Famille de Rarogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

de Rarogne
Image illustrative de l’article Famille de Rarogne
Armes de la famille.

Allégeance Évêques de Sion
Fiefs tenus Bailli du Valais
Vidomnat de Sion
Seigneurie de Mannenberg
Seigneurie d'Anniviers
Seigneurie d'Uznach
Comté de Toggenbourg
Fonctions ecclésiastiques Évêque de Sion

La famille de Rarogne est une ancienne famille noble valaisanne éteinte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier membre cité de la famille est Henri, seigneur de Mannenberg[1]. La famille perd peu à peu son influence d'abord avec l'affaire de Rarogne entre 1415 et 1420[2] puis avec l'affaire Asperlin[3], qui porte sur la succession des Rarogne dans la Val d'Anniviers dans un conflit avec Walter Supersaxo, le prince évêque de la principauté épiscopale de Sion. La famille est condamnée en 1482 et quitte le Valais, Cette affaire, reliée aux procès de sorcellerie du Valais se solde également par la condamnation de Pierre de Torrenté et son fils Nycollin, condamnés pour sorcellerie alors qu'ils étaient partie prenante du conflit pour la succession.

Possessions[modifier | modifier le code]

Carte de la Suisse occidentale en 1443 montrant les possessions de la famille de Rarogne.

Au XIIe siècle, la famille possède déjà des alleux à Rarogne.

Une branche de la famille a possédé le château de Beauregard.

Petermann de Rarogne possède le comté de Toggenbourg, qu'il vend à l'abbé de Saint-Gall[4].

Au service de l'Église[modifier | modifier le code]

Henri de Rarogne est chanoine de Sion en 1221, chantre et chancelier du chapitre cathédral de 1233 à 1237 et doyen de Valère de 1238 à 1243. Il est ensuite évêque de Sion de 1243 à 1271[5].

Guillaume Ier de Rarogne est chanoine de Sion en 1367 et évêque de Sion de 1391 à 1402[6].

Extinction[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • Henri
    • Amédée
      • Hugo
    • Jean
      • Henri
      • Rodolphe
    • Urlich
    • Henri[1]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hans Kalbermatten / SR, « Rarogne, de » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. Werner Bellwald (trad. Monique Baud-Wartmann), « affaire de Rarogne » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  3. Philipp Kalbermatter (trad. Thomas Busset), « Asperlin » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Werner Bellwald, Hans Kalbermatten / SR, « Rarogne, Petermann de » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. Philipp Kalbermatter / CTM, « Rarogne, Henri de » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  6. Philipp Kalbermatter / SR, « Rarogne, Guillaume Ier de » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • E. Hauser, Geschichte der Freiherren von Raron, 1916

Articles[modifier | modifier le code]