Peinture au plomb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Boîte de peinture au plomb de marque Dutch Boy Paint.
Boîte de marque Dutch Boy Paint (arrière).

Les peintures au plomb sont des peintures contenant du plomb. Ce métal accélère le séchage de la peinture à l'huile. Il se trouve dans plusieurs pigments ; on ajoutait aussi du plomb au liant huileux pour accélérer le séchage, nécessaire entre deux couches. L'usage du plomb est aujourd'hui interdit dans de nombreux pays à cause de la toxicité du plomb, dont l'accumulation dans l'organisme provoque le saturnisme.

Les principaux pigments contenant du plomb sont la céruse, un carbonate de plomb qui a longtemps été à la base de la plupart des peintures, soit comme blanc, soit comme opacifiant. Le minium, un oxyde de plomb, a servi abondamment comme antirouille. Ces pigments étaient connus et fabriqués depuis l'Antiquité. Le jaune de chrome, un chromate de plomb synthétisé au XIXe siècle, a connu le même sort, après avoir été employé largement pour le marquage routier.

Dans certains pays, du plomb continue d’être ajouté à la peinture destinée à un usage domestique alors que l'Union Européenne et des pays tels que les États-Unis et le Royaume-Uni l'interdisent. La peinture au plomb peut encore être trouvée dans des édifices antérieurs à l'introduction de ces règlements. Bien que le plomb soit interdit pour les peintures domestiques aux États-Unis depuis 1978, la peinture utilisée dans ce pays pour le marquage routier peut encore en contenir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le blanc de plomb a été produit au IVe siècle av. J.-C. ; le processus est décrit par Pline l'Ancien, Vitruve, et Théophraste.

La méthode traditionnelle de fabrication du pigment s'appelait le processus d'empilement. Des centaines ou des milliers de pots en terre contenant du vinaigre et du plomb étaient incorporés dans une couche de tan ou de bouse de vache. Les pots étaient conçus pour que le vinaigre et le plomb soient dans des compartiments séparés, mais le plomb était en contact avec la vapeur du vinaigre. Le plomb était généralement enroulé dans une spirale et placé sur un rebord à l'intérieur du pot. Le pot était recouvert d'une grille de plomb qui permettait au dioxyde de carbone formé par la fermentation de l'écorce de tan ou des bouses, de circuler dans le pot. Chaque couche de pots était recouverte d'une nouvelle couche de tan, puis d'une autre couche de pots. la chaleur créée par la fermentation, les vapeurs d'acide acétique et de dioxyde de carbone dans l'empilement faisaient leur travail, et au bout d'un mois, les serpentins de plomb étaient recouverts d'une croûte de blanc de plomb. Cette croûte était séparée du plomb, lavée et broyée comme pigment. C'était un processus extrêmement dangereux pour les ouvriers. Des textes médiévaux mettent en garde contre le danger d'apoplexie, d'épilepsie et de paralysie dans le travail avec du blanc de plomb[1].

Malgré les risques, le pigment était très apprécié des artistes en raison de sa clarté, de sa densité et de son opacité ; une petite quantité pourrait couvrir une grande surface. La céruse est employée à l'huile pour peindre les murs et les boiseries[2]. À l'ère de l'éclairage au gaz, dès le début du XIXe siècle, les produits de la combustion du gaz de houille mal épuré, qui contient de l'hydrogène sulfuré, en réagissant avec la céruse, provoquent régulièrement une altération de la blancheur des murs, encourageant la mise en peinture régulière au moyen du dangereux poison[3].

La céruse a été largement utilisée par les artistes jusqu'au XIXe siècle, lorsquelle a été remplacée par le blanc de zinc et le blanc de titane[4].

Les dangers de la peinture au plomb étaient considérés comme bien établis au début du XXe siècle. Dans l'édition de juillet 1904 de sa publication mensuelle, Sherwin-Williams signale les dangers de la peinture contenant du plomb ; notant qu'un expert français avait jugé la peinture au plomb toxique dans une large mesure, tant pour les ouvriers que pour les habitants d'une maison peinte avec ce moyen[5]. Dès 1886, les lois allemandes sur la santé interdisent aux femmes et aux enfants de travailler dans des usines de mettant en œuvre la peinture au plomb et au sucre de plomb[6]. En 1786, Benjamin Franklin écrit une lettre avertissant un ami des dangers du plomb et de la peinture au plomb, qu'il considère comme bien établis[7].

La Société des Nations initie les efforts visant à interdire la peinture au plomb à partir de 1921[8],[9].

Toxicité[modifier | modifier le code]

La peinture au plomb peut se fissurer et former des flocons, qui contaminent ensuite le milieu environnant.

La peinture au plomb est dangereuse. Elle peut causer des dommages au système nerveux, un retard de croissance, des dommages aux reins et un retard de développement[10]. Elle est dangereuse pour les enfants car elle a un goût sucré, ce qui encourage les enfants à mettre des copeaux de plomb et des jouets avec de la poussière de plomb dans la bouche. La peinture au plomb est dangereuse pour les adultes et peut causer des problèmes de reproduction chez les hommes ou les femmes. Une diminutions de la production de sperme chez l'homme a été notées. Le plomb est considéré comme un cancérogène possible et probable. Des niveaux élevés peuvent entraîner la mort.

Régulation[modifier | modifier le code]

La peinture au plomb est interdite dans l'Union européenne par la directive de 2003 sur la Restriction of hazardous substances in electrical and electronic equipments (RoHS), qui interdit les substances dangereuses dans les biens de consommation, y compris la peinture. Cette loi a remplacé et harmonisé les lois existantes des États membres, dont beaucoup avaient interdit les peintures au plomb des années auparavant.

Pour protéger la santé des peintres, la France avait déjà adopté en 1909 une loi interdisant l'utilisation de peintures contenant du plomb pour la peinture intérieure et extérieure de tous les bâtiments[11].

Au Canada, des règlements ont été adoptés pour la première fois en vertu du Hazardous Products Act de 1976, qui limitaient la teneur en plomb des peintures et autres revêtements liquides sur les meubles, produits ménagers, produits pour enfants et surfaces extérieures et intérieures de tout bâtiment fréquenté par des enfants, à 0,5% en poids[12]. La nouvelle réglementation sur les matériaux de revêtement de surface, qui est entrée en vigueur en 2005, limite davantage le plomb à son niveau de base pour les peintures intérieures et extérieures vendues aux consommateurs. Les fabricants de peinture canadiens se conforment à ce niveau de base dans leurs peintures de consommation intérieures et extérieures depuis 1991 [13]. Néanmoins, une entreprise canadienne, Dominion Color Corporation, est "le plus grand fabricant de pigments de peinture à base de plomb dans le monde" et a été critiquée par le public pour avoir obtenu l'autorisation de l'Agence européenne des produits chimiques de continuer à exporter des peintures au chromate de plomb de sa filiale néerlandaise vers les pays où ses utilisations ne sont pas strictement réglementées[14], [9].

Affiche de l'EPA pour la protection des enfants contre le saturnisme

La Consumer Product Safety Commission (CPSC) américaine a interdit la peinture au plomb en 1977 dans les propriétés résidentielles et les bâtiments publics (16 CFR 1303), de même que pour les jouets et les meubles. La raison invoquée était "de réduire le risque d'empoisonnement au plomb chez les enfants qui peuvent ingérer des éclats de peinture ou des pelures"[15]. Pour les fabricants, le CPSC a institué la Consumer Product Safety Improvement Act de 2008, qui a fait passer le plafond de la teneur en plomb de la peinture de 0,06% à 0,009% à compter du 14 août 2009. En 2018, l'État du Delaware a interdit l'utilisation de peinture au plomb sur les structures extérieures[16]. De plus, la loi sur la réduction des risques liés au plomb dans les résidences (également appelée «loi sur la peinture au plomb») a été créée afin de garantir que la divulgation de tout danger à base de plomb dans un immeuble soit discutée avec les acheteurs ou les locataires potentiels d'unités[17],[18].

En avril 2010, l'Environmental Protection Agency des États-Unis a exigé que tous les rénovateurs travaillant dans des maisons construites avant 1978 et dérangeant plus de six pieds carrés de peinture au plomb à l'intérieur de la maison, ou 20 pieds carrés à l'extérieur de la maison soient certifiés: la règle de rénovation, de réparation et de peinture au plomb de l'EPA (RRP Rule) réduit le risque de contamination par le plomb des activités de rénovation domiciliaire. Il exige que les entreprises effectuant des projets de rénovation, de réparation et de peinture qui perturbent la peinture à base de plomb dans les maisons, les garderies et les écoles maternelles (toute installation occupée par des enfants) construites avant 1978 soient certifiées par l'EPA et utilisent des rénovateurs certifiés formés par l'EPA. - des prestataires de formation approuvés pour suivre des pratiques de travail sans plomb[19].

En 2018, il y avait environ 37 millions de maisons et d'appartements avec de la peinture au plomb aux États-Unis[20].

Les Philippines ont interdit la peinture au plomb en 2013, mais en 2017, 15% de la peinture n'était toujours pas certifiée[21]. L’EcoWaste Coalition et la Philippine Association of Paint Manufacturers ont déclaré le 1er janvier 2020 que les Philippines avaient éliminé la peinture au plomb à la suite de la mise en œuvre de l'Administrative Order 2013-24 du Department of Environment and Natural Resources (DENR) , ou le Chemical Control Order for Lead and Lead Compounds, qui ont enjoint aux fabricants de peintures contenant du plomb à usage industriel de supprimer progressivement ces peintures d'ici le 31 décembre 2019 [22].

La peinture au plomb n'est pas interdite en Inde. Une étude de 2015 a révélé que plus de 31% des peintures domestiques en Inde avaient une concentration en plomb supérieure à 10 000 parties par million (ppm), ce qui dépasse de loin la norme du Bureau of Indian Standards (BIS) de 90 ppm pour le plomb dans la peinture[23].

En Afrique du Sud, le Hazardous Substances Act of 2009 classe le plomb comme substance dangereuse et limite son utilisation dans la peinture à 600 parties par million (ppm). Un amendement proposé modifiera cette valeur à 90 ppm, éliminant ainsi presque complètement le plomb de la peinture. L'amendement comprendrait également toutes les peintures industrielles, qui étaient auparavant exclues[24].

Peinture au plomb dans l'art[modifier | modifier le code]

Peinture à l'huile[modifier | modifier le code]

Dans les art, la peinture au blanc de plomb est connue sous le nom de "blanc écaillé" ou "blanc de Cremnitz". Il est apprécié pour la facilité de manipulation et la résilience que le plomb confère aux peintures à l'huile. La peinture au blanc de plomb sèche relativement rapidement pour former un film de peinture solide et flexible. Le blanc à base de plomb est l'un des plus anciens pigments fabriqués. C'était le seul pigment blanc à la disposition des artistes en quantités appréciables jusqu'au XXe siècle, lorsque le zinc-blanc et le titane-blanc sont devenus disponibles[25]. Le blanc de plomb produit industriellement, le pigment typique du XIXe siècle jusqu'à son interdiction, était considéré comme inférieur aux formes de fabrication traditionnelle, qui avaient de plus grandes particules en "flocons" qui conféraient une facilité de manipulation.

Les blancs de titane et de zinc sont beaucoup moins toxiques que le blanc de plomb et l'ont largement supplanté dans la plupart des applications des beaux-arts. Les règles de sécurité ont également rendu le blanc de plomb plus cher et plus difficile à obtenir dans certaines régions, comme l'UE. Cependant, les peintures à l'huile au plomb sont toujours produites et utilisées par les artistes qui préfèrent leurs qualités de manipulation, de mélange et de structure uniques[25].

