Senedu Gebru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Senedu Gebru
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Députée
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
Addis-AbebaVoir et modifier les données sur Wikidata
Noms de naissance
ሰንዱ ገብሩ
Woizero Senedu GebruVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Woizero Senedu Gebru, ሰንዱ ገብሩ en amharique, née le 13 janvier 1916 et morte le 20 avril 2009, est une femme politique, une femme de lettres et une enseignante éthiopienne. En 1957, elle devient la première femme éthiopienne élue au Parlement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née le 13 janvier 1916, à Mennagesha, à proximité d'Addis-Alem[1]. Elle est issue par sa mère, Weyzero Kasaye Yelamtu, une chrétienne orthodoxe éthiopienne, de la noblesse du Wello[2],[3]. Son père, Gebru Desta, est un  écrivain et l'ancien maire d'Addis-Abeba, brièvement président du sénat. Elle reçoit une éducation traditionnelle, apprenant l'amharique et le guèze, puis poursuit à l'école de la Mission suédoise d'Addis-Abeba, avant d'être envoyé en Suisse en 1928 pour des études supérieures[2]. Elle n'aime pas l'école. Elle est envoyée dans une école de Montmirail[Lequel ?], en France, où elle a apprend le français et l'anglais. Elle se découvre une passion pour la littérature, et obtient un diplôme dans ce domaine à l'Université de Lausanne en Suisse. En 1932, elle revient en Éthiopie et  un poste d'enseignant à Saint George, de l'École à Addis-Abeba et se marie une première fois[1]. En plus de l'enseignement, elle est interprète pour des journalistes étrangers[3].

Elle s'engage dans le milieu des années 1930 au sein de la résistance à l'occupation italienne de l’Éthiopie. De concert avec ses frères, elle est impliquée dans le mouvement d'opposition dirigé par Haile Selassie[4]. Elle déménage à Goré dans la province Illubabor, où elle rejoint 100 cadets de l'académie militaire et reçoit une formation militaire. Elle établit une Unité de la Croix-Rouge après avoir reçu une formation médicale. Gebru sert d'informateur pour un mouvement de résistance éthiopien, les Black Lions, sur les mouvements de troupes italiennes. Finalement, après avoir attrapé une pneumonie, elle est capturée par les Italiens et interrogée. Pendant ce temps, son frère est tué le 19 février 1937[1]. Plus tard, elle écrira une pièce de théâtre à propos de cet événement.[3]. Son comportement rebelle lui vaut d'être emprisonnée sur l'île italienne de l'Asinara avec son père et sa sœur[5]. Elle est rapatriée en Éthiopie en 1939, et y reprend la lutte contre l'occupant[2].

Suite à son retour en Éthiopie, elle trouve un emploi dans une école à Desé en 1941. Haïlé Sélassié recouvre une totale souveraineté sur l'Éthiopie. Elle est nommée sous-directrice de la première école pour filles en Éthiopie en 1943. Elle en devient directrice deux ans plus tard, une première dans l'histoire de Éthiopie. Elle procède à un certain nombre d'innovations, comme des  pique-nique sur le Mont Intoto, l'introduction de formations théâtrales, et de formations à la prise de parole en public.

En 1956, elle écrit, en langue amharique et publie un recueil de nouvelles, de chansons et de  poèmes intitulé YaLebbe Meshaf (Livre de mon cœur)[5]. Elle produit également un certain nombre de jeux populaires tels que Keyekketit quenoch (Jours en février)[1]. L'année suivante, elle a été élue au Parlement de l'Ethiopie, et est la première femme à y être élue[5]. Elle est nommée vice-présidente de la Chambre des députés le 22 novembre[6],[7]. Elle plaide pour une parité entre les hommes et les femmes et pour l'institution d'un code civil[8]. Elle essaye également de mettre fin à la flagellation des criminels[1]. Elle reste quatre ans au Parlement. Après ce parcours de parlementaire, elle sert dans un certain nombre de postes, prenant la direction de la Croix-Rouge éthiopienne et du secrétaire général du Ministère des Affaires Sociales[5].

Elle s'est mariée trois fois. Son troisième mari, Aseffa Lemme, est nommé ambassadeur de l'Allemagne en 1968. Elle le suivit à Bonn, et travaille comme attachée culturelle[2]. Le déclenchement de la Guerre civile éthiopienne de 1974 l'amène à demander  l'asile politique. Puis elle revient en Éthiopie. Elle  reprend l'écriture, et fait don de quelques pièces de théâtre à l'Institut des Études Éthiopiennes à Addis-Abeba. Elle contribue de façon régulière, en amharique, au journal Addis Zemen[1]. Son fils, Samuel Aseffa, a été ambassadeur des États-Unis[3].

Elle meurt le 20 avril 2009 à Addis-Abeba[2],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Reidulf Molvaer, « Siniddu Gebru : Pioneer Woman Writer, Feminist, Patriot, Educator, and Politician », Northeast African Studies, vol. 4, no 3,‎ , p. 61–75 (JSTOR 41937633)
  2. a, b, c, d et e Delombera Negga, « Senedu Gebru (ou Senedoi Gäbru) [Addis-Alem, Choa 1916 - Addis-Abeba 2009] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, , p. 3942-3943
  3. a, b, c et d (en) Richard Pankhurst, Dictionary of African Biography, vol. 6, Oup USA, , 328 p. (ISBN 0195382072)
  4. (en) Belete Bizuneh, « Women in Ethiopian History : A Bibliographic Review », Northeast African Studies, vol. 8, no 3,‎ , p. 7–22 (JSTOR 41931268)
  5. a, b, c et d (en) Kathleen Sheldon, Historical Dictionary of Women in Sub-Saharan Africa, Rowman & Littlefield, (ISBN 1442262931, lire en ligne), p. 263
  6. « L'empereur d'Éthiopie inaugure l' " Ère nouvelle " », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Reuters, « U.S.-Trained Expert Gets Ethiopian Post », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (en) « "Courageous Life" : Senedu Gebru’s 100 years journey », AWIB,‎ (lire en ligne)