Jacques-Joseph Baudrillart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baudrillart.
Jacques-Joseph Baudrillart
Description de cette image, également commentée ci-après

Ouvrage de référence de Jacques-Joseph Baudrillart

Naissance
Givron (Ardennes)
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence France
Profession
Agronome chasse pêche et forêt
Formation

Jacques-Joseph Baudrillart est un agronome et forestier français, né le 20 mai 1774 à Givron dans les Ardennes et mort à Paris le 24 mars 1832. Ardent défenseur de la foresterie, il est un des promoteurs de l'École Royale Forestière[1] devenue École Impériale Forestière puis École nationale des eaux et forêts au gré des régimes politiques[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

GallicaBaudrillardJJ2.png
Gravure issue du Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études au collège de Rethel, il entre dans l'armée (1791-1801) et est employé aux hôpitaux ambulants. Il profite de ses voyages pour étudier l'aménagement des forêts en Allemagne.

Carrière[modifier | modifier le code]

Traducteur[modifier | modifier le code]

Les connaissances acquises sur l'aménagement des forêts en Allemagne lui donnent entrée dans l'administration forestière.

En 1805, Il traduit des ouvrages de Georg Ludwig Hartig sur la culture du bois à l'usage des forestiers et en 1807 sur les rapports de combustibilité des bois puis un manuel à l'usage des forestiers de tous grades de Friedrich August Ludwig von Burgsdorf[3].

Gestionnaire et Juriste[modifier | modifier le code]

Il participe de 1801 à 1807 au Mémorial forestiers, recueil des lois et arrêtés relatifs à l'administration forestière[4] et de 1805 à 1816 aux anales forestières[5].

Administration générale des forêts[modifier | modifier le code]

En 1819, il est promu chef de division dans l'administration générale des forêts.

Il publie de nombreux ouvrages sur les codes de la pêche, de la chasse et de la forêt.

Son ouvrage de référence Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches qui renferme un recueil chronologique des Règlements forestiers depuis 1719 [6] donne la définition de l'aménagement forestier retenue par l'administration belge en 1834[7] et sert encore de référence à l'écologie moderne[8] :

« C'est l'art de diviser une forêt en coupes successives, ou de régler l'étendue ou l'âge des coupes annuelles, de manière à assurer une succession constante de produits pour le plus grand intérêt de la conservation de la forêt, de la consommation en général et du propriétaire. »

L'ouvrage est traduit par Charles Drion en allemand, la langue du pays le plus avancé à l'époque sur la foresterie. il est correspondant de l'Académie forestière Saxe-Gotha[9].

L'école royale forestière de Nancy est ouverte en 1824 grâce à ses interventions et l'appui du directeur général des Eaux et Forêts, Charles Marcotte[10].

Une nouvelle organisation administrative l'ayant fait déchoir dans de son rang, il entre dans une profonde dépression qui hâta sa fin[5].

Qualifications[modifier | modifier le code]

Titres inscrits sur la première page d'ouvrages

Membre[modifier | modifier le code]

  • Société royale et centrale d'agriculture
  • Conseil d'administration de la société d'encouragement pour l'industrie nationale

Correspondant[modifier | modifier le code]

  • Sociétés d'agriculture et des sciences et arts de Versailles et de Besançon
  • Académie des Forêts et chasses de Saxe-Gotha

Publications[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

  • Jacques-Joseph Baudrillart ((10 volumes in-4 1821-1834)), Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches, paris, Nabu Press, , 796 p. (ISBN 978-1146945257)
  • Jacques-Joseph Baudrillard, Dictionnaire de la culture des arbres et de l'aménagement des forêts,, Paris, Mme Veuve Agasse, (lire en ligne)[11]
  • Jacques-Joseph Baudrillart, Code forestier: suivi de l'ordonnance réglémentaire, Nabu Press, , 730 p. (ISBN 978-1272166403, lire en ligne)
  • Jacques-Joseph baudrillart, Code de la pêche fluviale, Paris, Arthus Bertrand, , 496 p. (ISBN 978-1168616029, lire en ligne)
  • les Annales forestières (avec Doniol et Chanlaire, 8 vol. 1808-1816) ;
  • le Mémorial forestier, l' Annuaire forestier.
  • (de) Jacques-joseph Baudrillart (trad. Charles Drion), Forst-Gesetzbuch und Reglementar-Ordonnanz, nebst einer Erläuterung der Artikel des Gesetzbuchs und der königlichen Ordonnanz, herausgegeben, Saverne, J. R. Aweng, (ASIN B001DAN1P2)