La céruse en lamelles[26] (flake white) présente divers inconvénients, notamment une tendance à devenir transparent au fil du temps. Elle noircit également en présence de certains polluants atmosphériques, bien que cela puisse être inversé.

Peintures à l'eau[modifier | modifier le code]

Le blanc de plomb ou céruse n'est pas un pigment traditionnel dans les peintures à l'eau car le plomb, quand il n'est pas protégé par une couche imperméable d'huile, noircit au contact de l'hydrogène sulfuré contenu dans l'air et avec les acides, qui peuvent provenir des empreintes digitales ou d'autres pigments employés au voisinage[27]. Le blanc de zinc est supérieur pour les travaux sur papier[réf. souhaitée], tout comme l'hydroxyde de calcium (chaux éteinte) pour les fresques.

Le minium a servi au Moyen-Âge pour l'enluminure des manuscrits. Au XVIIIe siècle Watin le considère comme « excellent pour la détrempe » ; il a été utilisé en aquarelle sous le nom de Rouge de Saturne ; mais il souffre, en peinture fine ou en fresque, des mêmes défauts que la céruse[28].

Substituts[modifier | modifier le code]

Titane[modifier | modifier le code]

Les fabricants de peintures ont remplacé le blanc de plomb par un substitut moins toxique, le blanc de titane (basé sur le dioxyde de titane pigmentaire), qui a été utilisé pour la première fois dans les peintures au XIXe siècle. Le dioxyde de titane est considéré comme suffisamment sûr pour être utilisé comme colorant alimentaire et comme dentifrice. C'est également un ingrédient courant de la crème solaire. Lorsqu'il est utilisé dans les peintures aujourd'hui, il est souvent recouvert d'oxydes de silicium ou d'aluminium pour plus de durabilité. Le blanc de titane a une opacité et une force de teinture beaucoup plus grandes que le blanc de plomb, et il peut facilement dominer la plupart des autres pigments s'il n'est pas mélangé soigneusement. Le blanc de titane a été critiqué pour avoir conduit à une "craie" dans les mélanges, et pour avoir prétendument diminué la permanence des pigments organiques mélangés avec lui en raison de son indice de réfraction élevé .

Zinc[modifier | modifier le code]

Le blanc de zinc est moins opaque et plus faible en teinture que le blanc de titane ou le blanc de plomb. Il est couramment utilisé pour alléger subtilement les mélanges tout en conservant la transparence. Bien que le blanc de zinc soit le blanc standard dans les aquarelles, sa solidité structurelle dans les huiles a été débattue. Le blanc de zinc sèche lentement et crée un film de peinture relativement rigide. Les détracteurs du pigment affirment que son utilisation entraîne une fissuration et une délamination excessives, même lorsqu'il est utilisé avec parcimonie[29].

