ExisTransInter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Existrans)

ExisTransInter
Banderole de tête en 2017.
Banderole de tête en 2017.

Type Défilé
Création 1997
Pays France
Localisation Paris
Organisateur Collectif ExisTransInter
(créé par l'Association du syndrome de Benjamin)
Site web existrans.org

L'ExisTransInter (Existrans avant 2019) est une manifestation annuelle, « la marche des personnes trans et intersexes et de celles et ceux qui les soutiennent », organisée à Paris depuis 1997 par une coordination inter-associative. Les revendications concernent les droits des personnes trans et intersexes. Cette marche a eu lieu au mois d'octobre à Paris jusqu'en 2019, puis en mai à partir de 2022.

Historique de la marche[modifier | modifier le code]

Le PASTT à l'Existrans 2005.
  • 2002 : Organisée par le premier Collectif Existrans, composé des associations Association du syndrome de Benjamin (ASB), Centre d'aide, de recherche et d'information sur la transsexualité et l'identité de genre (CARITIG) et Prévention action santé travail pour les transgenres (PASTT)[5], la « marche des transsexuels/les et de ceux qui les soutiennent » est rebaptisée pour sa sixième édition « marche des “trans” et de ceux qui les soutiennent » (les guillemets disparaîtront en 2004)[6]. La marche 2002 devait saluer Jeanne d'Arc, « l'une des plus anciennes transsexuelles de l'histoire de France, brûlée parce qu'elle refusait de retirer ses vêtements masculins ». Elle est autorisée par préfecture de police de Paris mais interrompue de façon « musclée » et « injurieuse » par les CRS qui exigent la libération de la chaussée autour de la statue[7],[4]. Quelques mois auparavant, les trans étaient officiellement associés à la Marche des fiertés parisienne, rebaptisée cette année-là « Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans »[8].
  • 2003 et 2004 : Seules les associations ASB et PASTT organisent la marche[9],[10].
  • 2005 : La neuvième marche, organisée par la Coordination Existrans[11], rassemble un millier de personnes et de grands médias tels que Libération[12] et France 3 relayent l'information.
  • 2006 : La marche est organisée par la Coordination Existrans, composée des associations ASB, Act Up-Paris, Sans Contrefaçon, Mutatis Mutandis, GAT (Groupe Activiste Trans), Trans Act, C'est pas mon genre et Organisation internationale des intersexes - Europe (OII Europe)[13].
  • 2007 : La marche est organisée par le Collectif Existrans, composée de Act Up-Paris, Resistrans, le MAG, les Flamands roses, Les Putes et plusieurs individus[14]. Pour la onzième édition, une semaine de rencontres/débats est organisée et la marche française est couplée à une marche similaire en Espagne. La marche inclut pour la première fois les revendications des associations intersexes, en particulier « L’arrêt des assignations hormono-chirurgicales des enfants intersexes ».
  • 2008 : La marche est organisée par le Collectif Existrans, composé de Resistrans, de l'ASB, de Act Up-Paris, du MAG[15], et a encore une fois été couplée avec des marches dans différentes villes d'Europe, comme à Bruxelles, Madrid, Bilbao et Lisbonne.
  • 2009 : Selon les sources (police et organisateurs) la marche a rassemblé entre 500 et 1 500 personnes[16].
  • 2010 : La marche intervient alors que le ministère de la santé travaille sur un projet de Centre(s) de référence qui devrait changer profondément la manière dont se déroule les parcours français[17]. Une assemblée générale des associations Trans réunies en avril 2010 à l'initiative d'OUTrans a voté la résolution suivante: « Pour mettre en œuvre la dépsychiatrisation des transidentités, la prise en charge de la transition doit exclusivement se fonder sur une déclaration de consentement éclairé sans aucune forme d’évaluation ou de diagnostic »[18].
  • 2011 : La marche, qui aurait réuni environ 2 000 personnes, est intervenue alors que le , le Conseil de l'Europe a adopté une résolution afin de garantir le droit des personnes transgenres à obtenir « des documents officiels reflétant l'identité de genre choisie, sans obligation préalable de subir une stérilisation ou d'autres procédures médicales comme une opération de conversion sexuelle ou une thérapie hormonale »[19],[20]. (Le Conseil de l'Europe s'indigne une nouvelle fois des stérilisations forcées des personnes trans (entre autres groupes de personnes particulièrement ciblés) en 2013[21] et en 2015[22].)
  • 2012 : les associations soulignent « le petit pas en avant opéré à l'occasion du débat sur la loi concernant le harcèlement sexuel, ayant introduit la transphobie dans le code pénal » mais réclament encore le droit de changer d'état civil sans obligation de stérilisation ni suivi psychiatrique, ainsi que « le libre choix des médecins et le maintien des remboursements des parcours de transition en France et à l'étranger »[23].
  • 2013 : à l'occasion de la 17e marche de l'Existrans, les associations revendiquent encore « le changement d’état civil libre et gratuit, sans condition médicale, sans homologation par un juge »[24]. Quelques mois plus tôt, la Commission nationale consultative des droits de l’homme avait préconisé une démédicalisation complète et une déjudiciarisation partielle de la procédure de changement d’état civil[25] mais le Sénat a refusé de traiter cette question[26]. Au fil du temps, de nombreuses associations non trans (Bi'Cause, HES, le MAG...), se sont jointes aux participants initiaux de la marche. De plus les différents organes de presse se sont progressivement faits l'écho de la marche avec des points de vue assez variés et plus ou moins appréciés par les participants de la marche: « la presse ne connaît pas les intersexes et spectacularise les trans »[2].
  • 2014 : le site Yagg met en ligne les discours des associations[27].
  • 2015 : La marche a lieu quelques semaines après que le groupe PS a déposé un projet de loi sur le changement d'état civil[28]. Sophie Lichten, d'Existrans, la qualifie de « perfectible » et espère « du courage politique »[29]. Karine Espineira estime que « ces [députés PS qui ont proposé la loi] sont bien intentionnés à l’égard des personnes trans. Le problème, c'est qu'ils ne travaillent pas directement avec les associations, au sein desquelles il y a, aujourd’hui, des gens qui ont une grande expertise[30] ». Jean-Luc Romero-Michel dénonce la maltraitance des personnes trans par la société[31]. Plus tôt cette année-là, la Cour européenne des droits de l'homme a condamné la Turquie pour avoir conditionné le changement de sexe d'une personne trans à sa stérilisation[32].
Banderole en 2016.
  • 2016 : Pendant la vingtième marche des trans et des intersexes, les manifestantes et manifestants clament « Vingt ans que nous marchons ! Vingt ans que nous marchons, pour notre santé, pour nos droits, que la France (nous) piétine ! ». La loi « Justice du XXIe siècle » qui vient d'être adoptée ne satisfait pas les associations qui regrettent que le changement d'état civil soit encore soumis à la décision d'un juge[33] et exigent « une procédure d’accès rapide, libre et gratuite, en mairie »[34],[35],[36]. La présidente de l'Association nationale transgenre évoque « la pire loi votée dans un pays d’Europe »[37]. Les associations dénoncent aussi les mutilations subies par les enfants intersexes, comme le Comité contre la torture de l’ONU qui recommande cette année-là à la France « de prendre des mesures législatives, administratives ou autres nécessaires pour garantir le respect de l’intégrité physique des personnes intersexuées »[38]. Le lendemain de la marche, le dimanche 16 octobre, La Manif pour tous défile dans Paris[39].
