René Clérel de Tocqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
René Clérel de Tocqueville
René Clérel de Tocqueville.JPEG
Fonctions
Député de la Manche
-
Maire de Tourlaville
-
Conseiller général de la Manche
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Le TréportVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Édouard de Tocqueville (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Parti politique
Grade militaire
Conflits
Distinction

Augustin-René Clérel, vicomte de Tocqueville (, Le Pecq - , Le Tréport), est un militaire et homme politique français. Il est le petit-fils d'Hervé Clérel de Tocqueville et de Augustin-Charles-Alexandre Ollivier.

Biographie[modifier | modifier le code]

René de Tocqueville s'engagea en 1854 aux chasseurs d'Afrique, fit la campagne d'Afrique, puis celle d'Italie comme porte-guidon du maréchal de Mac-Mahon, fut attaché à l'expédition de Chine comme officier de cavalerie à l'état-major du général Cousin-Montauban, et à celle de Cochinchine comme aide de camp de l'amiral Charner. Capitaine aux guides en 1863, il donna sa démission, et se porta sans succès candidat indépendant dans la Manche, aux élections de 1869 pour le Corps législatif.

Nommé conseiller général de la Manche, pour le canton de Saint-Pierre-Église, il vit son élection invalidée pour vice de forme. Il reprit du service pendant la guerre de 1870, comme lieutenant-colonel du 72e mobile de la Manche[1], à l'armée de Chanzy, et perdit sa femme, qui, faite prisonnière par les Prussiens, pendant qu'elle soignait les blessés, mourut des fatigues et des souffrances de sa captivité.

Tocqueville protesta, sous l'administration du duc de Broglie, contre la révocation de son oncle, Hippolyte Clérel de Tocqueville, comme maire de Nacqueville, bien qu'il ne fût pas absolument d'accord avec lui en politique. Propriétaire du château de Tourlaville et maire de cette commune, il se présenta à la députation. le , comme candidat « conservateur constitutionnel » dans l'arrondissement de Cherbourg, et fut élu, au second tour de scrutin face à François La Vieille, républicain, et La Germonière. Il appartint à la minorité conservatrice et soutint le gouvernement du 16 mai. Candidat officiel, le , dans le même arrondissement, il échoua cette fois avec 7,986 voix, contre 9,559 à l'élu républicain, La Vieille, et ne se représenta plus.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans la préface à : Bataille de Loigny-Pourpry, 2 décembre 1870, au point de vue du service de santé, par Ladislas-Xavier Gorecki, Paris : R. Chapelot, 1901, in-8° , 41 p. & fig. [1], il indique avoir été, en 1870, lieutenant-colonel du 92e régiment de marche.
  2. « Cote LH/552/48 », base Léonore, ministère français de la Culture

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]