Rue Cloche-Perce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

4e arrt
Rue Cloche-Perce
Image illustrative de l’article Rue Cloche-Perce
Rue Cloche-Perce en 2012 vue depuis la rue François-Miron.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Gervais
Début 13, rue François-Miron
Fin 27, rue du Roi-de-Sicile
Morphologie
Longueur 81 m
Largeur 2 à 10 m
Historique
Création Avant 1250
Dénomination 1660
Ancien nom Rue Renault-le-Fèvre
Rue de la Grosse-Margot
Géocodification
Ville de Paris 2125
DGI 2126

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Cloche-Perce
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Cloche-Perce est une voie, ancienne, du 4e arrondissement de Paris, dans le quartier administratif Saint-Gervais.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue du Cloche-Perce, d'une longueur de 81 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartier Saint-Gervais et du Marais, et commence au 13, rue François-Miron et finit au 7, rue du Roi-de-Sicile.

La rue est coupée en deux tronçons par la large rue de Rivoli et sans passage direct aisé de l'un à l'autre. Chaque tronçon est sur deux niveaux, séparé chacun par un escalier de quelques marches.

Les stations de métro les plus proches sont celles de l’Hôtel de Ville (lignes (1)(11)), de Saint-Paul (ligne (1)) et du Pont Marie (ligne (7)).

La rue est desservie à proximité par les lignes de bus RATP 67 69 76 96 sur la rue de Rivoli et la rue François-Miron[1].

Elle se trouve aussi à proximité des stations Vélib' no 4015 (au 25, rue du Pont-Louis-Philippe, au croisement avec la rue François-Miron) et no 4012 (au 2 de la rue Tiron, au croisement avec la rue de Rivoli)[2].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue prit ce nom en raison d'une enseigne, une cloche de couleur perse, c'est-à-dire bleu persan, qui y était située[3].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1250, cette voie est déjà bordée de maisons.

Dans les rôles de taxe de 1300 et 1313, elle est indiquée sous le nom de « rue Renault-le-Fevre », c'est-à-dire Renaut le Fabricant, du nom d'un artisan qui tenait une échoppe dans cette rue[4]. Si plusieurs historiens pensent que c'est cette rue qui est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous le nom de « rue Renaut-le-Fèvre », l'abbé Lebeuf pense qu'il s'agit de la rue qui est citée dans le même ouvrage sous le nom de « rue de Pute-y-Muce ». Une confusion est donc possible car une rue Renaud-Lefèvre était existante à proximité.

Elle prend le nom de « rue de la Grosse-Margot » en 1660, à cause de l'enseigne d’un cabaret qui y était situé.

Le nom de « rue de la Cloche-Percée », qui devint par altération « rue Cloche-Perce », lui est donné avant 1693 en raison d'une enseigne. A cette date, une partie au moins de cette rue relève de la censive de l'abbaye de Tiron, dont l'abbé commendataire est Philippe, Chevalier de Lorraine et amant de Monsieur, frère de Louis XIV.

Une décision ministérielle du 8 prairial an VII (3 mars 1799) signée François de Neufchâteau fixe la largeur de cette voie publique à 6 mètres. Cette largeur est portée à 10 mètres, en vertu d'une ordonnance royale du 12 juillet 1837.

Au XIXe siècle, la rue Cloche-Perce, d'une longueur de 85 mètres, qui était située dans l'ancien 7e arrondissement, quartier du Marché-Saint-Jean, commençait aux 27-29, rue Saint-Antoine et finissait aux 43-45, rue du Roi-de-Sicile[5].

La rue est finalement coupée en deux tronçons, lors des travaux du préfet Haussmann, pour la création de la rue de Rivoli en 1854.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Panneau Histoire de Paris
« Maisons du Moyen Âge »
Les maisons au croisement de la rue François-Miron et de la rue Cloche-Perce.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]