  • 2017 : Dans un communiqué émis le , le Collectif Existrans annonce qu'il refuse la participation de FLAG (association de gendarmes et policiers LGBT) à la marche de l'Existrans, au motif que FLAG refuse, selon le Collectif, « de condamner explicitement les violences policières subies par les personnes trans, intersexes, et/ou travailleuses du sexe, et/ou racisées et/ou sans-papier »[40],[41]. Cette prise de position ne fait pas l'unanimité parmi les associations LGBTI ; l'Association nationale transgenre, la Fédération LGBT et l'association Acthé, notamment, annoncent ne pas participer à la marche, en réaction à cette exclusion du FLAG[42],[43]. La marche, qui s'est déroulée dans le calme, a rassemblé environ 2 500 participants[44]. Cette année-là, Emmanuel Macron a estimé que « la loi Justice du XXIe siècle a répondu [aux] préoccupations [des trans et intersexes] en allégeant la procédure » du changement d’état civil[45], mais les associations objectent que la loi « demande encore de justifier de [son] transidentité selon des stéréotypes femme/homme binaires et caricaturaux »[46]. Le collectif dénonce les « pratiques abusives » de la SoFECT, l’association soi-disant « spécialisée dans la prise en charge et la chirurgie du transsexualisme (sic) en France »[44],[47],[48]. La Fédération trans et intersexes a été créée au début de l’année et veut devenir l’interlocutrice du gouvernement sur ces questions[44].
Prise de parole au début de la marche Existrans à Paris en 2018.
  • 2018 : Quelques centaines de personnes marchent de la place de Stalingrad au parvis de l’Hôtel de Ville[49]. Selon le porte parole de la marche du samedi 13 octobre, le mot d'ordre évoque « une situation d’urgence » : « le meurtre de Vanesa Campos[50] ou la découverte d’une ‘brigade anti-trav à Paris [sont] le fruit d’inactions des politiques publiques et de la précarisation institutionnelle des trans’ » [51]. Le collectif dénonce la loi pénalisant les clients qui précarise davantage les prostituées[52], mais aussi la loi asile et immigration[53] et revendique la fin de la « psychiatrisation » des parcours trans[53], et la possibilité de changer d'état civil sur simple déclaration[54]. Un die-in a lieu devant l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour dénoncer les méthodes de la SoFECT[51],[55], après que l'association OUTrans a révélé que des questions sur l'orientation sexuelle, la religion et l'« appartenance ethnique » sont présentes sur le questionnaire d'admission du docteur Sébastien Machefaux, psychiatre au centre hospitalier Sainte-Anne[56]. Le Collectif intersexes et allié.e.s et les militants et militantes intersexes participent à la marche[57],[58], continuant à exiger l’arrêt des interventions chirurgicales sur les enfants intersexes[59],[60],[61].
  • 2019 : la marche, prévue le 19 octobre, est renommée « ExisTransInter »[62] pour visibiliser les revendications des personnes intersexes[63]. Le trajet va de la place de la République à Pigalle[62],[64].
  • 2020 : les restrictions sanitaires empêchent la marche de se dérouler comme elle était prévue[65],[66].
  • 2022 : la marche 2021 est décalée au 14 mai 2022 et se déroule quelques jours après qu'un élève transgenre s’est donné la mort en se jetant du troisième étage de son lycée au Mans (Sarthe)[67]. Le changement de date a pour but de rendre la marche plus visible dans la communauté LGBT en la rapprochant de la journée IDAHOT et de s’inscrire dans le calendrier électoral entre la présidentielle et les législatives. Plusieurs centaines de personnes participent[68]. Le quinquennat qui s'achève a vu le vote d’une loi bioéthique qui ne garantit pas l’accès des personnes trans à la PMA et la conservation des gamètes, ni n’interdit les mutilations des enfants intersexes. Le mot d'ordre « on veut l’autonomie, pas la survie » insiste sur la dimension vitale des revendications qui sont portées[69]. Giovanna Rincon interpelle Elisabeth Moreno : « Madame la ministre, où êtes-vous dans cette marche pour l’Egalité ? Les institutions ne sont pas avec nous »[68].

Dates et mots d'ordre[modifier | modifier le code]

  •  : « Droit au respect, respect de nos droits »[6].
  •  : « Trans discriminé(e)s, trans assassiné(e)s ».
