Rarogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rarogne
Raron
Blason de Rarogne
Héraldique
Vue de l'ancienne église de Rarogne.
Vue de l'ancienne église de Rarogne.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Rarogne occidental
Localité(s) St-German, Turtig
Président(e) Daniel Troger
Code postal 3942
N° OFS 6199
Démographie
Population 1 900 hab. (31 décembre 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 44″ N 7° 48′ 02″ E / 46.3123, 7.800546° 18′ 44″ Nord 7° 48′ 02″ Est / 46.3123, 7.8005
Altitude 670 m
Superficie 3 031 ha = 30,31 km2
Divers
Nom officiel Raron
Nom français Rarogne
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Rarogne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Rarogne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Rarogne
Liens
Site web www.raron.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Rarogne, appelée en allemand Raron, est une commune suisse du canton du Valais, située dans le demi-district de Rarogne occidental.

Monuments[modifier | modifier le code]

On y trouve la tombe du poète autrichien Rainer Maria Rilke, dans le cimetière de l'ancienne église (bâtie au XVIe siècle par l'architecte Ulrich Ruffiner). L'écrivain avait souhaité être enterré à cet endroit à l'atmosphère sauvage et magique, au sommet d'une colline.

La commune compte également une église moderne, entièrement creusée dans la roche, qui a peu à peu supplanté l'ancienne église pour les cérémonies religieuses.

Rarogne est également l'emplacement d'un ancien aérodrome militaire (aujourd'hui affecté à l'aviation privée et de loisir] ainsi qu'au vol à voile).

Transports[modifier | modifier le code]

RER en gare de Rarogne

Sur la ligne ferroviaire Lausanne - Brigue, la commune comprend le portail sud du tunnel de base du Lötschberg.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2013 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :