Séverine Desbouys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Séverine Desbouys
Image dans Infobox.
Séverine Desbouys en 2016
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
VichyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes UCI
1998Ebly
2001Gas Sport Team

Séverine Desbouys, née le à Vichy, est chef d'entreprise française et une ancienne cycliste professionnelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Séverine Desbouys est originaire de Vichy où elle est née en 1974. Elle commence le cyclisme en 1989. En 1991, année de son baccalauréat, elle intègre l’Équipe de France[1]

En 1997, diplômée d’un MBA de management du sport de l’École Supérieure de Commerce « Euroméd », elle devient cadre supérieur à la direction générale du développement économique (DGDE) de la Mairie de Marseille[2]. Elle suit notamment le dossier Euro Méditerranée et, plus spécifiquement, la candidature de Marseille pour la Coupe de l'America.

Elle mène en parallèle une carrière sportive, dans le monde du cyclisme amateur dans un premier temps, bénéficiant à la mairie de Marseille d'horaires aménagées. Pour autant, dès 1997, elle évoque la possibilité d'un passage en équipe professionnelle, qui sont en nombre limitées[2]. Elle finit deuxième en 1998 du championnat de france féminin de cyclisme sur route, et troisième en 1999[3]. En 2000, elle remporte deux étapes du Tour de France féminin (Grande Boucle féminine) dont l'étape du Tourmalet[4], et finit quatrième, avec le maillot de meilleur grimpeur[5]. Elle remporte le Trophée International et termine au 4e rang mondial. En 2001, elle franchit une étape importante en décidant de devenir cycliste professionnelle. Elle intègre la meilleure équipe mondiale du moment, Gas Sport Team[1], dont elle est le leader, avec la championne du monde biélorusse Zinaida Stahurskaia. La même année, alors 4e du Tour de France féminin, elle est victime d’une grave chute dans l’étape de Bourges. Fractures du genou droit et gauche, ses multiples contusions et ses quelques jours passés dans le coma, la tiendront éloignée du cyclisme pendant près d’un an et demi. En 2003, elle reprend sa carrière avec pour perspective les Jeux olympiques d'été de 2004. Le soir des championnats de France à Plumelec en 2003, elle décide de mettre un terme à sa carrière de sportive[1].

Elle opère alors un tournant en rejoignant définitivement le monde des affaires. Après un retour à la mairie de Marseille, elle décide de créer son entreprise, DSC, cabinet international de conseil en stratégie, intelligence économique, et lobbying, spécialisée dans l’implantation des sociétés à l’étranger[1],[6].

En , elle est nommée Conseillère générale pour le sport[7] de l’Institut Robert Schuman pour l’Europe, institut doté du statut participatif au Conseil de l’Europe.

A côté de son activité professionnelle, Séverine Desbouys met son expérience à profit afin de rapprocher les mondes sportif, professionnel et militaire et œuvrer à une meilleure reconversion des sportifs de haut niveau, mais aussi pour la représentation des femmes[réf. nécessaire]. A cet égard, elle participe à des colloques ou conférences.

Elle encourage également le renforcement des pratiques sportives à l’école en tant qu’ambassadrice UNSS depuis 4 ans[8]

Palmarès sportif (extraits)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Séverine Desbouys : Je voulais être la nouvelle Jeannie Longo », Women Sports,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Philippe Jerome, « Le vélo féminin sur la pente hésitante du professionnalisme », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  3. « Top 40 du Championnat de France féminin sur route », sur cyclisme-sport.fr
  4. « Séverine Desbouys en patronne », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  5. « Séverine Desbouys n'était plus « inapte » à la pratique du vélo », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. (pt) Daniela Prandi et Marcos Adami, « Francesa confirma prova de ciclismo no Rio », Bikemagazine,‎ (lire en ligne)
  7. « Présentation », sur institut-robert-schuman.eu
  8. « UNSS | Séverine Desbouys », sur unss.org (consulté le 7 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :