Régénération naturelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Régénération forestière)
Aller à : navigation, rechercher
La germination des graines sur les sols mis en lumière (pour les essences de lumière), ou à l'ombre de la canopée (pour les essences d'ombre) est une des bases de la résilience des écosystèmes forestiers. C'est aussi le lieu et le moment d'une intense sélection naturelle qui fait partie du processus de régénération.

Dans le domaine de la sylviculture ou de l'écologie, la régénération naturelle est la faculté d'un écosystème (généralement écosystème forestier) à se reconstituer spontanément, après destruction totale ou partielle du couvert forestier. Cette destruction peut être causée par une coupe rase ou une coupe partielle, par la création de taches de lumières ou de clairières dans le cadre d'une gestion douce dite proche de la nature, c'est-à-dire qui cherche à imiter les systèmes et cycles en œuvre dans l'évolution et l'auto-entretien de la forêt naturelle.

Le sylviculteur s'intéresse d'abord à la régénération de son "matériel" végétal qui se fait :

  • par multiplication végétative, incluant le rejet à partir de souches dans le cas du taillis simple ou du taillis sous futaie:
  • par la germination de graines (régénération naturelle, ou semi-naturelle si les graines ont été apportées ou plantées de main d'homme).

L'écologue s'intéresse plus généralement la régénération de tout l'écosystème, ou plus précisément à son entretien et évolution dans le temps, dans le cadre du cycle sylvigénétique.

Conditions nécessaires[modifier | modifier le code]

La régénération naturelle est une des formes de résilience écologique qui a fait ses preuves à l'échelle des temps géologiques[1], et - pour celles des forêts qui en ont bénéficié - à l'échelle des temps historiques. Elle nécessite cependant quelques conditions pour bien se réaliser, dont :

  • la conservation d'une source de graines et/ou de propagules (espèces symbiotes, espèces et essences pionnières puis secondaires…). La banque de graines du sol joue une rôle particulier, dans la mesure où certaines graines enfouies dans le sol, et ainsi protégées de la prédation et des aléas climatiques, peuvent attendre pendant de longues années des conditions favorables à leur germination[2],[3].
  • une quantité minimale d'eau douce disponible toute l'année (nappe phréatique accessible aux racines et à leurs symbiotes[4], pluie ou eaux météoritiques issues de la brume ou de la rosée[5]).
  • dans le cas d'espèces ne dispersant leurs graines ou propagules que par zoochorie, la présence des animaux disperseurs et/ou enterrent les graines est nécessaires[6]: certaines graines germent mieux après être passées dans le tube digestif d'un animal, comme les chauves-souris frugivores dans la forêt amazonienne[7]. En forêt tropicale, et notamment pour les grands arbres à grosses graines, ce sont le plus souvent des mammifères qui transportent les graines (phénomène nommé « zoochorie ») . Certains scientifiques parlent même de « codépendance » à propos des interactions durables qui lient la flore de la forêt pluvieuse et les primates[8]
    Ceci implique aussi que ces animaux aient la possibilité de se déplacer à la surface du sol ou dans la canopée et ne soient pas braconnés ni excessivement chassés[9].
  • une inondabilité de la zone concernée pour les espèces des forêts alluviales [10] ou ripisylves, dont les graines sont transportées par l'eau (hydrochorie), comme l'aulne glutineux[11] ou le cyprès chauve[12], ou au contraire l'absence de conditions asphyxiantes dans le sol pour les essences exigeant des sols bien drainés[13].
  • une pression herbivore compatible avec le potentiel de régénération[14],[15].
  • un microclimat favorable, qui dépend de la taille de la trouée/coupe[16],[17].
  • une forme d'humus propice, en particulier pour les espèces exigeant un enracinement profond et rapide des jeunes semis (plantules) dans un substrat minéral (hêtre, épicéa): ces espèces se régénèrent préférentiellement dans un humus de forme mull, à forte activité de vers de terre[18],[19], qui peut éventuellement être remplacé par un crochetage de la matière organique superficielle dans les humus de forme moder à mor[20].
  • l'absence d'interférence négative (allélopathie) avec d'autres espèces végétales (myrtille, callune, fougère aigle), dont le développement en tapis continus peut rendre un site impropre à toute régénération naturelle, notamment après des éclaircies trop fortes ou des coupes à blanc[21]. Ceci explique peut être le fait que les cavités laissées dans le sol par la motte de terre d'un arbre déraciné dans un grand chablis sont des microsites plus favorables la germination de certaines graines[22].

