Étienne Michelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michelin (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Michelin.
Étienne Michelin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 34 ans)
Nationalité
Père
Enfant

Étienne Michelin, né le à Clermont-Ferrand et mort le (à 34 ans) à Saint-Genès-Champanelle (Puy-de-Dôme) , fils aîné d'Édouard Michelin (1859-1940) et père de François Michelin[1], était cogérant de la manufacture Michelin.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1921, il épouse Madeleine Callies (1898-1936), fille de Jacques Callies (1859-1925), président des Papeteries Aussedat, et de Marie Aussedat ils eurent 4 enfants dont un est décédé jeune les trois autres ont épousé 3 enfants de la même famille la famille Montagne aux valeurs chrétiennes revendiquées

Pilote expérimenté, il décolle le 27 août 1932 en fin d'après midi de l'aérodrome d'Aulnat à bord de son Moth de 85 CV et met le cap vers la chaîne des Puys[2]. Pris dans un orage, il s'écrase dans la plaine de Lachamps, au pied du Puy de Dôme et il est tué dans l'accident[3]. Une stèle à sa mémoire est érigée sur le lieu de l'accident, sur la commune de Saint-Genès-Champanelle[4].Il est inhumé dans le caveau familial Orcines.

Étienne Michelin a été à l'origine de la fondation du couvent des clarisses capucines de Chamalières, comme le rappelle une plaque de marbre dans le bâtiment : « Ici, le 14 septembre 1930, la sainte messe fut célébrée pour la première fois par le très révérend père Bonaventure de Carpentras, gardien du couvent des capucins à Clermont-Ferrand, et servie par le pieux fondateur de ce monastère, Monsieur Étienne Michelin, en présence de sa famille et de la communauté[5]. ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trois générations de salariés chez Michelin: un vécu authentique du XXe siècle par Raymond Louis Morge, Editions L'Harmattan, 2006, p 322.
  2. Le Petit Parisien, n° 20270, 28 août 1932, BNF.
  3. Lieux de mémoire aéronautique dans le Puy de Dôme, ARSA/Les Vieilles Tiges 04/2007.
  4. aerostele.net.
  5. Mon Clermont secret, Clermont-Ferrand, La Montagne, 2e éd., 2013, p. 51.