Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’archéologie
Cet article est une ébauche concernant l’archéologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde
Site du Parc de Gournay-sur-Aronde
Épée forgée en fer exhumée dans le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde daté de Latène moyenne et final (IIIe – Ier siècle)[Note 1],[1]
Épée forgée en fer exhumée dans le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde daté de Latène moyenne et final (IIIe – Ier siècle)[Note 1],[1]
Localisation
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Sources
Site archéologique Sanctuaire
Coordonnées 49° 29′ 36″ nord, 2° 40′ 30″ est
Altitude entre 47 et 127 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde
Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde
Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde
Sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde
Histoire
Période hallstattienne
Période laténienne
Période gallo-romaine
Internet
L'arbre celtique [2]
Oppida.org [3]
Sources
[4]
[5]
[6]

Le sanctuaire celtique de Gournay-sur-Aronde était un lieu de culte gaulois situé à Gournay-sur-Aronde, commune française de l'Oise et de la région Picardie.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire est localisé au sein d'un ancien oppidum gaulois.

En outre, le positionnement de ce dernier, à proximité des berges de l'Aronde, situation géographique stratégique, en fait un oppidum dit « de plaine », à l'instar de celui de Manching, en Bavière. En l'occurrence, dans le cas de Gournay, il s'agit de la Plaine d'Estrées-Saint-Denis[7].

Historique[modifier | modifier le code]

Fouillé de 1977 à 1984, le temple est situé au milieu d'un enclos sacré gaulois carré établi au IIIe siècle par le peuple des Bellovaques sur un enclos fortifié de petite taille préexistant et remontant au Second âge du fer (Ve siècle av. J.-C.-IVe siècle av. J.-C.). Les armes et objets sacrés qui y ont été retrouvés permettent de dater le site du IIIe siècle av. J.-C. au moins[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cet artéfact est actuellement conservé au Musée Antoine-Vivenel, à Compiègne dans l'Oise[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les collections : Archéologie régionale », sur Site officiel du Musée Antoine-Vivenel, (consulté le 14 octobre 2016).
  2. Thierry Lesveques, « Sanctuaire de Gournay-sur-Aronde », sur L'arbre celtique, (consulté le 14 octobre 2016).
  3. Stephan Fichtl, « Oppida : Premières villes au Nord des Alpes », sur Oppida.org (consulté le 14 octobre 2016).
  4. Jean-Louis Brunaux, Patrice Méniel et André Rapin, « Un sanctuaire gaulois à Gournay-sur-Aronde (Oise). », Gallia, vol. tome 38, no fascicule 1,‎ (DOI 10.3406/galia.1980.1787, lire en ligne).
  5. Jean Louis Brunaux et Patrice Méniel, « Le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (Oise) : structures et rites, les animaux du sacrifice. », dans Louis Bardon, Marc Durand, Alain Duval, Jean-Luc Massy, André Rapin, Corinne Robinson, Georges-Pierre Woimant, Jean-Claude Blanchet et Jean-Louis Brunaux, Les celtes dans le nord du bassin parisien, vol. 1-2, Revue archéologique de Picardie, (DOI 10.3406/pica.1983.2993, lire en ligne), pages 165-173.
  6. Jean-Louis Brunaux, « Les sanctuaires celtiques de Gournay-sur-Aronde et de Ribemont-sur-Ancre, une nouvelle approche de la religion gauloise. », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 141e année, no 2,‎ , pages 567-600 (DOI 10.3406/crai.1997.15761, lire en ligne).
  7. Jean-Louis Brunaux, Patrice Méniel et François Poplin, « Deuxième partie : Les structures de l'oppidum. », dans Jean-Louis Brunaux, Patrice Méniel, François Poplin et al., Gournay : Les fouilles sur le sanctuaire et l'oppidum (1975-1984) (lire en ligne), pages 24 et 25.
  8. Georges Duby (dir.), Paul Albert Février, Michel Fixot, Christian Goudineau et Venceslas Kruta, Histoire de la France urbaine I : La Ville antique, Seuil, (ISBN 202005590-2), p. 202

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le Sanctuaire gaulois de Gournay-sur-Aronde », Jean-Louis Brunaux, 2002, in Bulletin de la Société archéologique et historique de Boulogne, Conchy, Hainvilliers et alentour, no 52.
  • Brunaux Jean-Louis, Méniel Patrice, Rapin André, « Un sanctuaire gaulois à Gournay-sur-Aronde (Oise) », Gallia, tome 38, fascicule 1, 1980. p. 1-25. [lire en ligne]
  • Jean-Louis Brunaux, Patrice Méniel et François Poplin, « Deuxième partie : Les structures de l'oppidum. », dans Jean-Louis Brunaux, Patrice Méniel, François Poplin et al., Gournay : Les fouilles sur le sanctuaire et l'oppidum (1975-1984) (lire en ligne), pages 24-52..
  • (en) Brett Howard Lowry et Bettina Arnold, Animal Sacrifice and Feasting in Celtic Gaul : Regional Variation, Costly Signaling, and Symbolism (thèse de Master en Science de l'Anthropologie soutenue en à l'Université de Milwaukee, The University of Wisconsin-Milwaukee, , 230 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]