Nature du phénomène[modifier | modifier le code]

De nombreux écosystèmes peuvent généralement - dans une certaine mesure et avec un certain délai également - se régénérer, dans un processus dit de résilience écologique. Ce dernier se déroule selon des cycles réitérés (dits cycles sylvogénétiques). Il implique notamment et en premier lieu des espèces pionnières (bactéries, algues, champignons et lichens, puis mousses et végétation pionnière, puis strates herbacées et arborées) qui jouent en quelque sorte un premier rôle de stabilisation et cicatrisation de l'écosystème après une perturbation[23]. L'ensemble des acteurs, végétaux, microbiens, animaux, qu'il s'agisse de vertébrés ou d'invertébrés, agissent de façon coordonnée au travers de processus successionnels qui visent à assurer la permanence sur le très long terme des écosystèmes forestiers[21]. Ces phases de développement et de reconstitution de la forêt se retrouvent au sein de la mosaïque forestière[21], ce qui permet de les étudier par analyse synchronique[24].

Pas de temps[modifier | modifier le code]

Selon le milieu concerné, son contexte écologique et biogéographique et son degré de dégradation ou d'anthropisation, le délai nécessaire à une régénération complète peut fortement varier ;
Une prairie dégradée par un usage intensif (exportation excessive d'herbage, utilisation excessive de fertilisants) peut se régénérer en quelques années, dans la mesure où la banque de graines du sol ne s'est pas appauvrie[25],
Une lande brûlée par un incendie se régénère également en quelques années, voire en quelques mois si le feu n'a été que superficiel et que les incendies ne sont pas récurrents[26], mais il est courant, pour les besoins du pastoralisme, que des incendies récurrents soient provoqués volontairement par les bergers pour améliorer la qualité des herbages, la lande étant alors remplacée par une pelouse temporaire; l'abandon de cette pratique, traditionnelle en milieu méditerranéen, conduit généralement à la transformation progressive de la lande en lande arborée puis en forêt[27],
Par contre, après une perturbation majeure (coupe, ouragan, incendie, glissement de terrain, inondation, etc.) il faudra probablement plusieurs milliers d'années à une forêt tropicale humide pour retrouver la composition et la structure de la forêt antérieure s'il s'agissait d'une forêt dite primaire, en raison des difficultés de dispersion des arbres à grosses graines typiques de la forêt mature[28], mais la surface concernée et l'intensité des perturbations conditionnent fortement la vitesse et la qualité de la régénération[29],[30].

Dans le domaine forestier[modifier | modifier le code]

Dans de bonnes conditions, le semis naturel produit de nombreux plants, dont la plupart disparaitront rapidement dans le jeu de la compétition pour la lumière (sélection naturelle) ainsi que sous l'effet de l'abroutissement et des maladies cryptogamiques telles que la fonte des semis
Dans le cycle naturel de la sylvigenèse, des îlots de sénescence se forment, laissant place au bois mort et à une régénération souvent vigoureuse; un tel phénomène naturel peut être observé dans les parcs nationaux ou les réserves naturelles intégrales

Modes de régénération forestière[modifier | modifier le code]

La notion de « régénération forestière » désigne, pour le forestier, l'ensemble des processus naturels spontanés et des stratégies et techniques sylvicoles de restauration d'un couvert forestier. Deux types de situations sont envisageables, avec des enjeux différents:


