Pierre Michelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michelin (homonymie) et Pierre Michelin (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Michelin.
Pierre Michelin
Naissance
Décès
Montargis
Nationalité Français
Activité principale
président des automobiles Citroën
Autres activités
gérant de Michelin
Formation
Michelin
Ascendants

Pierre Michelin, né en 1903, mort en 1937 des suites d'un accident de la route, fut cogérant de Michelin de 1933 à sa mort et président de Citroën de 1935 à 1937

Second fils d’Édouard Michelin (1859-1940), il est envoyé chez Citroën pour en améliorer la gestion financière. Devenu président de Citroën en , en remplacement d'André Citroën (très critiqué pour sa gestion financière du projet de la Traction), Pierre Michelin améliore le projet de la Traction.

Il avait construit une usine en Tchécoslovaquie et vendu des michelines (autorails sur pneus) à travers le monde quand il fut nommé cogérant de Michelin en 1933

Michelin, en la personne de Pierre Michelin et de ses successeurs, sauve Citroën de la faillite entre 1933 et 1937. Toutes les voitures mythiques de la marque (Traction avant, 2CV, DS, SM) ainsi que la Croisière jaune en Chine seront réalisées sous le pilotage de Michelin. En 1976, la famille Michelin cède Citroën à Peugeot - vendant une partie de ses titres et en échangeant une autre partie contre des actions Peugeot -, et contribue ainsi à créer PSA Peugeot Citroën.

Dans le domaine politique, Pierre Michelin est suspecté d'avoir aidé au financement d'une section de la Cagoule (1935-1937). De plus, dans une interview accordée à Marianne fin janvier 1938, un enquêteur dévoile que Pierre Michelin était l'un des chefs de cette section.

Le 29 décembre 1937 alors qu’il se rendait en voiture à Clermont-Ferrand, sa voiture (une Citroën traction) percute, près de Montargis sur la Nationale 7, entre Briare et Montargis, celle de Louis Lagorgette, chef de cabinet de Paul Faure codirigeant de la SFIO avec Léon Blum durant l'entre-deux guerres, de 1920 à 1940. Lagorgette, sa femme et son fils sont tués sur le coup ; quant à Pierre Michelin, il meurt le lendemain à l'hôpital de Montargis, à 34 ans, lors de la tentative d'amputation de la jambe droite. Il repose dans le caveau des Michelin, à Orcines [1]. En 1947,Pierre Boulanger, président de la Société Michelin, échappe de justesse à la mort. En un peu plus de 10 ans, plus d’une dizaine de personnes liées ou appartenant à la famille Michelin périrent ; parmi celles-ci, on peut citer Jean-Luc Michelin et trois autres personnes (1949).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après P. P., « La collision d'autos de Montargis : M. Pierre Michelin a succombé », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne).