux, le poète Pierre-Louis Flouquet, le peintre et écrivain Albert Dasnoy, le peintre Anna Staritsky qui l'introduira auprès de Bonaguil, son premier éditeur.

Il est licencié en Romanistique de l'Université libre de Bruxelles, son mémoire est consacré à la correspondance du poète Joë Bousquet avec René Meurant[1].

Vingt-cinq recueils de ses poèmes ont été publiés à ce jour en France et en Belgique. Il s'est intéressé très tôt aux œuvres d'artistes - peintres, sculpteurs, graveurs, photographes - dont il a décrit ou commenté l'effort[2] ou qu'il a associés à son travail d'écriture[3] .

Il s'est lié avec les cinéastes Johan Van der Keuken et Pierre Hébert. Il a codirigé pendant vingt ans le festival bruxellois Filmer à tout prix, consacré au cinéma documentaire.

Distinctions littéraires[modifier | modifier le code]

Serge Meurant est le lauréat du prix Jean Kobs 2008 pour son recueil Ici-bas[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Le Sentiment étranger, Bonaguil, 1970. (Gravure de Georges Meurant).
  • Au bord d'un air obscur, Fagne, 1971.
  • Devant neige attablés in: Etant et Mouvant, Bruxelles, Transédition, 1974. (Dessins de Georges Meurant).
  • Mais l'insensibilité grande, Le Cormier, 1975. (Dessin de Georges Meurant).
  • Souffles, Le Cormier, 1978. (Dessin d’Arié Mandelbaum).
  • Vulnéraire, Le Cormier, 1981.
  • Dévisagé, Le Cormier, 1984.
  • Étienne et Sara, Le Cormier/Éditions du Noroit, Bruxelles/Montréal, 1984.
  • Tête perdue, Le Cormier, 1985. (Gravure d’Arié Mandelbaum).
  • Supplie anonyme ce dos, Brandes, 1988. (Gravure de Michèle Corbisier).
  • À perte de vue, la lumière, Le Buisson Ardent, 1991.
  • Brasier de neige, Éditions de la différence, 1993.
  • Solstices, L'Arbre à paroles - L'Orange bleue, Amay, 1995. (Gravures de Pierre Hébert).
  • Nature morte, ou, La stabilité de la chute au-dedans de ceux-là qui n'ont pas fui. L'Arbre à paroles, 1995.
  • Passage lumière. La Pierre d'Alun, 1996. (Dessins de Maurice Pasternak).
  • Poèmes écrits pour la main gauche, Le Cormier, 1997. (Gravure de Michelle Corbisier).
  • Le Monde abîmé, Le Taillis Pré, Belgique, 2001.
  • Visages, Poèmes 1995-2001, L'Arbre à paroles, Amay, 2002.
  • Miroirs. Editions Tandem, Gerpinnes, 2002. (Pochoirs de Teddy Magnus).
  • Le Don, Le Cormier, Bruxelles, 2004.
  • Ici-bas, Le Cormier, Bruxelles, 2006. (Dessins de Philippe Desomberg).
  • Célébration, Le Cormier, 2009.
  • Une saison en éclats, 2009. Esperluète éditions. (Gravures de Kikie Crêvecœur).
  • L'Orient des chemins, Esperluète, 2012. (Photographies de Jacques Vilet).
  • Ceux qui s'éloignent, Le Cormier, 2014.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Cel care imbratiseaza zapada. Éditeur Aurel Maria Baros. Bucarest, 1996.
  • Jardines de Bélgica. Poetas Belgas de Lengua Francesa. Traductions de Stefaan van den Bremt et Marco Antonio Campos. Universidad nacional Autonoma de Mexico, Mexico, 2007.

Entretiens, préfaces, textes de présentation de peintres, de graveurs et de cinéastes[modifier | modifier le code]

  • Joseph Henrion - Cires perdues directes. 1973 / 2014. E-book: http://issuu.com/sergeschoffel/docs/henrion_basse_def_avec_couv p. 35-37.
  • Arié Mandelbaum 1976-1977. Catalogue de la Galerie Armorial.
  • Johan Van Der Keuken. Cinéaste et photographe. Ministère de la Communauté française, 1983.
  • Apparaît dans le film de Boris Lehman Mes entretiens filmés, Chapitre I, 1995.
  • Elisabeth Ivanovsky : Conversation avec Serge Meurant, Éditions Tandem, Gerpinnes, 2001.
  • Entretien avec Sergei Loznitsa. Images documentaires, 2006
  • Rencontres avec Pierre Marie Goulet, Images Documentaires, 61 et 62 , 2007.
  • Entretien avec le peintre Dominique Rappez. Texte inédit, 2008.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Paysage enceinte. Vidéographie de Francine Vanberg.
  • Étienne et Sara. Un film d’animation de Pierre Hébert. 1984. 15 mm. ONF. Canada.
  • Les Silences de Spilliaert. Réalisation : Wilbur Leguebe, Scénario : Wilbur Leguebe et Serge Meurant. To Do Today Productions, RTBF, ARTE Belgique. Couleur, 50 min, 2001
  • La traversée. Un film de Ara Sahiner. Autoproduction . 2004. 27 mm.
  • Herqueville. Un film d’animation de Pierre Hébert. Gravures de Michelle Corbisier. Poèmes et photographies de Serge Meurant. Musique de Fred Frith. Montréal. 2007.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • À travers le Bruxelles populaire, série de plusieurs émissions réalisées par Alexandre Keresztessy, diffusées en 1974 à la RTBF, dont la première intitulée De la Marolle à la Roepstrotche (rue des navets). Serge Meurant est co-scénariste et documentaliste[5].

Musique[modifier | modifier le code]

  • Le Point nocturne: quatre pièces pour voix et quatuor pour mezzo-soprano et quatuor à cordes d'après des vers de Serge Meurant. (1986, 1992), Pierre Bartholomée. (20 min). Mezzo soprano, quatuor à cordes. Création: Bruxelles, Atelier Ste Anne (Dynah Bryant – Ensemble Musique Nouvelle – Georges-Elie Octors). Éditeur: Cebedem, 2002. Enregistrement : CD Cypres (CYP4607). http://www.unicat.be/uniCat?func=search&query=sysid:7955948.

Extrait poétique[modifier | modifier le code]

non pas un retour

mais l'effondrement joyeux

où se cerne la lumière

Source primaire[modifier | modifier le code]

  • Revue Poésie, no 27, 1972 : La nouvelle poésie française de Belgique.
  • « Meurant Serge », sur Maison de la Poésie, Namur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "L'espace intérieur chez Joë Bousquet", 1968.
  2. Joseph Henrion, Arié Mandelbaum, Gisèle Van Lange, Michèle Corbisier, Véronique Henrion, Félix Hannaert.
  3. Son frère Georges Meurant, Arié Mandelbaum, Michèle Corbisier, Kikie Crèvecœur, Maurice Pasternak, Philippe Desomberg, Teddy Magnus, Jacques Villet notamment.
  4. Prix Jean Kobs 2008, site officiel de l'ARLLFB.
  5. https://www.rtbf.be/video/detail_archives-sonuma?id=2078944

Liens externes[modifier | modifier le code]