  •  : « Psychiatrisation des trans = transphobie ».
  •  : « Sida, trans' oubliéEs = trans contaminéEs ».
  •  : « Contre la psychiatrisation Résis'Trans ».
  •  : « 2007 : quelLe candidatE pour la cause trans ? ».
  •  : « Ni homme, ni femme, le binarisme nous rend malade ! ».
  •  : « Bachelot, encore du boulot avec et pour les trans et les intersexué-Es ! ».
  •  : « L'identité de genre nous appartient, notre liberté de choix ne se négocie pas ! ».
  •  : « Transphobie d'État : pathologisation, stérilisation, précarisation, expulsion ».
  •  : « Des papiers, si je veux, quand je veux ».
  •  : « Trans, intersexes : une loi, des droits ! ».
  •  : « Changement d'état-civil libre et gratuit : promesses non tenues, les trans et les intersexes sont dans la rue ! ».
  •  : « Papiers et droits pour les trans et les intersexes : le monde avance, la France recule ! ».
  •  : « Autodétermination, santé, droits : 20 ans que la France (nous) piétine ».
  •  : « Face aux oppressions d'État sociales, raciales et médicales : intersexes, trans, contre vos violences ! ».
  •  : « La France expulse, mutile et précarise les personnes trans et intersexes ! ».
  •  : « Inters, migrant·e·s, trans : mutilé·e·s, expulsé·e·s, assassiné·e·s ! ».
  •  : « La république nous préfère mort·es ! ».
  •  : « On vise l'autonomie, pas la survie ! »[70],[71].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ASB - L'Existrans », sur asbfrance.org, (consulté le ).
  2. a et b « Existrans : Revue de presse », sur Observatoire des transidentités, .
  3. « Du Fhar aux collectifs queers et racisés, 50 ans de mobilisation associative LGBT+ en France », sur KOMITID, (consulté le )
  4. a et b « La marche des transsexuel(le)s interrompue par les CRS », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. « ASB - Existrans 2002 », sur asbfrance.org, (consulté le ).
  6. a et b « Existrans » (consulté le ).
  7. Blandine Grosjean, « Déversement de CRS à la manifestation des transsexuels », Libération,‎ (lire en ligne).
  8. « 500 000 personnes, badauds compris, ont participé à la « Marche des fiertés homosexuelles » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. « ASB - Existrans 2003 », sur asbfrance.org, (consulté le ).
  10. « ASB - Existrans 2004 », sur asbfrance.org, (consulté le ).
  11. Tom Reucher, « ExisTrans' 2007 », sur Transidentité, 4 décembre 2003, mis à jour le 20 août 2019 (consulté le ).
  12. Matthieu Ecoiffier, « Simplement transexuel(le)s », Libération,‎ (lire en ligne).
  13. « Manifestation Existrans - Début Octobre - Paris - 2006 » (version du 23 novembre 2018 sur l'Internet Archive),
  14. Tom Reucher, « ExisTrans' 2007 », sur Transidentité, (consulté le ).
  15. « Archives Trans - Existrans 2008 » (version du 23 novembre 2018 sur l'Internet Archive), sur ftmvariations.org/archivestrans, .
  16. AFP, « Les transsexuels dans la rue à Paris », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  17. « Les transsexuels dans la rue à Paris », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  18. « Quatorzième édition de "Existrans", la marche des transsexuels à Paris », RTL Info,‎ (lire en ligne).
  19. « Résolution 1728 (2010) du Conseil de l'Europe. Discrimination sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre », sur assembly.coe.int, .
  20. « Samedi à Paris, la marche des transsexuels contre la stérilisation forcée », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  21. « Résolution 1945 (2013) du Conseil de l'Europe. Mettre fin aux stérilisations et castrations forcées », sur assembly.coe.int, .
  22. « Résolution 2048 (2015) du Conseil de l'Europe. La discrimination à l’encontre des personnes transgenres en Europe », sur assembly.coe.int, .