On dit que la régénération est artificielle lorsqu'une nouvelle génération d'arbres est plantée ou semée à partir de provenances extérieures, on dit qu'elle est naturelle lorsque la nouvelle génération est issue de semis naturels à partir des arbres parents. En sylviculture, on pratique d'abord une coupe de régénération, destinée à favoriser l'éclairement du terrain tout en laissant sur place des individus sains et adultes porteurs de semences de qualité, puis une coupe définitive après une année de bonne fructification et une installation satisfaisante des semis d'arbres. On pratique ensuite des dépressages, destinés à réduire la densité des jeunes individus et empêcher ainsi qu'ils se concurrencent entre eux, et des interventions manuelles (ou des épandages d'herbicides) dans le couvert végétal au sol, pour réduire son pouvoir compétitif.
Certaines pratiques sylvicoles dites « proches de la nature » (ex : Prosilva), plutôt que de planter des arbres issus de pépinières, perdant ainsi les avantages de la sélection naturelle et de la diversité génétique, encouragent la régénération naturelle, soit après une coupe rase de petite taille (pour conserver le micro-climat forestier et la proximité des sources de graines et propagules), soit via une « gestion pied à pied » ou « en bouquets » facilitant une régénération naturelle et spontanée immédiate dans les trouées plus ensoleillées laissées par l'exploitation (structure presque similaire à celle laissée par un chablis). On parle alors de jardinage, aboutissant selon les cas à une futaie jardinée « pied à pied », « par bouquets » ou « par parquets » selon la taille croissante des trouées ainsi réalisées.

La dormance des graines ou l'inhibition de la croissance des jeunes plants sont levées par la mort ou la coupe des arbres antérieurement présents, ou par l'ouverture de la canopée. La lumière pénètre ainsi plus facilement jusqu'au sol, et l'eau est plus disponible à la suite de l'arrêt du pompage par l'évapotranspiration des arbres antérieurement présents.
La régénération naturelle permet et explique pour partie la résilience écologique de l'écosystème forêt[21]. Elle peut être empêchée ou freinée par la dégradation des sols, consécutive à des chantiers de coupe mal conduits, ou des passages abusifs par les engins de débardage, provoquant ainsi un tassement irréversible des sols qui les rend asphyxiants pour les racines[31].

Importance de la pression herbivore[modifier | modifier le code]

La régénération peut être compromise par des « surdensités » d'animaux tels que lièvres[32] et lapins[33], cervidés[34], sangliers[35], souvent artificiellement favorisés par le nourrissage en forêt[36], certains plans de chasse inadaptés[37], et surtout la disparition de leurs prédateurs naturels[38].
Forestiers et chasseurs utilisent souvent l'expression d'« équilibre sylvo-cynégétique » pour décrire des taux d'herbivorie qu'ils estiment acceptables voire souhaitables, car la venaison ou le produit des baux de chasse sont une partie souvent importante du revenu forestier par hectare de forêt[1]. Ces taux varient fortement selon l'âge moyen et la vulnérabilité des arbres poussant dans les parcelles concernées, et selon les conditions édaphiques de productivité biologique (climat, sol).

Importance du bois-mort[modifier | modifier le code]

De nombreux arbres, en particulier les épicéas sous climat de montagne et nordique, mais aussi les sapins de Douglas, régénèrent préférentiellement sur le bois pourri, qu'il s'agisse de troncs tombés dans les forêts naturelles ou de souches dans les peuplements soumis à exploitation[39]. Plusieurs hypothèses sont invoquées pour expliquer ce phénomène, notamment la capacité du bois pourri à retenir l'eau et les nutriments, ainsi que la présence d'organismes symbiotiques susceptibles de coloniser rapidement les jeunes semis, assurant ainsi une meilleure survie dans les très jeunes années de l'arbre, avant qu'il ait pu mettre en place des mécanismes de défense vis-à-vis des pathogènes et un système racinaire assurant son indépendance nutritionnelle[21]. Le bois-mort est une source importante de champignons mycorhiziens[40], de bactéries symbiotiques[41] et autres micro-organismes enrichissant le sol, en particulier ceux assurant la fixation non-symbiotique d'azote atmosphérique[42]. Il a été constaté, après de fortes tempêtes ou des attaques par des ravageurs ou des champignons pathogènes, que là où le bois mort avait été conservé, il se décomposait plus vite et avec une microfaune et une microflore plus riches et une meilleure régénération naturelle quand il n'avait pas été écorcé[43],[44].
En effet, dans la nature, la plupart des plantes et tous les arbres ont recours à des symbioses avec des champignons supérieurs et/ou des bactéries. Une bonne mycorhization (symbiose entre les racines d'une plante et le mycélium d'un champignon dit « mycorhizateur ») est un gage de bonne régénération[45]; le mycélium, en échange de glucose qu'il ne peut lui-même synthétiser, offre à la plantule et au jeune arbre une bien meilleure capacité à capter l'eau et les sels minéraux (nutriments) dont son hôte a besoin pour sa croissance[2]. On a constaté que des bactéries auxiliaires de la mycorhization[46] amélioraient encore la régénération[47]. De plus un humus forestier constitué à partir d'un substrat très riche en bois-mort a une très bonne capacité de rétention en eau et une très bonne résistance à l'érosion hydrique[48], ce qui est un paramètre important sur les sols en pente ou sur substrats fragiles[49].

