Prisonnier d'opinion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Prisonnier politique.

La notion de prisonnier d'opinion a été créée en 1961 par Peter Benenson, avocat britannique et fondateur d'Amnesty International, une ONG de défense des droits de l'homme et a depuis fait florès[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Est considéré comme prisonnier d'opinion toute personne détenue ou restreinte dans sa liberté du fait de ses convictions politiques ou religieuses ou pour toute autre raison de conscience, de son origine ethnique, de son sexe ou de son orientation sexuelle, de sa couleur, de sa langue, de son origine sociale ou de sa nationalité, de sa situation économique, de sa naissance ou de toute autre situation - et qui n'a pas usé de violence ni incité à la violence ou à la haine[2].

Amnesty International demande la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers d'opinion. Ce fut historiquement le premier but que s'est donné cette organisation.

Les derniers prisonniers d'opinion selon Amnesty International[modifier | modifier le code]

Liste de prisonniers d'opinion tibétains[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Freed China prisoner reaches US », BBC News,‎ 18 March 2005 (lire en ligne)
  2. (en)« The Forgotten Prisoners », sur Amnesty
  3. (en)« A thousand lashes and 10 years in prison for online Saudi Arabian activist », sur Amnesty,‎ 7 mai 2014
  4. Anthony Verdot-Belaval, « 10 ans de prison et 1000 coups pour "Insulte à l'Islam" », sur Paris Match,‎ 15 janvier 2015
  5. Morgane Macé, « La détention arbitraire du journaliste éthiopien Eskinder Nega », sur Actualitté,‎ 20 août 2012
  6. Elodie Schwartz, « Iran : Ghoncheh Ghavami, détenue pour avoir voulu regarder un match de volley a été condamnée à un an de prison », sur Au feminin,‎ 3 novembre 2014
  7. Marie Desnos, « La libération surprise de Ghoncheh Ghavami », sur Paris Match,‎ 24 novembre 2014
  8. (de) Patrick Conley, « Widerspruch oder Protest ist undenkbar », Gerbergasse 18, no 1,‎ 2014 (ISSN 1431-1607, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]