  23. « Les transsexuels ont marché à Paris sous la pluie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  24. « Les trans veulent pouvoir Disposer de leur état civil », Libération,‎ (lire en ligne).
  25. « Pour une procédure rapide et accessible de modification du genre à l’état civil », sur http://www.cncdh.fr/, .
  26. Anne-Claire Genthialon, « Les trans veulent pouvoir disposer de leur état civil », Libération,‎ (lire en ligne).
  27. « Existrans 2014: les discours des associations en vidéo », Yagg,‎ (lire en ligne).
  28. « Proposition de loi relative à la modification de la mention du sexe à l'état civil », sur http://www.assemblee-nationale.fr, .
  29. « Changement d'état civil pour les trans : encore du chemin à parcourir », Libération,‎ (lire en ligne).
  30. « Transsexualité, transidentité : un tabou français ? », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Existrans : les personnes trans sont ignorées, méprisées, maltraitées... C'en est assez ! », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  32. « Etre stérile pour changer de sexe, ça va durer encore longtemps ? », Libération,‎ (lire en ligne).
  33. Article 56 de la LOI n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle.
  34. « Existrans, vingtième marche des trans et des intersexes », Libération,‎ (lire en ligne).
  35. « Existrans 2016 : pourquoi on ne peut pas se réjouir d'une loi "historique" pour les trans », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  36. « Le changement d'état civil des trans' enfin facilité ? Non, le gouvernement nous méprise », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  37. « Le changement d’état civil pour les « trans » ne satisfait pas les associations », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  38. « Stop aux mutilations des personnes intersexuées », Libération,‎ (lire en ligne).
  39. « La "Manif pour tous" de retour le 16 octobre : la haine est à l'honneur », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne).
  40. « Collectif Existrans », sur www.facebook.com, (consulté le )
  41. Xavier Héraud, « Pourquoi l’Existrans refuse la participation de Flag à la marche du 21 octobre », sur hornet.com, (consulté le )
  42. Sun Hee Yoon, « Déclaration : Nous n’irons pas à l’Existrans 2017 », sur Acthe.fr, (consulté le )
  43. Stéphanie Nicot (présidente de la Fédération LGBT) et Delphine Ravisé-Giard (porte-parole de l'Association Nationale Transgenre), « Existrans 2017 : pourquoi la Fédération LGBT ne peut pas y appeler », sur federation-lgbt.org, (consulté le )
  44. a b et c Cy Lecerf-Maulpoix, « Radical ? Le mouvement trans et intersexe veut juste qu'on l'écoute », Têtu,‎ (lire en ligne).
  45. « Entretien exclusif : Emmanuel Macron et son programme (tiède) pour les LGBT », Têtu,‎ (lire en ligne).
  46. « Existrans 2017 : "Le changement d'état civil est encore soumis à l'arbitraire des juges" », Têtu,‎ (lire en ligne).
  47. « « Quand on arrive devant les psys de la Sofect, il faut avoir envie de mourir » : enquête sur les équipes « officielles » du parcours trans », KOMITID,‎ (lire en ligne).
  48. Bruno Lus, « Transphobie à l’hôpital : « un médecin a refusé de me toucher » », Vice,‎ (lire en ligne).
  49. « Reportage : L'Existrans 2018 en photos », KOMITID,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. A propos du meurtre de Vanesa Campos:
    • « « Pour la société, une "pute" trans qui se fait tuer, ce n'est rien, c'est personne » », KOMITID,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    • « «On peut parler d’un crime motivé, possiblement, par trois caractéristiques de la victime : meurtre transphobe, putophobe et raciste.» », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
    • « Prostituée trans tuée au bois de Boulogne : les associations dénoncent une "responsabilité" politique », L'Obs,‎ (lire en ligne).
    • « "Nous sommes toutes Vanesa" : les travailleurs du sexe ont rendu hommage à une prostituée trans assassinée au Bois de Boulogne », LCI,‎ (lire en ligne).
