Royal Robbins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la montagne image illustrant l’escalade
image illustrant l’alpinisme image illustrant les États-Unis
Cet article est une ébauche concernant la montagne, l’escalade, l’alpinisme et les États-Unis.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Royal Robbins
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Royal Robbins réalisé par Tom Frost, début des années 1960.

Biographie
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 1935,
Virginie
Carrière
Discipline(s) alpinisme, escalade
Compagnon(s) de cordée Tom Frost, Chuck Pratt, Gary Hemming, Yvon Chouinard, John Harlin
Ascension(s) notable(s) première ascension de Salathé Wall à El Capitan, premières de la directe américaine et de la directissime américaine en face ouest des Drus, première de la voie Robbins au mont Proboscis dans le cirque des Parois impossibles

Royal Robbins, né en 1935 en Virginie, est un grimpeur et alpiniste américain. Il a été l'une des figures de l'âge d'or de la conquête des Big walls au Yosemite dans les années 1960. Avec Yvon Chouinard il fut l'un des promoteurs de l'éthique du clean climbing au début des années 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Royal Robbins travaille d'abord dans une banque, puis monte une affaire d'importation et de vente de matériel de montagne et se consacre définitivement à l'escalade. Il acquiert sa technique et son style sur la falaise de Tahquitz proche de Los Angeles et impose rapidement sa suprématie dans le Yosemite, où quasiment toutes les voies d'envergure ont été gravies par Robbins. Royal Robbins est l'inventeur d'un système de hissage de sac à l'aide de poulie et de jumars.

Ascensions[modifier | modifier le code]

Royal Robbins à l'ouverture de la troisième longueur de Salathé Wall à El Capitan dans la vallée de Yosemite en 1961. Photo de Tom Frost.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Royal Robbins, Basic rockcraft, La Siesta Press, , 71 p.
  • (en) Royal Robbins, Advanced rockcraft, La Siesta Press, , 96 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « the quality of the aid climbing was much higher than he had ever expected of Harding or Caldwell and, of course, it was also taking us an awful long time to chop all those goddam bolts. » cité par Warren J. Harding Downward Bound: a Mad! guide to Rock Climbing Menasha Ridge Press, 1990 (première édition en 1975), pp. 165–167

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pat Ament, Royal Robbins: Spirit of the Age, Two Lights,
  • Steve Roper, Camp 4, Guérin,
  • Gérard Bordes, Grande Encyclopédie de la Montagne, t. 7, Paris, Atlas, , 2400 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]