Pierre de Bologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre de Bologne
Biographie
Naissance
Décès
Odes sacrées, 1758
Signées "M. de Bologe, de l'Amérique".

Pierre de Bologne, dit Pierre de Bologne IId, né en 1706 en Martinique - mort le à Dardenac, Gironde[1] est un poète français du XVIIIe siècle, membre du parlement de Metz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prénommé comme son père Pierre de Bologne Ier colon à la Guadeloupe[2], frère de Georges de Bologne Saint-Georges et oncle de Joseph Bologne de Saint-George[3], il fut secrétaire du roi, audiencier au Parlement de Metz et membre des académies d'Angers et de la Rochelle[4].

Il épouse Bénédicte Husson, à La Rochelle, par contrat de mariage du . le couple eut un fils nommé Pierre-Clément de Bologne[5] et une fille Bénédictine de Bologne[réf. nécessaire].

Pierre de Bologne, conseiller du roi[6], fut anobli le [7] probablement en application de l’Édit du roi de France Louis XIV de septembre 1658 confirmé par une déclaration du même roi en date du . Il vécut à Metz où il fut secrétaire du roi, audiencier au parlement de 1749 à 1781.

Biographie du Parlement de Metz, 1853[modifier | modifier le code]

Les Parlements sous l'Ancien Régime

La Biographie du Parlement de Metz dressée par Emmanuel Michel en 1853 le présente comme suit :

BOLOGNE (Pierre de), né à la Martinique en 1706, fut reçu secrétaire du roi, audiencier en la chancellerie du parlement de Metz, en 1749. Il habita longtemps cette ville et résigna ses fonctions de secrétaire du roi le . Pierre de Bologne, membre de plusieurs académies, est auteur de poésies diverses qui ont été imprimées en 1746 et en 1759. Il réussit dans les odes sacrées, où il sut remplacer l'enthousiasme par la pureté, l'éloquence et l'harmonie. On peut consulter sur ses œuvres la France littéraire d'Hébrail et Laporte et la France littéraire de J.-S. Ersch.[8]

Biographie universelle, ancienne et moderne, 1843[modifier | modifier le code]

Les Capizucchi-Bologne maintenu dans la noblesse, 11 février 1767

La Biographie universelle dirigée par Joseph Fr. Michaud est un peu plus prolixe que la notice insérée dans la Biographie du Parlement de Metz.

Pierre de Bologne, nous dit la société de gens de lettres et de savants qui a rédigé l'ouvrage, descendait de la famille des Capizucchi de Bologne, établie en Provence depuis le XVIe siècle[9]. Son père avait atteint le grade d'officier au service du roi de France. Pierre de Bologne fils a poursuivi la tradition militaire de la famille en étant mousquetaire. Il a participé aux campagnes du Rhin et des Pays-Bas[10], dans les guerres contre l'Autriche et, réformé[11] après la paix d'Aix-la-Chapelle (1748), il s'installa à Angoulême.

Pour ces auteurs, Pierre de Bologne mourut en 1789. Ils précisent dans une note : "C'est par erreur que quelques biographes disent qu'il (Pierre de Bologne) mourut à Paris en 1799. Le nom de Bologne ne se trouve pas dans la Table des Poêtes français[réf. nécessaire] en 1789"[12].

Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe[modifier | modifier le code]

« Bologne (Pierre de), de Metz, . — Né à la Martinique en 1706, secrétaire du roi, maison et couronne de France près le parlement de Metz, de 1749 à 1781 ; il habita longtemps cette ville et composa des odes sacrées et divers morceaux de poésie qui ont été imprimés. Il fit enregistrer, le , à la Guadeloupe, ses lettres de provision de secrétaire du roi qui lui accordent les privilèges de noblesse du premier degré. Mais aucune concession ou confirmation d'armoiries n'y sont jointes. On le croit originaire du Dauphiné, où Pierre de Bologne était châtelain de Saint-André[Lequel ?] et d'où Claude de Bologne aurait passé en Lorraine[13]. »

Œuvres poétiques[modifier | modifier le code]

Poète lyrique, Pierre de Bologne est auteur de poésies diverses et odes sacrées qui ont été imprimées entre 1745 et 1821. Les Académies de La Rochelle, d'Angers, de Marseille en France et l'Académie des Inestricati de Bologne en Italie, l'avaient admis au nombre de leurs membres.

« Un Américain, M. de Bologne, vient de donner un recueil de poésie sacrées[14], suivi de poésies diverses dont quelques-unes sont latines. Je ne crois pas que ce poête se trouve jamais placé à côté du grand Rousseau dans les cabinets où il y aura du choix. Ce recueil a déjà été imprimé, il reparaît considérablement augmenté. Vous trouverez à la fin la traduction du premier livre de Télémaque en vers latins. (Grimm & Diderot)[15]. »

  • 1769 : Pierre de Bologne, Œuvres de Pierre de Bologne comprenant : Amusements d'un Septuagénaire, ou contes, anecdotes, bons mots, naïvetés, mis en vers, Poésies diverses, Odes sacrées : XVIIIe siècle :, .

Édition posthume[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On donne également pour date de son décès 1790 à Angoulême. Fiches individuelles genegand. Consulté le .
  2. Né entre 1670 & 1680, décédé vers 1745, Pierre de Bologne Ier est colon à la Guadeloupe. Il a pour épouse Catherine Herigoyen. Cf.Fiches individuelles genegand. Consulté le
  3. Dans l'état actuel de la recherche scientifique. .
  4. Collectif S/dir. d'Antoine Favet, Recueil de l'académie des belles-lettres, sciences et arts de Marseille pour l'année 1774. Contenant l'Éloge de la Fontaine par M. de Chamfort, qui a remporté le prix, deux autres Éloges qui ont eu l'Accessit et une ode sur le même sujet par M. François : XVIIIe siècle : 11774-1786, Paris, Imprimerie d'Antoine Favet, . (notice BnF no FRBNF34400199)
  5. On trouve deux traces de Pierre-Clément de Bologne sur le net à la date du  :
    * "La dame Merican veuve Bologne, et sa fille, avant le mariage de celle-ci, avaient d'abord donné procuration à leur cousin, Pierre- Clément de Bologne pour gérer leurs biens en Guadeloupe. Il était originaire d'Angoulême et partit par Bordeaux, avec son épouse Marie-Marthe Ramade, créole de 27 ans, en décembre 1775 pour rejoindre la Guadeloupe" in Société des sciences, lettres et arts d'Agen Société académique d'Agen, Revue de l'Agenais : XVIIIe – XIXe siècle : 1650-1820, Agen, Publié par Société académique d'Agen, . Notice Bnf n° FRBNF32857148
    * "dans ce cas, ce sont les maîtres eux-mêmes qui administrent leur domaine : Pierre Clément de Bologne et Joseph Théodore de Bologne avaient acheté, en 1779, vingt-neuf esclaves pour exploiter en commun l'habitation de la Cousinière à Vieux-Habitants. En octobre 1781, lors de l'inventaire des effets composant cette habitation, inventaire dressé par suite du décès de Joseph, 10 des vingt-neuf esclaves sont morts et 5 sont marrons depuis le ." in Société d'histoire de la Guadeloupe, Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, Numéros 115-118 : XXe siècle, Basse-Terre, Publié par Archives départementales, . Notice Bnf n° FRBNF34383128
  6. L’état des nobles dont les titres sont enregistrés au Conseil souverain de la Martinique, avec la date de leur enregistrement, 1675-1786, (Archives de la Marine.- Annales du Conseil de la Martinique) indique que Pierre de Bologne, de Metz, a été anobli à la date du 6 mars 1755. Il est précisé en note :
    « Le , le conseil enregistra une lettre du roi en date du , qui lui faisait défense d’enregistrer aucun titre de noblesse sans permission expresse du Roi. « Cette permission, ajoutent les lettres-patentes, ne sera accordée que sur le compte qui en sera rendu desdits titres par mon secrétaire d’Etat ayant le département de la marine et des colonies, auquel ils seront remis à cet effet par les particuliers qui voudront les faire enregistrer dans mon conseil souverain séant au Fort-Royal, pour jouir des privilèges de la noblesse dans ma colonie de la Martinique
    Le conseil a toujours veillé scrupuleusement à ce que personne dans la colonie ne prit la qualité d’écuyer, si ses titres n’étaient enregistrés en son greffe. Il ordonna en outre que tous curés, notaires ou greffiers de l’ile seraient tenus d’envoyer tous les trois mois, au procureur général, la liste des particuliers qui auraient pris, dans les actes de leur ministére, la qualité d’écuyer, de chevalier et autres dénominations de noblesse. Les délinquants encouraient une amende de 1 000 livres. (Annales du Conseil souverain) ». Publié par Louis de la Roque & Édouard de Barthélemy.