Importance de la taille des trouées et de la microtopographie[modifier | modifier le code]

Pour les essences de lumière comme pour les essences d'ombres, la taille et l'ensoleillement de la trouée dans la canopée auront une grande importance. De plus, des expériences ont montré que la microtopographie (creux, petites buttes…) joue également un rôle, différencié selon l'éloignement du centre de la trouée, l'essence et l'âge du plant[50].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Raymonde Bonnefille, Guy Riollet, Guillaume Buchet, Michel Icole, Raymond Lafont & Marco Arnold, « Glacial/interglacial record from intertropical Africa, high resolution pollen and carbon data at Rusaka, Burundi », Quaternary Science Reviews, vol. 14, no 9,‎ , p. 917-936 (DOI 10.1016/0277-3791(95)00071-2, lire en ligne)
  2. (en) Kasso Daïnou, Aline Bauduin, Nils Bourland, Jean-Francois Gillet, Fousséni Fétéké & Jean-Louis Doucet, « Soil seed bank characteristics in Cameroonian rainforests and implications for post-logging forest recovery », Ecological Engineering, vol. 37, no 10,‎ , p. 1499-1506 (DOI 10.1016/j.ecoleng.2011.05.004, lire en ligne)
  3. (en) James W. Dalling, Adam S. Davis, Brian J. Schutte & A. Elizabeth Arnold, « Seed survival in soil: interacting effects of predation, dormancy and the soil microbial community », Journal of Ecology, vol. 99, no 1,‎ , p. 89-95 (DOI 10.1111/j.1365-2745.2010.01739.x, lire en ligne [PDF])
  4. (en) Bruce E. Mahall, Claudia M. Tyler, E. Shellyn Cole & Catarina Mata, « A comparative study of oak (Quercus, Fagaceae) seedling physiology during summer drought in southern California », American Journal of Botany, vol. 96, no 4,‎ , p. 751-761 (DOI 10.3732/ajb.0800247, lire en ligne [PDF])
  5. (en) Alvaro G. Gutiérrez, Olga Barbosa, Duncan A. Christie, Ek Del-Val, Holly A. Ewing, Clive G. Jones, Pablo A. Marquet, Kathlenn C. Weathers & Juan J. Armesto, « Regeneration patterns and persistence of the fogdependent Fray Jorge forest in semiarid Chile during the past two centuries », Global Change Biology, vol. 14, no 1,‎ , p. 161-176 (DOI 10.1111/j.1365-2486.2007.01482.x, lire en ligne [PDF])
  6. (en) John Terborgh, Patricia Alvarez-Loayza, Kyle Dexter, Fernando Cornejo & Cecilia Carrasco, « Decomposing dispersal limitation: limits on fecundity or seed distribution? », Journal of Ecology, vol. 99, no 4,‎ , p. 935-944 (DOI 10.1111/j.1365-2745.2011.01836.x, lire en ligne)
  7. (en) Tatyana A. Lobova, Scott A. Mori, Fabian Blanchard, Hoyt Peckham & Pierre Charles-Dominique, « Cecropia as a food resource for bats in French Guiana and the significance of fruit structure in seed dispersal and longevity », American Journal of Botany, vol. 90, no 3,‎ , p. 388-403 (DOI 10.3732/ajb.90.3.388, lire en ligne)
  8. Chapman, C.A., Onderdonk, D.A. (1998): Forests without Primates: Primate/Plant Codependency. American Journal of Primatology 45: 127-141.
  9. (en) Hadrien Vanthomme, Boris Belle & Pierre-Michel Forget, « Bushmeat hunting alters recruitment of large-seeded plant species in Central Africa », Biotropica, vol. 42, no 6,‎ , p. 672-679 (DOI 10.1111/j.1744-7429.2010.00630.x, lire en ligne [PDF])
  10. « http://www.ile.platiere.reserves-naturelles.org/Docs_telechargeables/lettre_platiere/dossier-bulletin4.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 7 avril 2013)
