Rashad Khalifa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Khalifa.
image illustrant une personnalité image illustrant américain image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant une personnalité américaine et l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Rashad Khalifa (19 novembre 193531 janvier 1990) un égyptien de confession musulmane exilé aux États-Unis, il obtient la nationalité américaine. Il était imam à Tucson, Arizona[1]. Il est le plus célèbre des tenants de l'Islam coranite et fonde le United Submitters International dont il s'intitule messager du pacte, conduisant à son assassinat le 31 janvier 1990.

Vie[modifier | modifier le code]

Rashad Khalifa est né en Égypte le 19 novembre 1935 d'un père soufiste qui dirigeait un groupe de mille personnes là où il vivait[2]. Là bas, Rashad arrive à obtenir son baccalauréat à l'Université Ain Shams au Caire, il part ensuite émigrer vers les États-Unis en 1959 pour décrocher son premier master en biochimie à l'université de Phoenix en Arizona, pour remporter juste après un doctorat en sciences (PhD) à l'université de Californie. Il continue à vivre paisiblement par la suite à Tucson en Arizona[2]. Plusieurs postes lui sont offerts notamment par exemple comme conseiller scientifique du gouvernement politique libyen qu'il acceptera mais c'est aussi à ce moment-là qu'il voit naître son premier fils : Sam Khalifa qui deviendra l'un des joueurs de Baseball les plus populaires de son pays d'origine en étant le premier arabe accédant à la MLB[3].

United Submitters International[modifier | modifier le code]

L'imam ira fonder l'une des organisations les plus renommées des coranistes : le United Submitters International où celui-ci prétendra être un messager de Dieu (surnommé "messager du pacte") et que l'archange Gabriel lui a révélé que le verset 3 de la sourate 36 le désignait :« Tu es certes du nombre des messagers. » Il a voulu renouveler par ce groupe le monothéisme pur de l'Islam, incluant un dogme nouveau.

Dogme[modifier | modifier le code]

Le nombre 19[modifier | modifier le code]

Les travaux qui l'ont rendu célèbre sont une série de statistiques concernant le nombre d'apparitions de certains mots ou expressions du Coran, qu'il publie en 1970. Il rapporte en particulier les occurrences du nombre 19. Ces travaux lui valurent l'inimitié de certains musulmans, en particulier pour avoir déclaré que certains versets ne devraient pas se trouver dans le Coran, il s'agit des 2 versets à la fin de la sourate 9 qui parle notamment du prophète Mahomet et de sa compassion envers sa communauté[11]. En effet, Rashad Khalifa accuse une majorité de musulmans de surélever Mahomet de son rang initial qui n'est d'autre pour lui qu'un Messager parmi tant d'autres et confirme d'ailleurs que l'attestation de foi ne devrait pas être "J'atteste qu'il n'y a de Dieu que Dieu et que Mahomet est son envoyé" mais bien tout simplement "J'atteste qu'il n'y a de Dieu que Dieu". Bien que son travail ne s'arrête pas là, il montrera durant son rôle de messager toutes les erreurs et incompréhensions qu'ont suivis une majorité de musulmans avec l'Islam.

Coran[modifier | modifier le code]

Le Testament final est le nom donné par Rashad Khalifa à sa nouvelle traduction du Coran qui se veut le plus orienté vers la divinisation et la soumission pure et dure de Dieu sans intercession d'autres individus (comme Mahomet ou Jésus), cette version est assez unique en son genre puisqu'elle contient en plus des sourates et des versets des catégories regroupant plusieurs versets en général et et incluant de grands fils d'explication pour donner une lecture intuitive et compréhensible au lecteur[12].

Réputation[modifier | modifier le code]

Il est accusé d'hérésie, le même jour que Salman Rushdie. Ses travaux furent aussi décriés par des musulmans et non-musulmans pour leur aspect relevant, selon eux, de la numérologie[13].

Mort[modifier | modifier le code]

Il a été assassiné le 31 janvier 1990 par un terroriste islamiste, membre du groupe Jamaat-ul-Fuqra, composé d'Afro-américains convertis à l'islam et lié à Al-Qaïda.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

.