Renato Civelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Civelli.
Renato Civelli
Renato Civelli.JPG
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Argentine CA Banfield
Numéro 23
Biographie
Nationalité Drapeau : Argentine Argentin
Drapeau : Italie Italien [1]
Naissance (33 ans)
Lieu Pehuajó (Argentine)
Taille 1,93 m (6 4)
Poste Défenseur
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
2003-2006 Drapeau : Argentine CA Banfield 071 0(1)
2006-2009 Drapeau : France Olympique de Marseille 063 0(6)
2007-2008 Drapeau : Argentine Gimnasia LP 029 0(1)
2009-2010 Drapeau : Argentine San Lorenzo 012 0(1)
2010-2013 Drapeau : France OGC Nice 131 (16)
2013-2015 Drapeau : Turquie Bursaspor 072 0(4)
2015-2017 Drapeau : France Lille OSC 052 0(1)
2017- Drapeau : Argentine CA Banfield 000 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 1er janvier 2017

Renato Civelli est un footballeur italo-argentin[2], né le 14 octobre 1983 à Pehuajó en Argentine, évoluant au poste de défenseur central au CA Banfield

Son jeune frère Luciano, évolue lui aussi au CA Banfield, au poste de défenseur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olympique de Marseille (2006-2009)[modifier | modifier le code]

Renato commence sa carrière lors de la saison 2003-2004 avec l'équipe de CA Banfield, où il restera 2 saisons et demie, avant d'être repéré par l'Olympique de Marseille, où il est prêté avec option d'achat le 31 janvier 2006. Il joue son premier match de Ligue 1 face à Metz alors que le titulaire, Bostjan Cesar est blessé, et il est élu homme du match par les internautes de OM.net, site officiel de l'Olympique de Marseille. Quatre jours plus tard, il jour son premier match européen contre Bolton en League Europa.

Lors de cette première saison avec l'OM, il participe à la Coupe de France qu'il perd en finale contre le PSG. Le 3 mai 2006, Renato marque son premier but sous le maillot phocéen face à Auxerre. Un mois après cette grosse désillusion, l'OM lève l'option d'achat et le recrute, pour une somme évaluée entre 1 et 2 millions d'euros. Titulaire indiscutable en début de saison, il redevient remplaçant à partir de l'arrivée de Julien Rodriguez en janvier 2007. Le 8 avril suivant il marque le premier doublé de sa carrière face à Lille (4-1).

Prêté en 2007-2008 au club argentin du Club de Gimnasia y Esgrima La Plata où il joue 29 matchs, il revient à Marseille en juin 2008 avec un statut de remplaçant pour la saison 2008-2009, Gerets lui préférant Zubar et Hilton. Il subit une grosse frayeur en septembre 2008, une grosse vague le projetant contre un rocher alors qu'il était à la pêche, ce qui aurait pu lui coûter la vie.

Le 22 février 2009, alors qu'il n'avait plus joué depuis huit mois en match officiel, Renato remplace Julien Rodriguez blessé à la 32e minute lors de la 25e journée de Ligue 1 face au Mans au Stade Vélodrome.

Par la suite Eric Gerets lui fait confiance et il s’impose pour ne plus quitter sa place de titulaire au sein de la charnière centrale au côté de Vitorino Hilton, mettant ainsi Julien Rodriguez et Ronald Zubar sur la touche, l'un pour ses forfaits à répétition, l'autre pour ses mauvaises prestations récurrentes. Il participe à la course au titre marseillaise en marquant notamment des buts décisifs contre Nantes et Lorient. Pas suffisant toutefois, puisqu'en fin de contrat avec l'Olympique de Marseille à la fin de saison 2008-2009 et ne rentrant pas dans les plans de Didier Deschamps, il n'est pas conservé par le club.

Retour en Argentine puis OGC Nice (2009-2013)[modifier | modifier le code]

Après avoir signé un contrat de 5 ans en août 2009 avec San Lorenzo, Civelli, désireux de revenir en France, est prêté en janvier jusqu'à la fin de la saison à l'OGC Nice avec une option d'achat de 1,7 million d'euros[3]. Il joue son premier match le 16 janvier 2010 contre Montpellier en étant titulaire puis marque son premier but avec l'OGC Nice le 6 mars 2010 contre Nancy, marqué de la tête à la 7e minute.

Le , le club azuréen lève l'option d'achat en juin. Civelli signe un contrat l'engageant avec Nice jusqu'en juin 2013[4].

Sur la pelouse de Reims, lors du match comptant pour la 8e journée de championnat de Ligue 1, il dispute son 100e match officiel en rouge et noir. Nice devient le club avec lequel Civelli a disputé le plus de rencontres officielles dans toute sa carrière.

