Michel Spiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spiro.

Michel Spiro, né le à Roanne (Loire), est un physicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fit ses études secondaires au lycée de Roanne puis sa classe préparatoire au lycée Louis-Le-Grand et intégra l'École polytechnique (X 1966)[1],[2],[3].

En mai 68, il fait partie du comité organisant des « cours sauvages » autour d'une nouvelle pédagogie, et en soutenant les piquets de grève ouvriers[4].

Carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Après un DEA (Diplôme d'études approfondies) de physique théorique, il intègre le commissariat à l'Énergie atomique (CEA) en 1970 comme ingénieur, où il occupe le poste de chef du service de physique des particules de 1991 à 1999[1]. En 1976, il obtient un doctorat ès en sciences physiques[5]. Ses premières recherches en physique des particules le conduisent à participer à la découverte des bosons intermédiaires W et Z (Experimental observation of lepton pairs of invariant mass around 95 GeV/c² at the CERN SPS collider[article 1]). Il se dirige ensuite vers l'étude des particules en provenance du cosmos en participant à l'expérience GALLEX de détection des neutrinos solaires (GALLEX solar neutrino observations. The results from GALLEX I and early results from GALLEX II[article 2]) et, comme porte-parole, à l'expérience de recherche d'objets sombres (EROS). Il est nommé en 2003 directeur de l'Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3) du CNRS[1], fonction qu'il quitte en 2010[6].

De 1983 à 1999, il enseigne en qualité de maître de conférences à l'École polytechnique[1],[7]. De 1984 à 1988, il fut président de la division physique des particules de la Société française de physique[8].

En janvier 2010, il devient président du conseil du CERN lors du démarrage par l'Organisation du Large Hadron Collider (LHC), le plus grand accélérateur de particules du monde[9].

Il est directeur de recherche émérite au commissariat à l'Énergie atomique et président du conseil du CERN de 2010 à janvier 2013.

Il a été élu président de la Société française de physique pour les années 2016 et 2017[10] et plus récemment a été aussi élu président désigné de IUPAP (International Union of Pure and Applied Physics) pour les années 2018 à 2020[11].

Décorations et prix[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Ouvrages et publications[modifier | modifier le code]

Articles scientifiques[modifier | modifier le code]

  1. (en) UA1 Collaboration, « Experimental observation of lepton pairs of invariant mass around 95 GeV/c² at the CERN SPS collider », Physics Letters B, vol. 126,‎ , p. 398–410 (DOI 10.1016/0370-2693(83)90188-0)
  2. (en) GALLEX Collaboration et al., « GALLEX solar neutrino observations. The results from GALLEX I and early results from GALLEX II », Physics Letters B, vol. 314,‎ , p. 445–458 (DOI 10.1016/0370-2693(93)91264-N)

Autres publications significatives[modifier | modifier le code]

  • Experimental Observation of Isolated Large Transverse Energy Electrons with Associated Missing Energy at s**(1/2) =540-GeV. UA1 Collaboration (G.Arnison et al.). Feb 1983. 31 pp. Publié dans Phys.Lett. B122 (1983) 103-116
  • Experimental Particle Physics Without Accelerators. J. Rich, D. Lloyd Owen, M. Spiro (Saclay). 1987. 126 pp. Publié dans Phys.Rept. 151 (1987) 239-364
  • Search for superheavy hydrogen insea water. M. Spiro, B. Pichard, J. Rich, J.P.Soirat, S. Zylberajch (DAPNIA, Saclay), G. Grynberg, F. Trehin, P. Verkerk, Pierre Fayet (Ecole Normale Superieure), M.E. Goldberg (Pasteur Inst., Paris). 1990. Publié dans Les Arcs 1990, Proceedings, New and exotic phenomena '90 489-498'
  • Evidence for gravitational microlensing by dark objects in the galactic halo. EROS collaboration E. Aubourg, P. Bareyre, S. Brehin, M. Gros, M. Lachieze-Rey, B. Laurent, E. Lesquoy, C. Magneville, A. Milsztain, L. Moscoso (DAPNIA, Saclay) et al.. Oct 1993. 3 pp. Publié dans Nature 365 (1993) 623-625

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Michel Spiro : son actualité sur France Inter », sur France Inter (consulté le 19 août 2016)
  2. « ANCIENS ELEVES WEB - Notice complète », sur bibli-aleph.polytechnique.fr (consulté le 23 mai 2018)
  3. « Liste d'admission par ordre de mérite au concours de 1966 », La Jaune et la Rouge, no 208,‎ , p. 48 (lire en ligne)
  4. Bruno Belhoste (dir.) et Claudine Billoux (archiviste de l'École), Le Paris des polytechniciens : Des ingénieurs dans la ville 1794-1994, Délégation à l'Action Artistique de la ville de Paris, coll. « Paris et son patrimoine », , 299 p. (ISBN 2-905-118-48-2, présentation en ligne), « Les polytechniciens en Mai 68 »
  5. « LesBiographies.com », sur www.lesbiographies.com (consulté le 22 mai 2018)
  6. « Jacques Martino est nommé directeur de l'IN2P3 - CNRS », CNRS, (consulté le 11 février 2014)
  7. « Michel Spiro | PCCP », sur pariscosmo.in2p3.fr (consulté le 22 mai 2018)
  8. « Michel Spiro, directeur de l'IN2P3/CNRS, élu président du conseil du CERN - Communiqués et dossiers de presse - CNRS », sur www2.cnrs.fr (consulté le 22 mai 2018)
  9. « Michel Spiro physicien », sur franceinter.fr, (consulté le 5 février 2014)
  10. « Michel Spiro - Le CERN, le LHC et la découverte du Boson de Higgs », France Culture,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Executive Council: Officers 2017-2020 | IUPAP: The International Union of Pure and Applied Physics », sur iupap.org (consulté le 22 mai 2018)
  12. Décret du 9 avril 2004 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  13. « Prix Joliot-Curie - Société Française de Physique », sur www.sfpnet.fr (consulté le 23 mai 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]