RAF Ascension Island

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

RAF Ascension Island
Un Lockheed L-1011 TriStar de la RAF à la RAF dans l’île de l’Ascension.
Un Lockheed L-1011 TriStar de la RAF à la RAF dans l’île de l’Ascension.
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Territoire britannique d'outre-mer Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha
Ville Georgetown
Date d'ouverture 1939
Coordonnées 7° 58′ 10″ sud, 14° 23′ 38″ ouest
Altitude 78 m (256 ft)

Géolocalisation sur la carte : Océan Atlantique

(Voir situation sur carte : Océan Atlantique)
ASI
Pistes
Direction Longueur Surface
13/31 3 054 m (10 020 ft) asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA ASI
Code OACI FHAW
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire United States Air Force et Royal Air Force

La RAF Ascension, également connue sous le nom de Wideawake Airfield ou Ascension Island Auxiliary Field, est un aérodrome militaire situé sur l’île Ascension, dans l’océan Atlantique. L'aérodrome est exploité conjointement par la Royal Air Force (RAF) et l'United States Air Force (USAF).

Cette installation héberge une station de suivi au sol de l’US Air Force pour soutenir l’Eastern Range (en) et les lancements depuis Cape Canaveral en Floride.

Historique[modifier | modifier le code]

L'île de l'Ascension fait partie des territoires d'outre-mer britanniques avec Sainte-Hélène et Tristan da Cunha.

En 1939, Ascension devient une station de radio à haute fréquence de radiogoniométrie couvrant les routes commerciales.

La base en novembre 1983.

L’aérodrome de Wideawake (qui doit son nom à une colonie bruyante de sternes cendrées à proximité) a été construit par l’armée américaine en 1942, par arrangement avec le gouvernement britannique.[1] Le premier avion à atterrir sur l'île de l'Ascension était un Fairey Swordfish du HMS Archer en juin 1942, le terrain fut utilisé par plus de 25 000 avions comme point de transit pendant la guerre.[2] L'aérodrome a été abandonné à la fin de la guerre et est tombé en désuétude.

Une station de suivi de l'US Air Force est officiellement activée comme antenne de la base aérienne Patrick en Floride le 25 juin 1956[3].

La piste de l'aérodrome a été rallongée à l'automne 1980.[3] En 1982, la RAF se réinstalle sur le site, et l'utilise comme aérodrome de transit pendant la guerre des Malouines. Une série d'attaques à la bombe à longue portée a été menée à partir du terrain sous le nom d'Opération Black Buck.

Station radar de suivi[modifier | modifier le code]

US Air Force tracking station at Cat Hill.
US Air Force tracking station at Cat Hill.

La station radar de suivi était une installation d’essai Nike Zeus permettant d'assurer un suivi lors du lancement de missiles à Cape Canaveral. Construite entre 1960 et 1961 pour la conduite de missiles antibalistiques, la station comprend l’antenne radar "Golf Ball" se trouvait sur Cat Hill et une tour de calibration pour l’étalonnage radar. Cette installation abrite le détachement 2 du 45th Mission Support Group, qui fait partie de la 45th Space Wing de l'US Air Force. Elle exploite une station de suivi au sol en soutien aux des lancements de fusées à partir de Cape Canaveral en Floride[4].

La station de suivi de la NASA à Devil's Ashpit et la station terrestre Cable & Wireless à Donkey Plain ont été construites au milieu des années 1960 pour les opérations spatiales et les communications. Cette dernière était notamment utilisée pour transmettre des données transmises par micro-ondes via le satellite Early Bird aux installations de la NASA, à Andover, dans le Maine ".

Opérations[modifier | modifier le code]

La station relève de la compétence générale du commandant des forces britanniques des îles de l'Atlantique Sud. En 2013, ce poste était occupé par le commodore Russ LaForte.[5] L’aérodrome de la RAF sur l’île de l’Ascension est exploité quotidiennement par environ 19 membres de la RAF, dirigés par un commandant d’escadre[5].

La RAF Ascension Island est normalement le point de ravitaillement en carburant pour les vols du pont aérien de l'Atlantique Sud du ministère de la Défense à destination de la RAF Mount Pleasant, sur les îles Falkland, au départ de la RAF Brize Norton dans l'Oxfordshire, au Royaume-Uni[6].

