Eau chaude sanitaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'eau chaude sanitaire (ECS) désigne, en termes de plomberie, l'eau réchauffée utilisée à des fins domestiques.

L'eau, chauffée par différents moyens, est acheminée via des canalisations, jusqu'à des points d'utilisation (douche, baignoire, lavabo, évier, lave-vaisselle, etc.).

Histoire[modifier | modifier le code]

Hérodote nous apprend que de son temps si l'on a besoin d'un bain chaud le meilleur moyen est de verser de l'eau sur des cailloux incandescents[1]. L'eau chaude fût utilisée en abondance dans les thermes romains. Appelé « bain maure » (en référence à l'Espagne musulmane d'Al-Andalus) et « bain turc » par les Occidentaux, le hammam (حمّام soit « eau chaude » en arabe) est un bain de vapeur humide puisant ses origines dans les thermes romains.

Chauffage de l'eau[modifier | modifier le code]

La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux, les besoins en eau chaude sanitaire ne cessent d'augmenter au regard des besoins en eau chaude pour le chauffage. On estime qu'il faut environ 30 litres d'eau chaude à 45 °C par personne et par jour. Environ 76 % de la consommation d'énergie domestique revient au chauffage, 12 % au chauffage de l'eau (le reste se répartissant entre l'énergie mécanique, l'éclairage, etc.)[2].

Techniques de chauffage[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Chauffe-eau et Chauffe-eau solaire.

L'eau chaude peut être produite à la demande par un chauffe-eau instantané ou stockée dans un ballon isolé thermiquement. Dans ce dernier cas, la production d'eau chaude peut être assurée soit par une résistance électrique interne au ballon, soit par une installation externe : chaudière, capteurs solaires ou pompe à chaleur. Dans ce dernier cas, on parle de chauffe-eau thermodynamique.

L’énergie utilisée pour faire chauffer l'eau peut être le soleil, l'électricité, le gaz ou le fioul.

Qualité sanitaire de l'eau chaude[modifier | modifier le code]

Afin d’éviter la prolifération d'agents infectieux, l'eau chaude doit être stockée à une température suffisante (voir règlementation).

L'utilisation de tuyaux en cuivre est parfois recommandée pour ses propriétés antibactériennes, qui permettent de réduire la formation du biofilm et la prolifération des bactéries[3].

Règlementation[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France, la température de l'eau chaude sanitaire est règlementée par l'arrêté du [4] qui obéit à deux objectifs :

  • la réduction des risques de brûlure : la température de l'eau chaude au point de puisage ne doit pas dépasser 50 °C dans les pièces destinées à la toilette, 60 °C dans les autres pièces d'habitation.
  • la prévention du développement des légionelles, lorsque l'installation comporte des points de puisage susceptibles d'engendrer l'exposition à un aérosol d'eau (douches) :
    • lorsque le volume entre le point de mise en distribution et le point de puisage le plus éloigné est supérieur à 3 L, la température de l'eau doit être supérieure ou égale à 50 °C en tout point du système de distribution, à l'exception des tubes finaux d'alimentation des points de puisage. Le volume de ces tubes finaux d'alimentation est le plus faible possible, et dans tous les cas inférieur ou égal à 3 L ;
    • lorsque le volume total des équipements de stockage est supérieur ou égal à 400 L, l'eau contenue dans les équipements de stockage doit être en permanence à une température supérieure ou égale à 55 °C à la sortie des équipements ou être portée à une température suffisante au moins une fois par 24 h70 °C pour au moins min, à 65 °C pour au moins 4 min, et 60 °C pour au moins 60 min)[5].

Économies d'eau chaude[modifier | modifier le code]

Dans le cas où l'eau chaude est stockée dans un ballon :

  • Ne pas surdimensionner le ballon. Plus il est grand, plus les déperditions thermiques sont importantes[6].
  • Installer le ballon le plus près possible des points d'utilisation, pour minimiser les pertes dues au volume mort des canalisations.
  • Régler la température du chauffe-eau le plus bas possible, tout en respectant la réglementation relative à la prévention des brûlures et au développement des légionelles. En pratique, selon les installations, entre 55 et 60 °C[7],[8].
  • Renforcer l'isolation thermique du ballon, en particulier lorsqu'il est placé dans un local non chauffé[7].
  • Couper le chauffage du ballon en cas d'absence prolongée (plus de quelques jours)[7].

Dans tous les cas :

  • Prendre des douches plutôt que des bains.
  • Vérifier le débit de la douche. S'il est supérieur à 6 litres/min, mettre un réducteur de débit ou remplacer la pomme de douche par un modèle à turbulence qui fractionne les gouttes d’eau[9].
  • N'utiliser d'eau chaude que quand c'est nécessaire. L'eau chaude est par exemple inutile pour laver une vaisselle non grasse, rincer la vaisselle, laver des légumes[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. V. C. Joly. Traité pratique du chauffage, de la ventilation, et de la distribution des eaux dans les habitations particulières: à l'usage des architectes, des entrepreneurs, et des propriétaires. 1869. Consulter en ligne
  2. Thomas Schmitz-Günther, Ecologis, Könemann, 1999
  3. [PDF] Canalisations et qualité de l’eau sanitaire : les propriétés antibactériennes du cuivre, sur le site cuivre.org
  4. Arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l'arrêté du 23 juin 1978 relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l'alimentation en eau chaude sanitaire des bâtiments d'habitation, des locaux de travail ou des locaux recevant du public
  5. Journal officiel de la République française, n° 291 du 15/12/2005, texte numéro 36
  6. « Comment bien choisir son nouveau chauffe-eau », sur Ma maison éco confort (consulté le 19 avril 2015)
  7. a, b, c et d Eric Lombard, « Réduisez facilement votre facture d’eau : 3. Comment utiliser moins d’eau chaude », sur ouvertures.net,‎ (consulté le 19 avril 2015)
  8. « Je fais des économies d’énergie », sur energie-info.fr (consulté le 19 avril 2015)
  9. Eric Lombard, « Réduisez facilement votre facture d’eau : 2. Comment utiliser moins d’eau », sur ouvertures.net,‎ (consulté le 19 avril 2015)