  11. (en) Kati Vogt, Leonid Rasran & Kai Jensen, « Water-borne seed transport and seed deposition during flooding in a small river-valley in Northern Germany », Flora, vol. 199, no 5,‎ , p. 377–388 (DOI 10.1078/0367-2530-00166, lire en ligne)
  12. (en) Rebecca L. Schneider & Rebecca R. Sharitz, « Hydrochory and regeneration in a bald cypress-water tupelo swamp forest », Ecology, vol. 69, no 4,‎ , p. 1055–1063 (DOI 10.2307/1941261, lire en ligne)
  13. (en) Bruce C. Nicoll & Michael P. Coutts, « Timing of root dormancy and tolerance to root waterlogging in clonal Sitka spruce », Trees, vol. 12, no 4,‎ , p. 241–245 (DOI 10.1007/s004680050147, lire en ligne)
  14. (en) Jean Debreyne, « À propos de dégâts de cervidés et d'autres animaux », Revue Forestière Française, no 1,‎ , p. 16–23 (DOI 10.4267/2042/24683, lire en ligne [PDF])
  15. (en) Jesse A.Randall & Michael B. Walters, « Deer density effects on vegetation in aspen forest understories over site productivity and stand age gradients », Forest Ecology and Management, vol. 261, no 3,‎ , p. 408–415 (DOI 10.1016/j.foreco.2010.10.026, lire en ligne [PDF])
  16. (en) Jean Pardé, « La régéneration du pin noir d'Autriche en Lozère », Revue Forestière Française, no 11,‎ , p. 931–938 (DOI 10.4267/2042/24426, lire en ligne [PDF])
  17. (en) Marcus V.N. d’Oliveira & Luciano A. Ribas, « Forest regeneration in artificial gaps twelve years after canopy opening in Acre State Western Amazon », Forest Ecology and Management, vol. 261, no 11,‎ , p. 1722–1731 (DOI 10.1016/j.foreco.2011.01.020, lire en ligne)
  18. (en) Jean-François Ponge, Jean André, Nicolas Bernier & Christiane Gallet, « La régénération naturelle: le cas de l'épicéa en forêt de Macot (Savoie) », Revue Forestière Française, vol. 46, no 1,‎ , p. 25–45 (DOI 10.4267/2042/26510, lire en ligne [PDF])
  19. http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/developpement-durable/d/biodiversite-sol-sous-sol_966/c3/221/p6/
  20. (en) François Le Tacon & Claude-Bernard Malphettes, « Nouveaux résultats concernant la germination et le comportement de semis de hêtre en forêt domaniale de Villers-Cotterêts (Aisne) », Revue Forestière Française, vol. 28, no 2,‎ , p. 132–137 (DOI 10.4267/2042/21042, lire en ligne [PDF])
  21. a, b, c, d et e (en) Jean-François Ponge, Jean André, Olle Zackrisson, Nicolas Bernier, Marie-Charlotte Nilsson & Christiane Gallet, « The forest regeneration puzzle », BioScience, vol. 48, no 7),‎ , p. 523–530 (lire en ligne [PDF])
  22. Putz, F. E. 1983. Treefall pits and mounds ; buried seeds, and the importance of soil disturbance to pioneer trees on Barro Colorado Island, Panama. Ecology 6 4 1069-1974.
  23. (en) Roelof Arent Albert Oldeman, Forests: elements of silvology, Berlin, Springer Verlag, , 1e éd. (ISBN 978-0-387-51883-1)
  24. (en) Nicolas Bernier & Jean-François Ponge, « Humus form dynamics during the sylvogenetic cycle in a mountain spruce forest », Soil Biology and Biochemistry, vol. 26, no 2,‎ , p. 183-220 (DOI 10.1016/0038-0717(94)90161-9, lire en ligne [PDF])
  25. (en) Renee M. Bekker, Geurt L. Verweij, Roger E. N. Smith, Ramon Reine, Jan P. Bakker, & S. Schneider, « Soil seed banks in European grasslands: does land use affect regeneration perspectives? », Journal of Applied Ecology, vol. 34, no 5,‎ , p. 1293-1310 (DOI 10.2307/2405239, lire en ligne [PDF])
  26. (en) G. Matt Davies, A. Adam Smith, Angus J. McDonald, Jonathan D. Bakker & Colin J. Legg, « Fire intensity, fire severity and ecosystem response in heathlands: factors affecting the regeneration of Calluna vulgaris' », Journal of Applied Ecology, vol. 47, no 2,‎ , p. 356-365 (DOI 10.1111/j.1365-2664.2010.01774.x, lire en ligne)
  27. (en) Jordi Bartolome, Josefina Plaixats, Rosario Fanlo & Martí Boada, « Conservation of isolated Atlantic heathlands in the Mediterranean region: effects of land-use changes in the Montseny biosphere reserve (Spain) », Biological Conservation, vol. 122, no 1,‎ , p. 81-88 (DOI 10.1016/j.biocon.2004.05.024, lire en ligne)
  28. (en) Xiao-Shuang Li, Wen-Yao Liu, Jun-Wen Chen, Cindy Q. Tang & Chun-Ming Yuan, « Regeneration pattern of primary forest species across forest-field gradients in the subtropical Mountains of Southwestern China », Journal of Plant Research, vol. 123, no 6,‎ , p. 751-762 (DOI 10.1007/s10265-010-0326-5, lire en ligne)
  29. (en) Lambertus Henricus Van Ulft, « The effect of seed mass and gap size on seed fate of tropical rain forest tree species in Guyana », Plant Biology, vol. 6, no 2,‎ , p. 214-221 (DOI 10.1055/s-2004-815736, lire en ligne [PDF])
  30. (en) Liza S. Comita, Maria Uriarte, Jill Thompson, Inge Jonckheere, Charles D. Canham & Jess K. Zimmerman, « Abiotic and biotic drivers of seedling survival in a hurricane-impacted tropical forest », Journal of Ecology, vol. 97, no 6,‎ , p. 1346-1359 (DOI 10.1111/j.1365-2745.2009.01551.x, lire en ligne [PDF])
  31. (en) Jean-François Ponge & Michel Bartoli, « L'air du sol, c'est la vie de la forêt », La Forêt Privée, vol. 307,‎ , p. 63-70 (lire en ligne [PDF])
  32. (en) Michael den Herder, Jari Kouki & Vesa Ruusila, « The effects of timber harvest, forest fire, and herbivores on regeneration of deciduous trees in boreal pine-dominated forests », Canadian Journal of Forest Research, vol. 39, no 4,‎ , p. 712-722 (DOI 10.1139/X08-208, lire en ligne)
  33. (en) Karen D. Holl & Edgar Quiros-Nietzen, « The effect of rabbit herbivory on reforestation of abandoned pasture in southern Costa Rica », Biological Conservation, vol. 87, no 3,‎ , p. 391-395 (DOI 10.1016/S0006-3207(98)00051-2, lire en ligne)
  34. (en) Nobuhiro Akashi, Akira Unno & Kazuhiko Terazawa, « Effects of deer abundance on broad-leaf tree seedling establishment in the understory of Abies sachalinensis plantations », Journal of Forest Research, vol. 16, no 6,‎ , p. 500-508 (DOI 10.1007/s10310-010-0245-2, lire en ligne)
  35. (en) Jose M. Gomez & Jose A. Hodar, « Wild boars (Sus scrofa) affect the recruitment rate and spatial distribution of holm oak (Quercus ilex) », Forest Ecology and Management, vol. 256, no 6,‎ , p. 1384-1389 (DOI 10.1016/j.foreco.2008.06.045, lire en ligne)
  36. (en) Robert D. Brown & Susan M. Cooper, « The nutritional, ecological, and ethical arguments against baiting and feeding white-tailed deer », Wildlife Society Bulletin, vol. 34, no 2,‎ , p. 519-524 (DOI 10.2193/0091-7648(2006)34[519:TNEAEA]2.0.CO;2, lire en ligne [PDF])
  37. (en) Erwin H. Bulte & Richard D. Horan, « Does human population growth increase wildlife harvesting? An economic assessment », Journal of Wildlife Management, vol. 66, no 3,‎ , p. 574-580 (lire en ligne)
  38. (en) E. Brückner, « Die Entwicklung des Rotwildbestandes und der Waldbiotope im Westerzgebirge-Vogtland von 1591 bis 1990 », Zeitschrift für Jagdwissenschaft, vol. 39, no 1,‎ , p. 46-59 (DOI 10.1007/BF02310216, lire en ligne)