Bursaspor (2013-2015)[modifier | modifier le code]

Le , Renato Civelli signe un contrat de deux ans avec le club turc de Bursaspor[5].

N'ayant pas eu d'offre de prolongation, l'aventure avec le club turc s'est terminée après deux ans de collaboration.

Retour en France : le LOSC (2015-2017)[modifier | modifier le code]

Libre de tout contrat, Renato Civelli choisit de poursuivre sa carrière en retournant en Ligue 1, au LOSC. Il signe un contrat d'une année plus une supplémentaire en option le 25 juin 2015, à la veille de la reprise de l'entrainement des Dogues. Il y retrouve d'ailleurs son ancien partenaire de l'OGC Nice, Éric Bauthéac, qui s'est engagé avec le club nordiste le même jour. Il joue son premier match dans le club nordiste lors de la première journée de Ligue 1 contre le Paris SG. Pour sa première saison au club, il est titulaire indiscutable et prend part à trente-six rencontres toutes compétitions confondues.

La saison suivante, il marque son premier but en France depuis son retour en déplacement à l'AS Saint-Étienne lors de la 9e journée de championnat.

Il quitte Lille lors du marché des transferts hivernal 2016-2017, annonçant vouloir retourner dans son pays natal : l'Argentine.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous retrace la carrière de Renato Civelli depuis ses débuts :

Statistiques de Renato Civelli au 1er janvier 2017[6],[7]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B C M B M B
2003-2004 Drapeau de l'Argentine Club Atlético Banfield Primera división 14 0 - - - - - - - 14 0
2004-2005 Drapeau de l'Argentine Club Atlético Banfield Primera división 30 0 - - - - CL 5 0 35 0
2005-2006 Drapeau de l'Argentine Club Atlético Banfield Primera división 18 1 - - - - CS 4 1 22 2
2005-2006 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 11 1 4 0 - - C3 2 0 17 1
2006-2007 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 21 3 1 0 1 0 CI + C3 1+4 0+0 28 3
2007-2008 Drapeau de l'Argentine Gimnasia LP (prêt) Primera división 29 1 - - - - - - - 29 1
2008-2009 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 14 2 - - - - C3 4 0 18 2
2009-2010 Drapeau de l'Argentine San Lorenzo Primera división 11 1 - - - - CS 1 0 12 1
2009-2010 Drapeau de la France OGC Nice Ligue 1 17 1 - - - - - - - 17 1
2010-2011 Drapeau de la France OGC Nice Ligue 1 31 3 5 0 1 0 - - - 37 3
2011-2012 Drapeau de la France OGC Nice Ligue 1 34 4 1 0 4 2 - - - 39 6
2012-2013 Drapeau de la France OGC Nice Ligue 1 34 5 1 0 3 1 - - - 38 6
2013-2014 Drapeau de la Turquie Bursaspor Süper Lig 28 1 9 0 - - C3 2 - 39 1
2014-2015 Drapeau de la Turquie Bursaspor Süper Lig 24 3 7 0 - - C3 2 - 33 3
2015-2016 Drapeau de la France LOSC Lille Ligue 1 32 0 1 0 3 0 - - - 36 0
2016-2017 Drapeau de la France LOSC Lille Ligue 1 13 1 - - 1 0 C3 2 0 16 1
Total sur la carrière 361 27 29 0 13 3 - 27 1 430 31

Palmarès[modifier | modifier le code]

C'est avec l'Olympique de Marseille qu'il inscrit l'intégralité de son palmarès. Il est finaliste malheureux de la coupe de France en 2006, défaite deux buts à un contre le Paris SG mais n'entre pas en jeu lors de la finale de 2007 lors de la défaite en tirs aux buts contre le FC Sochaux. Il est également vice-champion de France lors de la saison 2006-2007 et lors de la saison 2008-2009.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Meneur d'hommes par sa "grinta" argentine, agressif sur le porteur du ballon, il intervient régulièrement avec des tacles glissés et sa grande taille lui permet de prendre souvent l'ascendant dans les duels et les jeux de tête. Pas toujours adroit dans ses relances et dans ses interventions, limité techniquement et pénalisé par sa lenteur sur le jeu en profondeur, il compense par un engagement de tous les instants. Offensivement, il se distingue sur phases de coups de pied arrêtés en marquant régulièrement des buts de la tête, sa force principale.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il fait l'objet d'une parodie musicale de Julien Cazarre sur la chanson "Nuit de Folie", qui atteint les 100 000 vues sur YouTube.

Références[modifier | modifier le code]