Hervé Clérel de Tocqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Clérel de Tocqueville.
Hervé Clérel de Tocqueville
Hervé de tocqueville.jpg
Fonctions
Pair de France
-
Maire
Verneuil-sur-Seine
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ClairoixVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Conjoint
Louise Le Peletier de Rosanbo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Propriétaire de
Château des Ravalet, Château de Verneuil-sur-Seine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parti politique
Distinctions

Hervé-Louis-François-Bonaventure Clérel, comte de Tocqueville, né le à Menon, mort le à Clairoix, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Bernard-Bonaventure Clérel de Tocqueville et de Catherine de Damas-Crux[1].

Il devient orphelin à l'âge de 13 ans, reçoit l'éducation d'un précepteur particulier, l'abbé Lesueur, et entre dans l'armée comme lieutenant de remplacement au régiment de Vexin en 1787.

Au début de la Terreur, il émigre à Bruxelles, mais revient à Paris au bout d'un mois pour s'engager dans la Garde constitutionnelle du Roi Louis XVI.

Il épouse, le 12 mars 1793, Louise Le Peletier de Rosanbo, fille de Louis Le Peletier de Rosanbo et petite-fille de Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, avocat de Louis XVI. Ils eurent trois enfants : Hippolyte, Édouard et Alexis.

Le 17 décembre 1793, Malesherbes et sa famille sont arrêtés et emprisonnés à Port-Royal. Rosanbo est guillotiné le 20 avril 1794, le 22, Malesherbes, sa fille, Mme de Rosanbo, sa petite-fille, Mme de Chateaubriand et son mari, frère de l'écrivain François-René de Chateaubriand. Hervé de Tocqueville, sa femme Louise, Mme d'Aunay sa belle-sœur, Louis de Rosanbo, son beau-frère échappant à l'échafaud la veille de la date prévue de leur exécution, par la chute de Robespierre le 9 thermidor.

Hervé avec son fils Alexis de Tocqueville.

Hervé s'installe avec sa famille au château de Verneuil-sur-Seine après leur libération et devient maire de la commune à partir de 1804 malgré son opposition à l'Empire.

Avec son fils Hippolyte, il participe, à la chute de Napoléon Ier, aux manifestations royalistes en faveur de la restauration des Bourbons au sein de la garde à cheval. Le 18 juin 1814, il est nommé préfet de Maine-et-Loire. Destitué sous les Cent-jours, il est nommé le 13 juillet 1815, préfet de l'Oise, puis de la Côte-d'Or en 1816, de la Moselle en 1817, de la Somme en 1823, et de Seine-et-Oise en 1826.

Le 4 novembre 1827, il est nommé pair de France et est exclu après la monarchie de Juillet. Il se retire alors à Clairoix.

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hervé de Tocqueville », sur tocqueville.culture.fr

Sources[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel de Blic, Hervé Clérel, comte de Tocqueville : pair de France, préfet de la Restauration, sa descendance, Tocqueville, Blic, La Bourdonnaye, Thuisy, 1951.
  • « Hervé Clérel de Tocqueville », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Lien externe[modifier | modifier le code]