Roger Balian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Roger Balian, né en 1933, est un physicien théoricien français né à Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, arrivé en France en 1920, était artisan électricien.

Roger Balian est d'abord élève d'un collège d'enseignement technique[1]. Pur produit de l'ascenseur social, il intègre l'École polytechnique (promotion 1952), puis devient Ingénieur des Mines (1957), et enfin ingénieur en chef des Mines (1975).

Il a fait toute sa carrière[2] détaché comme ingénieur au CEA de Saclay, d'abord au service de physique mathématiques (1958-67), puis à l'Institut de physique théorique (1967-79), dont il fut le chef (1979-87). Il est maintenant conseiller scientifique au CEA.

Il a enseigné la physique statistique à l'École polytechnique, comme maître de conférence de 1972 à 1978, puis comme professeur de 1978 à 1998.

Il est membre de l'Académie des sciences, élu correspondant le , élu membre le [3]. Il est également membre de la Société royale des sciences d'Uppsala (depuis 1988).

Ses travaux[2] portent essentiellement sur la physique statistique et la théorie quantique des champs avec le théorème de Balian-Low et développement en réflexions multiples de Balian-Bloch.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avant la réforme Haby (1975) qui institua le collège unique, un collège d'enseignement technique était un établissement scolaire réservé aux enfants du peuple, alors que les enfants de la bourgeoisie entraient au lycée dès la sixième. Cf. e.g. : Pierre Albertini ; L'école en France - De la maternelle à l'Université, Collection Carré Histoire, Hachette Supérieur (Paris-1998), (ISBN 2-01-016398-2).
  2. a et b « Académie des Sciences : Roger Balian »
  3. « Liste des membres de l'académie des sciences »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]