    Louis de La Roque et Édouard de Barthélemy, Catalogue des gentilshommes en 1789 et des familles anoblies ou titrées depuis le premier empire jusqu'à nos jours 1806-1866, tome deuxième:XVIIIe – XIXe siècle : Période 1789-1866, Paris, E. Dentu, . Notice Bnf n° FRBNF36492239. Voir également dans le tome premier :
  7. Colonie de la Martinique? État des nobles dont les titres sont enregistrés au Conseil souverain de la Martinique, avec la date de leur enregistrement. 1675-1786. Archives de la Marine.— Annales du conseil de la Martinique.
  8. Emmanuel Michel, Biographie du Parlement de Metz : XIXe siècle, Paris, Publié par Nouvian, . Notice Bnf n° FRBNF36406811
    Voir du même auteur : Emmanuel Michel, Histoire du parlement de Metz par Emmanuel Michel, conseiller à la cour royale de Metz : XIXe siècle : 1650-1820, Paris, J. Techener, . Notice Bnf n° FRBNF36370771
  9. "BOLOGNE en Provence : le Nouvel Armorial de cette Province dit que les Capizucchi-Bologne, qui y sont établis, prouvent qu'ils descendent de ceux d'Italie, par une Enquête juridique faite devant le Podestat de Barcelonnette en 1614. Elle est enregistrée aux archives du Roi à Paris & les Commissaires députés par S. M. pour la vérification des titres de Noblesse, l'ayant examinée avec soin, de même que les autres titres de cette Maison, l'ont maintenue dans son ancienne Noblesse le .
    De plusieurs branches que cette famille a formées, il n'en reste plus que trois, dont une est établie à Barcelonnette.
    Antoine De Capizucchi, qui en est le chef, a des enfants.
    Joseph-françois De Capizucchi De Bologne (sic), qui vit sans alliance, soutient la seconde à Salon.
    La troisième est établie à Nogan en Champagne (sic).
    On assure que le feu Comte de Daun, Général de l'Armée de l'Impératrice-Reine d'Hongrie & de Bohême, était de la famille des CapiZucchi.
    Les armes : d'azur t à trois bandes d'or
    "
    François-Alexandre Auber de la Chesnaye des Bois, Badier, Dictionnaire de la noblesse , contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes, & l'état des grandes terres du royaume ... On a joint ... le tableau généalogique, historique, des maisons souveraines de l'Europe, & une notice des ..., Edition 2 : XVIIIe siècle, Paris, Publié par Chez la veuve Duchesne, . Notice BNF n° FRBNF36965414.
  10. Charles Pierre Victor Pajol, Les guerres sous Louis XV. Tome 2 : XVIIIe siècle-XIXe siècle : 1650-1820, Paris, Publié par Adamant Media Corporation ; Firmin-Didot,, . Notice BNF n° FRBNF31051312
  11. Nicolas d' Héricourt, Éléments de l'art militaire. Tome troisième : XVIIIe siècle : 1756-1758, Paris, Publié par Gissey, David le jeune, . Notice BNF n° FRBNF30596348
  12. Joseph François Michaud et Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne : ou, Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes : XIXe siècle, Paris, Publié par A. T. Desplaces, . Tome quatrième, 1811.- Notice BNF n° FRBNF37508576.
  13. Armes : d'azur, au griffon d'or ; au chef cousu de gueules, chargé de trois étoiles d'argent
    André-François-Joseph Borel d'Hauterive et Albert Révérend, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Volume 25 : XVIIIe – XIXe siècle : 1706-1868, Paris, Champion, . édition Paris, Dentu, 1856(notice BnF no FRBNF39341256). disponible sur Gallica
  14. Odes sacrées, 1758, in-12
  15. Grimm & Diderot, Correspondance littéraire, philosophique et critique, par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc., revue sur les textes originaux... par Maurice Tourneux. Tome 3 : XVIIIe – XIXe siècle : 1758-1882, Paris, Tourneux, Maurice (1849-1917), 1877-1882.(notice BnF no FRBNF31182767), disponible sur Gallica.