Traducteur[modifier | modifier le code]

  • Georges-Louis Hartig (trad. Jacques-Joseph Baudrillart), Instruction sur la culture du bois, à l'usage des forestiers [« Anweisung zur Holzzucht für Förster »], Paris, Imprimerie de C.-F. Patris, , 1e éd., 173 p. (ASIN B001C7ZLIG)
  • Georges-Louis Hartig (trad. Jacques-Joseph Baudrillart), Instruction sur la culture du bois, à l'usage des forestiers [« Anweisung zur Holzzucht für Förster »], Paris, Levrault, Schoell et Cie, , 2e éd., 160 p.
  • Georges-Louis Hartig (trad. de l'allemand par Jacques-Joseph Baudrillart), Expériences physiques sur les rapports de combustibilité des bois entr'eux, Paris, Arthur-Bertrand, , 108 p. (ASIN B001C7ZLJK)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-Joseph Baudrillart, Pierre Etienne Herbin de la Halle et de Quingery, Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches: composé d'un recueil chronologique des règlemens forestiers, d'un dictionnaire des eaux et forêts, et d'un dictionnaire des chasses et pêches; avec un atlas contenant un grand nombre de tableaux et de figures, Huzard, (lire en ligne)
  2. Histoire de l'École forestière
  3. (de) « Friedrich August Ludwig von Burgsdorff », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  4. Paul (de Versailles) Auteur du texte Heuzé, Les agriculteurs illustres / par Paul Heuzé, (lire en ligne)
  5. a et b Charles (1798-1871) Dezobry et Théodore (1820-1879) Bachelet, Dictionnaire général de biographie et d'histoire, de mythologie, de géographie ancienne moderne et comparée... (10e édition, entièrement refondue) / par Ch. Dezobry, Th. Bachelet,..., (lire en ligne)
  6. Jacques Joseph Baudrillart, Recueil chronologique des réglemens forestiers: contenant les ordonnances, édits et déclarations des rois de France, etc, (lire en ligne)
  7. Charles de Brouckere et Franciscus Tielemans, Répertoire de l'administration et du droit administratif de la Belgique, Weissenbruch, (lire en ligne) :

    « De toutes les définitions, il n'y a que celle de Baudrillard qui nous semble complète, et c'est aussi dans le sens qu'il attache au mot aménagement, que cette matière intéresse l'administration publique. »

  8. Lionel Dupuy, « L'écologie humaine : petite histoire d'une révolution paradigmatique : Le Développement Durable : un constat ancien », E-Working Papers em Ecologia Humana,‎ , P18 Contrairement à l’idée répandue, le principe d’un développement qui soit durable ne date pas d’hier. Ainsi, en 1811, dans son Dictionnaire général raisonné et historique des Eaux et ForêtsJacques Joseph Baudrillard propose la définition suivante de l’aménagement : « C’est l’art de diviser une forêt en coupes successives ou de régler l’étendue ou l’âge des coupes annuelles, de manière à assurer une succession constante de produits pour le plus grand intérêt de la conservation et de la forêt, de la consommation en général et du propriétaire ». (ISSN 1647-1865, lire en ligne)
  9. Heinrich Cotta, Principes fondamentaux de la science forestière, Bouchard-Huzard, (lire en ligne)
  10. Jean-Claude Polton et France Comité des travaux historiques et scientifiques, Tourisme et nature au XIXè siècle: guides et itinéraires de la forêt de Fontainebleau (vers 1820-vers 1880), Comité des travaux historiques et scientifiques, Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, (ISBN 9782735502981, lire en ligne), p. 75
  11. Certains ouvrages orthographient Baudrillart avec un d au lieu de t, mais il s'agit bien de Jacques-Joseph Baudrillart.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • R. Létinois, Biographie générale des Champenois célèbres, morts et vivants, Paris : Journal des peintres, 1834, p. 21 [1]
  • Alfred Hannedouche, Ardennes, collection Galerie française, vol.16, Paris : Curel, Gougis & Cie, (s.d.), p.11 [2]