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thompson 1956, p. 90-91.
  2. Armand É Havet, Le dictionnaire des ménages: ou recueil de recettes et d'instructions pour l'économie domestique ... : ouvrage utile aux pères et mères de famille et à tout chef de maison, Blanchard, (lire en ligne)
  3. Judith Rainhorn, Blanc de plomb Histoire d'un poison légal, Presses de SciencesPo, (ISBN 978-2-7246-2437-3, lire en ligne)
  4. Ball 2010, p. 97sq.
  5. Guenther, « Dangers of White Lead », Hathitrust, Sherwin Williams Co., (consulté le 31 octobre 2014)
  6. (de) Quellensammlung zur Geschichte der deutschen Sozialpolitik 1867 bis 1914, II. Abteilung: Von der kaiserlichen Sozialbotschaft bis zu den Februarerlassen Wilhelms II. (1881-1890), 3. Band: Arbeiterschutz, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, (ISBN 3-534-13440-0), sections 26 & 121
  7. Benjamin Franklin, The Ingenious Dr. Franklin: Selected Scientific Letters of Benjamin Franklin, (ISBN 978-1258046989, lire en ligne)
  8. Jochen A Frowein et Wolfrum Rüdiger, Max Planck Yearbook of United Nations Law, Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 90-411-1403-3)
  9. a et b Perry Gottesfeld, « The West's toxic hypocrisy over lead paint », New Scientist,‎ (lire en ligne).
  10. Agency for Toxic Substances and Disease Registry, « ToxFAQs™ for Lead », Center for Disease Control,
  11. Inspection du travail, Bulletin de l'Inspection du Travail et de l'Hygiène Industrielle, (lire en ligne), p. 172.
  12. « Some Commonly Asked Questions About Lead and Human Health », Health Canada,
  13. « Lead and Health » [archive du ], Health Canada (consulté le 3 juin 2013)
  14. (en) Jennifer Fowler, « Toronto company's lead-based products a danger to world health, critics say », CBC News,‎ (lire en ligne).
  15. Office of Information and Public Affairs, « CPSC Announces Final Ban On Lead-Containing Paint » [archive du ], U.S. Consumer Product Safety Commission,
  16. State of Delaware, « HB 456. An Act to Amend Titles 14, 16, 17, 26, and 29 of the Delaware Code Relating to the Use of Lead Paints on Outdoor Structures »,
  17. « Case Study: Whether a Title Company is Liable for Lead-Paint Contamination when Documents Indicated Lead Paint Existed »
  18. https://www.hud.gov/program_offices/healthy_homes/enforcement/disclosure
  19. « U.S. EPA Renovation, Repair and Painting Program »,
  20. (en) Charles Schmidt, « America's Misguided War on Childhood Lead Exposures », Undark,‎ (lire en ligne).
  21. (en) Jackie Flynn Mogensen, « You'll Probably Never Save as Many Lives as This Guy Who Got the Philippines to Stop Using Lead Paint », Mother Jones,‎ (lire en ligne).
  22. (en) « Philippines Successfully Completes Phase-Out of All Lead-Containing Paints », Philippine Canadian Inquirer,‎ (lire en ligne).
  23. (en) Press Trust of India, « Over 31 percent paints have alarming levels of lead: study », The Indian Express,‎ (lire en ligne).
  24. (en) Tasneem Bulbulia, « Proposed amendment to legislation set to eliminate lead in paint », Engineering News,‎ (lire en ligne).
  25. a et b Ralph Mayer, The artist's handbook of materials and techniques, New York City, 5. ed., rev. and updated, (ISBN 0670837016, lire en ligne)
  26. « céruse en lamelles », sur gdt.oqlf.gouv.qc.ca (consulté le 13 janvier 2020)
  27. Claire L. Hoevel, « A Study of the Discoloration Products Found in White Lead Paint », The American Institute for Conservation: Book and Paper Group Annual, vol. 4,‎ (lire en ligne)
  28. André Béguin, Dictionnaire technique de la peinture, (1re éd. 1990), p. 494.
  29. « Zinc White – Problems in Oil Paint? » [archive du ], Natural Pigments LLC

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 1, Puteaux, EREC, , p. 207-221 sq. « Anticorrosion », 342-346 « Blanc de plomb ou céruse ».
  • Philip Ball (trad. Jacques Bonnet), Histoire vivante des couleurs : 5000 ans de peinture racontée par les pigments [« Bright Earth: The Invention of Colour »], Paris, Hazan,
  • (en) Rutherford J. Gettens, Hermann Kühn et W. T. Chase, « Identification of the Materials of Paintings: Lead White », Studies in Conservation, vol. 12, no 4,‎ , p. 125–139 (DOI 10.2307/1505410, JSTOR 1505410)
  • (en) Donald G Gifford, Suing the Tobacco and Lead Pigment Industries: Government Litigation as Public Health Prescription, Ann Arbor, University of Michigan Press, (ISBN 978-0-472-11714-7, lire en ligne)
  • (en) Daniel Thompson, The Materials and Techniques of Medieval Painting, Dover Publications, (ISBN 0-486-20327-1, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]