Rue Tiron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
4e arrt
Rue Tiron
Rue Tiron vue depuis la rue François-Miron ; en arrière-plan, la rue de Rivoli.
Rue Tiron vue depuis la rue François-Miron ; en arrière-plan, la rue de Rivoli.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Gervais
Début 27, rue François-Miron
Fin 13, rue de Rivoli
Morphologie
Longueur 33 m
Largeur 16 m
Géocodification
Ville de Paris 9301
DGI 9320

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Tiron

La rue Tiron est une voie, ancienne, du 4e arrondissement de Paris, en France.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle tient son nom d'un hôtel particulier appartenant à l'abbé de Tiron.

Situation[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la rue Tiron, d'une longueur de 77 mètres, qui était située dans l'ancien 7e arrondissement, quartier du Marché-Saint-Jean, commençait aux nos 48-50, rue Saint-Antoine et finissait aux nos 35-37, rue du Roi-de-Sicile[1].

Les numéros de la rue étaient noirs[2]. Le dernier numéro impair était le no 7 et le dernier numéro pair était le no 8.

Actuellement la rue Tiron, d'une longueur de 33 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartier Saint-Gervais, et commence au no 27, rue François-Miron et finit au no 13, rue de Rivoli.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue était bordée de constructions en 1250. Dès 1270, elle portait le nom de « rue Tiron », qu'elle tenait d'une maison appartenant à l'abbé de Tiron.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous la forme de « rue Tyron ». Dans les siècles suivants, on trouve cette rue sous le nom de « rue Jean-Tizon » et « rue Tison ».

La propriété de l'abbé de Tiron renfermait une prison qui figure dans l'histoire du massacre du 12 juin 1418. Ce jour là, les bouchers de Paris, dirigés par Capeluche, forcent les portes des prisons et égorgent tous les Armagnacs détenus dont Bernard VII d'Armagnac[3].

L'ouverture de la rue de Rivoli, en 1854, coupa la rue Tiron en deux. La partie nord de cette rue fut alors rattachée à la rue des Écouffes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 27e quartier « Marché Saint-Jean », îlot no 15, F/31/85/15, îlot no 16, F/31/85/16.
  2. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  3. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.