À compter de novembre 2017, le gouvernement de l'île de l'Ascension a désigné South African Carrier Airlink pour la réalisation de vols charters réguliers entre l'aéroport de Sainte-Hélène et l'île d'Ascension, au minimum une fois par mois. Les vols sont actuellement programmés la deuxième semaine de chaque mois. Ils arrivent à Ascension le samedi après-midi et regagnent Sainte-Hélène le dimanche matin. Les premiers vols sont programmés les 18 et 19 novembre 2017.[7]

Ascension sert d’aéroport de détournement pour les avions ETOPS traversant l’Atlantique. En janvier 2013, un Boeing 777-200LR de Delta Air Lines, en route de Johannesburg vers Atlanta, a été dévié vers Ascension en raison de problèmes moteur[8].

Le site héberge une station de transmission haute fréquence faisant partie du Defence High Frequency Communications Service. La station est exploitée par Babcock International Group pour le compte du ministère de la Défense[9].

Suspension[modifier | modifier le code]

Les nids-de-poule sur la piste ont entraîné la suspension en avril 2017 de tous les vols du pont aérien du ministère de la Défense entre la RAF Mount Pleasant et la RAF Brize Norton jusqu'au moins 2019/2020. Un avion Airbus A330 exploité par AirTanker Services pour le compte du ministère de la Défense (Royaume-Uni) effectue ces vols, bien qu'un nombre limité de billets de passagers commerciaux soient disponibles. Ces vols passent maintenant par le Cap-Vert.[10] Les avions destinés aux vols d’évacuation médicale d’urgence et aux vols mensuels nouvellement établi à destination de l’aéroport de Sainte-Hélène ne sont pas affectés compte tenu de la taille de l’appareil utilisé. Le personnel essentiel et l'équipement sont également exemptés de la suspension[11],[12].

Alors que les A330 sont pour l'instant incapables d'atterrir à l'aéroport, l'armée américaine continue d'assurer un vol hebdomadaire entre l'île et la base aérienne Patrick Air Force en Floride, uniquement à l'usage de son personnel, tandis que le navire de ravitaillement MV Ascension dessert régulièrement les installations.

Un C-17 du ministère de la Défense britannique se pose à Ascension une fois par mois pour son propre personnel[10].

Airlines and destinations[modifier | modifier le code]

Le 18 novembre 2017, SA Airlink a lancé un charter hebdomadaire régulier entre Jamestown St Helena et l'île[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ascension Island - The Wide-Awake News »
  2. « Ascension History », sur mysterra.org, Mysterra Magazine (consulté le 3 janvier 2011)
  3. a et b Robert Mueller, Air Force Bases, vol. Volume I: Active Air Force Bases Within the United States of America on 17 September 1982, Office of Air Force History, (ISBN 0-912799-53-6, lire en ligne), p. 464
  4. « 45th Mission Support Group – Fact Sheet », sur 45th Space Wing, (consulté le 15 mai 2018)
  5. a et b « Archived copy » [archive du ] (consulté le 3 décembre 2013)
  6. Dylan Eklund, « A rock and a hard place », The Official Royal Air Force Review 2015,‎ , p. 118 (ISSN 1758-9681)
  7. « Airlink-Ascension Island Government », sur Ascension Island Government, (consulté le 15 octobre 2017)
  8. Simon Hradecky, « Incident: Delta B772 over Atlantic on Jan 9th 2013, engine trouble », sur Aviation Herald, (consulté le 11 janvier 2013)
  9. « Defence High Frequency Communications Service », sur High Frequency Industry Association, Babcock International Group, (consulté le 1er octobre 2017)
  10. a et b Alastair Leithead, « Ascension: The increasingly unreachable island », (consulté le 19 octobre 2017)
  11. « South Atlantic Airbridge ops at Ascension Island suspended » (consulté le 19 octobre 2017)
  12. Patrick Wintour Diplomatic editor, « Runway potholes halt regular Ascension Island flights », (consulté le 19 octobre 2017)
  13. (en-US) « (HLE Departures) Saint Helena Airport Departures », sur FlightStats (consulté le 21 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]