  39. (en) Miroslav Svoboda, Shawn Fraver, Pavel Janda, Radek Bace & Jitka Zenahlikova, « Natural development and regeneration of a Central European montane spruce forest », Forest Ecology and Management, vol. 260, no 5,‎ , p. 707-714 (DOI 10.1016/j.foreco.2010.05.027, lire en ligne [PDF])
  40. (en) Tiina Rajala, Mikko Peltoniemi, Jarkko Hantula, Raisa Makipaa & Taina Pennanen, « RNA reveals a succession of active fungi during the decay of Norway spruce logs », Fungal Ecology, vol. 4, no 6,‎ , p. 437-448 (DOI 10.1016/j.funeco.2011.05.005, lire en ligne)
  41. (en) Ching Y. Li, Ralph H. Crawford & Te-Tzu Chang, « Frankia in decaying fallen trees devoid of actinorhizal hosts and soil », Microbiological Research, vol. 152, no 2,‎ , p. 167-169 (DOI 10.1016/S0944-5013(97)80008-0, lire en ligne [PDF])
  42. (en) Andreas Brunner & James P. (Hamish) Kimmins, « Nitrogen fixation in coarse woody debris of Thuja plicata and Tsuga heterophylla forests on northern Vancouver Island », Canadian Journal of Forest Research, vol. 33, no 9,‎ , p. 1670-1682 (DOI 10.1139/x03-085, lire en ligne [PDF])
  43. (en) Magda Jonášová & Karel Prach, « Central-European mountain spruce (Picea abies (L.) Karst.) forests: regeneration of tree species after a bark beetle outbreak », Ecological Engineering, vol. 23, no 1,‎ , p. 15-27 (DOI 10.1016/j.ecoleng.2004.06.010, lire en ligne [PDF])
  44. (en) Ylva Persson, Katarina Ihrmark & Jan Stenlid, « Do bark beetles facilitate the establishment of rot fungi in Norway spruce? », Fungal Ecology, vol. 4, no 4,‎ , p. 262-269 (DOI 10.1016/j.funeco.2011.01.005, lire en ligne)
  45. (en) Michael F. Allen, Edith B. Allen & Arturo Gómez-Pompa, « Effects of mycorrhizae and nontarget organisms on restoration of a seasonal tropical forest in Quintana Roo, Mexico: factors limiting tree establishment », Restoration Ecology, vol. 13, no 2,‎ , p. 325-333 (lire en ligne)
  46. (en) Pascale Frey-Klett, Jean Garbaye & Matti Tarkka, « The mycorrhiza helper bacteria revisited », New Phytologist, vol. 176, no 1,‎ , p. 22-36 (lire en ligne [PDF])
  47. (en) Christopher P. Chanway, « Inoculation of tree roots with plant growth promoting soil bacteria: an emerging technology for reforestation », Forest Science, vol. 43, no 1,‎ , p. 99-112 (lire en ligne)
  48. (en) Bernard G. Barthès, Raphaël J. Manlay & Olivier Porte, « Effets de l’apport de bois raméal sur la plante et le sol: une revue des résultats expérimentaux », Cahiers Agricultures, vol. 19, no 4,‎ , p. 280-287 (lire en ligne [PDF])
  49. (en) Jeremy W. Singer, Robert W. Malone, Mark D. Tomer, Terry G. Meade & Jennifer Welch, « Compost effect on water retention and native plant establishment on a construction embankment », Journal of Soil and Water Conservation, vol. 61, no 5,‎ , p. 268-273 (lire en ligne)
  50. (en) Beverly S. Collins & Loretta L. Battaglia, « Microenvironmental heterogeneity and Quercus michauxii regeneration in experimental gaps », Forest Ecology and Management, vol. 155, no 1-3,‎ , p. 279-290 (DOI 10.1016/S0378-1127(01)00565-5, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ponge JF, André J, Zackrisson O, Bernier N, Nilsson MC & Gallet C (1998) The forest regeneration puzzle: biological mechanisms in humus layer and forest vegetation dynamics. BioScience 48: 523-530

Liens externes[modifier | modifier le code]