Place Georges-Pompidou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

4e arrt
Place Georges-Pompidou
image illustrative de l’article Place Georges-Pompidou
Une place en pente.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Merri
Début Située devant le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, entre la rue Saint-Merri, la rue Saint-Martin et la rue Rambuteau
Morphologie
Longueur 170 m
Largeur 65 m
Historique
Dénomination Décret municipal[1] du
Géocodification
Ville de Paris 4099
DGI 4236

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place Georges-Pompidou
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place Georges-Pompidou est une place située dans le 4e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La place est une voie privée[2].

L’ensemble formé par le Centre, son annexe, l’atelier Brancusi et la place, est délimité par la rue Beaubourg, la rue Saint-Merri, la rue Saint-Martin et la rue Rambuteau.

La place a la particularité d’être en pente, depuis la rue Saint-Martin jusqu’aux entrées publiques du Centre qui font face à cette rue, évoquant la configuration particulière de la Piazza del Campo de Sienne, ce qui a permis de faire entrer sur une surface restreinte et dans le gabarit maximal autorisé, la totalité des exigences du programme du projet du plateau Beaubourg.

D’impressionnantes bouches d’aération peintes en blanc s’alignent en bordure de la rue Saint-Martin et des entrées à un parking souterrain.

Jusqu’en 2009, on pouvait y observer une colonne carrée surmontée par Le Pot doré, œuvre de Jean-Pierre Raynaud. Depuis 2011, l’emplacement est occupé par Horizontal d’Alexander Calder. Depuis 2012, une sculpture de bronze d’Adel Abdessemed intitulée Coup de tête, statue de plus de cinq mètres de hauteur, est aussi exposée sur cette même piazza[3] : elle évoque le fameux « coup de tête de Zidane » remontant à la coupe du monde de football de 2006.

Les Parisiens semblent ignorer le nom de cette place qu’ils appellent couramment « la piazza Beaubourg[4] », ou même « la Piazza ». Certains parlent toujours du « centre Beaubourg » ou de « Beaubourg » pour désigner le centre Georges-Pompidou. Le centre et la place occupent en effet une partie de l’ancien plateau Beaubourg, un espace libre issu de l’îlot insalubre no 1. Pour d’autres, cette place est l'« esplanade Beaubourg » ou encore le « parvis Beaubourg ». Cette place est dépourvue des plaques de rue réglementaires.

De nombreux musiciens et artistes assurent l’animation de la Piazza en proposant leurs services aux passants. Le temps n’est plus où la police parisienne multipliait les contrôles de ces « saltimbanques » sans que l’on sache exactement quelle était la position de la direction du centre à ce sujet. L’anarchiste Aguigui Mouna (1911-1999) fut souvent en représentation sur cette place.

Les dessinateurs à la craie, Astérix et Baleine, dessinent régulièrement sur le sol de cette esplanade[5].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de cette place, comme celui du centre national d’art et de culture Georges-Pompidou voisin, rend hommage à Georges Pompidou (1911-1974), qui fut président de la République de 1969 à sa mort.

Historique[modifier | modifier le code]

La place a ainsi été dénommée en 1979 tandis que la voie Georges-Pompidou l’a été dès 1976.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’édition de mars 1997 de la Nomenclature officielle des voies indique bien « déc. mun. » et non « arr. mun. ».
  2. « Statut voie privée » : cette mention figure dans « Place Georges-Pompidou », www.v2asp.paris.fr, consulté le 18 août 2011.
  3. « Le “coup de tête” de Zidane exposé à Beaubourg », Le Monde avec AFP, 26 septembre 2012.
  4. On trouve à proximité de cette place un immeuble portant l’inscription Le Piazza Beaubourg, sis au 156, rue Saint-Martin (quartier de l’Horloge).
  5. Matthieu Bidan, « De 8 heures à 2 heures du mat’, Astérix dessine sur la dalle du centre Pompidou. Son truc, attirer les enfants pour que les parents lâchent une pièce. », sur StreetPress, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :