Sainte-Chapelle d'Aigueperse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sainte-Chapelle
Le chevet de la Sainte-Chapelle d'Aigueperse
Le chevet de la Sainte-Chapelle d'Aigueperse
Présentation
Nom local Sainte-Chapelle
Culte Catholique romain
Type chapelle
Rattachement Diocèse de Clermont
Début de la construction 1475
Fin des travaux 1496
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Ville Aigueperse
Coordonnées 46° 01′ 30″ nord, 3° 12′ 18″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Sainte-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Sainte-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Sainte-Chapelle

La Sainte-Chapelle d'Aigueperse est une chapelle classée « monument historique », édifiée à Aigueperse en Basse-Auvergne, au tournant du XVe siècle. Elle est l'une des sept Saintes chapelles (sur les dix d'origine, outre celle de Paris) qui subsistent en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Portail de la chapelle

La Sainte-Chapelle d'Aigueperse, élevée à partir de 1475 et terminée avant 1496, est le dernier élément qui reste du château des dauphins d'Auvergne. Le château a été détruit par un incendie en 1574.

La Sainte-Chapelle avait une vocation funéraire pour la branche des Bourbons, dauphins d'Auvergne. Elle a été bâtie par Louis Ier de Montpensier qui était le cousin du duc Jean II de Bourbon.

Elle a été érigée en collégiale en 1475, par une bulle du pape Sixte IV en l'honneur de la Vierge et sous l'invocation de saint Louis.

Louis Ier de Montpensier y a été enterré en 1486. Son fils Gilbert de Montpensier a probablement terminé la construction, où il a été inhumé en 1496. Les historiens de l'art discutent pour savoir si le portail n'a pas été construit par Charles III de Bourbon. La partie ouest semble dater du XVIe siècle[1].

Comme toutes les saintes chapelles princières, en plus de sa fonction funéraire, elle avait un but de commémoration dynastique.

La Sainte-Chapelle est classée monument historique par liste en 1862[2].

Description[modifier | modifier le code]

La chapelle mesure environ 21 m de long pour 7,80 m de largeur. Elle a été construite suivant le même plan que la Sainte-Chapelle de Riom, mais plus petite. C'est un édifice à une seule nef, possédant un chœur pentagonal précédé d'une nef à deux travées inégales. De part et d'autre de la première partie du chœur se trouve des oratoires d'environ 3 m de profondeur. Au sud, le long de la nef, se trouvent des chapelles, une sacristie et, dans l'angle sud-ouest, une tourelle d'escalier. Les poussées des voûtes sont équilibrées par d'importants contreforts placés à l'extérieur.

Le portail se trouve dans la première travée de la partie nord de la nef. La porte est plus tardive que l'édifice.

Le clocher a été détruit pendant la Révolution.

Il reste peu d'éléments des vitraux d'origine.

Mobilier[modifier | modifier le code]

À la fin de sa construction, la chapelle possédait un riche mobilier :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudine Billot, Les Saintes-Chapelles royales et princières, Paris, Éditions du Patrimoine, , 76 p. (ISBN 978-2858222476)
  • Anne Courtillé, Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques. Les édifices religieux, p. 113-117, Éditions J. et A. Picard, Paris, 2002 (ISBN 2-7084-0683-3) ; p. 455
  • Françoise Gatouillat, Michel Hérold, Karine Boulanger, Jean-François Luneau, Les vitraux d'Auvergne et du Limousin, p. 38, 122, Presses Universitaires de Rennes (collection Corpus vitrearum - Recensement IX), Rennes, 2011 (ISBN 978-2-7535-1381-5) ; p. 327

Articles connexes[modifier | modifier le code]