    • « Meurtre d’une prostituée trans à Paris : les limites de la pénalisation des clients », Le Monde,‎ (lire en ligne).
    • Eros Sana, « En hommage à Vanesa Campos, femme transsexuelle assassinée | Portfolios | Mediapart », Mediapart,‎ (lire en ligne)
    • « Vanesa Campos, prostituée assassinée » [audio], sur France Culture, (consulté le ).
  51. a et b « Existrans 2018, pour les droits des personnes trans' et intersexes : "On est dans une situation d'urgence" », TÊTU,‎ (lire en ligne).
  52. « TÊTU | "C’est catastrophique, tout le monde se fait agresser" : des travailleuses du sexe témoignent d'une "situation totalement inédite" », TÊTU,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. a et b Louise Fessard, « Marche Existrans à Paris: «Lutter contre la transphobie, c’est une démarche qui peut bénéficier à toute la société» », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. « Changement d’état civil pour les trans : « On doit encore passer devant un juge, c’est humiliant » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. « Marche Existrans : "Sous les paillettes, la rage" - RadioParleur », RadioParleur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. À propos du questionnaire d'admission du docteur Sébastien Machefaux :
    • « Prise en charge psy à Sainte-Anne : une association trans dénonce un questionnaire «intrusif» », Libération,‎ (lire en ligne)
    • « L'association OUTrans dépose une plainte contre la SoFECT auprès de la CNIL », KOMITID,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    • « Une association trans' dénonce le questionnaire « instrusif » d'un médecin parisien », TÊTU,‎ (lire en ligne).
  57. « «Dans l’esprit des gens, les intersexes n’existent pas» », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. « « Je me disais que j’étais malade, difforme. Aujourd’hui je suis fier » : Mischa, jeune homme intersexe témoigne », TÊTU,‎ (lire en ligne).
  59. « Intersexes, le cri du corps », Libération,‎ (lire en ligne).
  60. « «Les interventions sur les enfants intersexes sont des atteintes frontales aux principes d’autodétermination» », Libération,‎ (lire en ligne).
  61. A propos de la campagne 2018 pour l'arrêt des mutilations des personnes intersexes:
    • « Pour l’arrêt des mutilations des enfants intersexes », Libération,‎ (lire en ligne)
    • « TÊTU | Enfants intersexes : une campagne unitaire pour l'arrêt des mutilations », TÊTU,‎ (lire en ligne, consulté le )
    • « 3 questions à Lil, activiste intersexe sur les réseaux sociaux », KOMITID,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. a et b « Les mutilations, expulsions et assassinats des personnes trans et intersexes au cœur de la 23e Existrans ce samedi », sur Libération.fr (consulté le )
  63. « L'Existrans devient l'ExisTransInter et ce changement de nom est très important », sur KOMITID, (consulté le )
  64. « Cinq choses à savoir sur "ExisTransInter", la marche des personnes trans et intersexes ce week-end », sur TÊTU, (consulté le )
  65. Florian Bardou, « Covid-19 : nouveau coup d'arrêt pour la marche des fiertés », sur Libération.fr, (consulté le )
  66. « Transports en Ile-de-France : les perturbations du week-end des 19 et 20 octobre », sur leparisien.fr, (consulté le )
  67. « Un élève de 15 ans se suicide en sautant du troisième étage au lycée Bellevue du Mans », sur France Bleu, (consulté le )
  68. a et b Virginie Ballet, « A Paris, une manif pour clamer que «les droits des intersexes et des trans ne se négocient pas» », sur Libération, (consulté le )
  69. Anaïs Sidhoum, « Existransinter : quelles luttes pour les personnes trans et intersexes ? », sur Rapports de Force, (consulté le )
  70. « ÉDITION 2022 – ExisTransInter » (consulté le )
  71. « Existransinter le 14 mai », sur Seronet, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« Histoire des transsexuels en France, Maxime Foerster », sur Observatoire Des Transidentités (consulté le )