Quartiers de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Quartier de Toulouse)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Depuis le conseil municipal du 18 décembre 2009, la municipalité de Toulouse applique un découpage de la ville en six secteurs et vingt-deux quartiers[1].

Secteurs[modifier | modifier le code]

Secteur 1 - Toulouse Centre[modifier | modifier le code]

Le secteur 1 - Toulouse Centre englobe les quartiers du centre-ville élargi de Toulouse. C'est un des secteurs les plus densément peuplés, avec presque 70 000 habitants. Le territoire est composé de plusieurs quartiers historiques. Il concentre également de nombreux équipements de centralité à l'échelle de la ville, mais aussi de l'agglomération toulousaine et même de la région Occitanie. L'offre commerciale en fait le premier pôle commercial régional[2].

Quartiers administratifs Quartiers historiques Population (2013) Superficie (ha) Quartiers IRIS Population (2013) Maire de quartier
1. Capitole - Arnaud Bernard - Carmes 30388 213
  • Jacobins
  • Saint-Rome
  • Dalbade
  • Filatiers
  • Saint-Sernin
  • Taur
  • Valade
  • Occitane
  • Wilson
  • Croix-Baragnon
  • Ozenne
3353
3601
3102
2684
3737
2293
2603
2305
1796
2212
2686
Julie Escudier
2. Amidonniers - Compans Caffarelli 15680 165 Ghislaine Delmond
3. Les Chalets/Bayard/Belfort - Saint-Aubin/Dupuy 23609 140 Jacqueline Winnepenninckx-Kieser

Secteur 2 - Rive gauche[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs Quartiers historiques Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Saint-Cyprien 18049 184 Bertrand Serp
2. Croix-de-Pierre - Route d'Espagne 9476 733 Franck Biasotto
3. Fontaine-Lestang - Arènes - Bagatelle -
Papus/Tabar - Bordelongue - Mermoz - La Faourette
25150 306 Samir Hajije
4. Casselardit - Fontaine-Bayonne - Cartoucherie 13558 310 Marthe Marti

Secteur 3 - Toulouse Nord[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs Quartiers historiques Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Minimes - Barrière de Paris - Ponts-Jumeaux 35112 597 Maxime Boyer
2. Sept-Deniers - Ginestous - Lalande 17328 1195 Olivier Arsac
3. Trois Cocus - Borderouge - Croix-Daurade - Paleficat - Grand Selve 19391 799 Françoise Roncato

Secteur 4 - Toulouse Est[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs Quartiers historiques Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Lapujade - Bonnefoy - Périole - Marengo - La Colonne 21177 293 Hélène Costes-Dandurand
2. Jolimont - Soupetard - Roseraie - Gloire - Gramont- Amouroux 22358 619 Laurent Lesgourgues
3. Bonhoure - Guilheméry - Château de l'Hers - Limayrac - Côte Pavée 32754 531 Jean-Baptiste de Scorraille

Secteur 5 - Toulouse Sud-Est[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs Quartiers historiques Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Pont des Demoiselles - Montaudran - La Terrasse 28865 980 Emilion Esnault
2. Rangueil - Sauzelong - Pech-David - Pouvourville 35777 1274 Florie Lacroix
3. Saint-Michel - Le Busca - Empalot - Saint Agne 36304 442 Sophia Belkacem-Gonzalez de Canales

Secteur 6 - Toulouse Ouest[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs Quartiers historiques Population (2013) Superficie (ha) Maire de quartier
1. Arènes Romaines - Saint-Martin-du-Touch 12632 885 Martine Susset
2. Lardenne - Les Pradettes - Basso Cambo 17085 955 Christophe Alvès
3. Mirail - Reynerie - Bellefontaine 20171 284 Franck Biasotto
4. Saint-Simon - Lafourguette - Oncopole 15830 1467 Romuald Pagnucco

Anciens quartiers[modifier | modifier le code]

Auparavant la ville était divisée en 17 grands quartiers possédant chacun une mairie de quartier et un maire délégué s'occupant de celui-ci. Dix-sept quartiers découpaient de façon administrative la ville. Ce découpage suivait le découpage historique de petits quartiers (comme les capitoulats) ou d'anciens bourgs ou villages tel Saint-Martin-du-Touch, mais, il ne suivait pas le découpage cantonal qui coupe certains quartiers historiques en deux, comme le quartier des Minimes[3].

Liste des quartiers de la ville de Toulouse.

Historique et toponymes[modifier | modifier le code]

La ville était dotée de ramiers qui donnèrent leurs noms à la base de loisirs de la Ramée et à l'île du Ramier.

Les terres du domaine de Braqueville étaient réparties en plusieurs métairies : Bordelongue ; Bordeneuve (d'une surface de 141 arpents) ; Gironis ; Larrieu. Ces terres ont notamment appartenu à Jean-Baptiste Chaumeil, oncle de Jean Baylet[4].

Le nom Fontaine-Lestang tire son origine de « la fontaine de Lestang » (la source de l’étang), notamment mentionné dans une ordonnance de l'évêque cardinal d'Astros de 1848[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les secteurs et vos contacts », Mairie de Toulouse
  2. Présentation du secteur 1 - Toulouse Centre, sur le site de la mairie de Toulouse, consulté le 12 septembre 2014.
  3. « 17 quartiers passés au crible », L'Express (consulté le 27 avril 2011)
  4. Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse., L'Auta : que bufo un cop cado més., Toulouse, [s.n.], (lire en ligne), p. 20-25
  5. Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse., L'Auta : que bufo un cop cado més., Toulouse, [s.n.], (lire en ligne), p. 74