Jean Baylet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baylet.

Jean Baylet
Fonctions
Député de Tarn-et-Garonne
Maire de Valence-d'Agen
Prédécesseur Jean-Baptiste Chaumeil
Successeur Évelyne-Jean Baylet
Biographie
Nom de naissance Jean André Bernard Baylet
Date de naissance
Lieu de naissance Valence-d'Agen (Tarn-et-Garonne)
Date de décès (à 55 ans)
Lieu de décès Montgaillard-Lauragais (Haute-Garonne)
Nature du décès Accident de la route
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique PRRRS
Conjoint Évelyne-Jean Baylet
Enfants Dany Malet (née Baylet)
Jean-Michel Baylet
Martine Baylet

Jean Baylet, né le à Valence-d'Agen (Tarn-et-Garonne) et mort le à Montgaillard-Lauragais (Haute-Garonne), est un homme politique et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Baylet naît dans une famille d'origine bourgeoise du Sud-Ouest de la France. Il est le neveu du député-maire Jean-Baptiste Chaumeil. Il effectue ses études à l'école publique de Valence-d'Agen, fait son entrée au lycée de Toulouse et est diplômé d'une licence en droit.

Il entre en 1925 à La Dépêche de Toulouse où son oncle venait d'acquérir des actions de La Dépêche et du journal Le Petit Toulousain. C’est ainsi qu'il fait la connaissance de Maurice Sarraut et de son frère Albert, avec qui il va nouer une grande amitié et qui vont l'intéresser à la vie politique. Entretemps, il gravit les échelons en devenant en 1927 directeur administratif, puis rédacteur en chef du journal. Il consacrera une bonne partie de sa vie à son journal, jusqu'à sa mort ; c'est ainsi qu'il a pu jouer un rôle important à l'intérieur du parti radical-socialiste, mais aussi au niveau local dans le Tarn-et-Garonne.

En 1930, un an après avoir été élu conseiller municipal de Valence-d'Agen, il devient le plus jeune maire de France à la suite du décès de Jean-Baptiste Chaumeil.

Jean Baylet participe à la Seconde Guerre mondiale comme lieutenant durant la Campagne de France (1939-1940). La Dépêche se tourne favorablement vers le gouvernement Pétain en 1940. Ami de René Bousquet, Jean Baylet est arrêté en 1942, avec Maurice Sarraut, par les Allemands, puis relâché. Il devient directeur en chef du journal après l'assassinat de ce dernier le . Il est arrêté une seconde fois en juin 1944 en même temps qu'Albert Sarraut ; il sera emprisonné à Saint-Michel de Toulouse, puis transporté au camp de Compiègne avant de partir le pour Neuengamme, en qualité de "personnalité-otage".

Député sans discontinuer sous la IVe République, Jean Baylet décède dans un accident de la route le alors qu'il revenait d'une visite à Albert Sarraut[1].

Son épouse Évelyne lui succède à la tête de La Dépêche du Midi. Ils sont les parents de Jean-Michel Baylet, qui sera ministre.

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats locaux
Mandats parlementaires

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]