Pierre Merle (sociologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Merle et Merle (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Pierre Merle (écrivain).
Pierre Merle
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
Nationalité
Activité
Père

Pierre Merle (né le [1]) est un sociologue et professeur d'université français. Spécialiste des questions scolaires et des politiques éducatives, il aborde notamment dans ses ouvrages les pratiques d'évaluation et de notation des élèves, l'expérience de l'humiliation en classe, les droits des élèves, la démocratisation de l'enseignement, la ségrégation scolaire, les politiques de l'éducation prioritaire... En 2008, il a publié une biographie de son père, le romancier Robert Merle : Robert Merle : une vie de passions (Ed de l'Aube, 2008 ; réédition De Fallois, 2013). Il est le frère de l'écrivain Olivier Merle.

Formation[modifier | modifier le code]

Situation professionnelle[modifier | modifier le code]

Assistant de direction des hôpitaux publics, puis professeur d'économie en lycée, il devient ensuite maître de conférence puis professeur de sociologie à l'IUFM de Bretagne (rattaché à l'Université de Bretagne occidentale), devenu l'École Supérieure du Professorat et de l'Éducation (ESPE) à partir de septembre 2013.

Pierre Merle est membre des comités de rédaction ou des comités scientifiques des revues Carrefours de l'éducation, Éducation et sociétés, Éducation et didactique, Télémaque, Évaluer. Journal international de recherche en éducation et formation[2].

À l'IUFM de Bretagne, il a notamment été président du Conseil Scientifique et Pédagogique (2000-2007), directeur du département de Sciences Humaines et Sociales (1998 - 2006), membre du conseil administration puis du Conseil d'École (depuis 1993).

Au niveau national, il a été membre de la section 36 (Sociologie, normes et règles) du comité national du CNRS (2008-2012), vice-président du jury de l'agrégation de sciences économiques et sociales (2010-2014) et assuré des expertises dans le cadre de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES). Depuis 2004, il est également membre du bureau du Réseau Thématique 4 « Sociologie de l'éducation et de la formation » de l’Association Française de Sociologie.

Activités scientifiques[modifier | modifier le code]

Pierre Merle est l'auteur de plus d'une centaine de publications, chapitres d'ouvrages et articles[3] dans les principales revues de sciences sociales : Revue française de sociologie, Population, Revue française de sciences politiques, Revue française de pédagogie, L'Année sociologique, Sociétés contemporaines, Sociologie du travail, Éducation et sociétés, Espaces et Sociétés, Les Sciences de l'éducation, Sociologie, Éducation comparée, Swiss Journal of Sociology[4]. Il publie aussi sur des sites en ligne tels que La Vie des idées[5], Socio-Logos[6],Le Café Pédagogique[7],L'observatoire des inégalités, ENS-SES. Il participe à de nombreuses émissions de radio, notamment à France Culture (La Grande table, Du grain à moudre) et France Inter (La tête au carré[8], Le téléphone sonne, Le débat de midi[9]).

Ses principales recherches portent sur la démocratisation de l'enseignement en France, les relations maîtres-élèves, les pratiques d'évaluation, les droits des élèves, la violence scolaire, la ségrégation sociale inter-établissement, la laïcité[10], la réforme des Zones d'Éducation Prioritaires... La question des inégalités scolaires, indissociables des inégalités sociales, est un des fils rouges de ses travaux[11]. Ses analyses sont guidées par le souci de combiner les apports de la sociologie quantitative héritée de Durkheim et les perspectives ouvertes par les sociologies de Goffman et Max Weber.

Principaux apports[modifier | modifier le code]

Les apports essentiels des recherches menées par Pierre Merle concernent la sociologie de l’humiliation des élèves. Quasi inexistante avant 2000 (la question d'un sentiment d'un "manque de respect" est indiquée par Dubet dans son ouvrage sur Les lycéens en 1991), cette thématique constitue désormais un objet ordinaire des recherches académiques et un objet des politiques ministérielles avec l’introduction du terme de « bienveillance » dans les relations professeur-élèves et les politiques de lutte contre le harcèlement des élèves (cf. les références bibliographiques ci-dessous).

Une seconde thématique, corrélée à la première, est constituée par les recherches de Pierre Merle sur les droits des élèves. Cette thématique, également secondaire avant 2000 bien que la loi Jospin de 1989 introduise la notion, est devenue centrale dans les discours et les pratiques des établissements scolaires. Il en de même de ses recherches sur les sanctions scolaires et ses ouvrages sur l’évaluation scolaire, régulièrement cités (cf les citations sur google scholar), et qui ont contribué aux réformes ministérielles actuelles.

Parallèlement aux recherches menées sur l’expérience subjective des élèves, Pierre Merle a aussi mené des recherches sur le développement de la scolarisation (cf son ouvrage de 2002 sur La démocratisation de l'enseignement), les transformations du recrutement social des filières de l’enseignement secondaire, la ségrégation scolaire, et des politiques éducatives telles que la réforme de la carte scolaire et l'éducation prioritaire. Ces investigations sont essentiellement de type statistique. Son apport essentiel concerne la thématique de la démocratisation de l’école avec l’invention du syntagme « démocratisation ségrégative », régulièrement cité depuis 2000 dans les recherches sur ce thème (cf. les citations sur google scholar).

Pierre Merle a aussi largement contribué à la genèse des débats scientifiques sur la thématique de la ségrégation scolaire (cf. son ouvrage sur La ségrégation scolaire de 2012). Quasi inexistante avant 2012, cette thématique est devenue un objet classique des recherches et des politiques éducatives. Pierre Merle a aussi contribué aux investigations menées sur la carte scolaire et de la réforme du collège comme l’atteste son dernier ouvrage codirigé avec F. Dubet (2016). 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

OUVRAGES

  • La compétence en question : école, insertion, travail, (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 1993.
  • La citoyenneté aujourd'hui : extension ou régression ?, (dir). Presses Universitaires de Rennes, 1995.
  • L'évaluation des élèves : enquête sur le jugement professoral, Paris, PUF, 1996.
  • La citoyenneté étudiante : intégration, participation, mobilisation, Paris, PUF (avec Christian Le Bart), 1997.
  • Sociologie de l'évaluation scolaire, Paris, PUF, 1998.
  • Nouvelles dimensions de la précarité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (dir), 2001.
  • La démocratisation de l’enseignement, Paris, Repères, La Découverte, 2002.
  • Le droit et l’école : de la règle aux pratiques, (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2003.
  • L'élève humilié. L'école : un espace de non-droit ?, Paris, PUF, 2005 (traduit en arabe), nouvelle édition en 2012.
  • Les notes : secrets de fabrication, PUF, 2007.
  • Robert Merle : une vie de passions, Éditions de l'Aube, 2008 (traduit en allemand et en hongrois).
  • La ségrégation scolaire, Paris, Repères, La Découverte, 2012.
  • Robert Merle : une vie de passions, réédition De Fallois, 2013.
  • Réformer le collège, La vie des idées - PUF, 2016 (avec François Dubet).
  • La démocratisation de l'enseignement, Paris, Repères, La Découverte, 2017 (3e édition).

PRINCIPAUX ARTICLES

  •  « Problème de modélisation prévisionnelle : l'exemple de la croissance du taux de bacheliers », Revue française de sociologie, XXXII, n° 2, 1991, 241-261 (avec P. Mear).
  • « La pratique évaluative en classe terminale : consensus et illusion », Sociologie du travail, n°2, 1991, 277-292.
  • « 1986-1990 : Démocratisation et/ou hiérarchisation sociale croissante des publics lycéens ? », Sociétés contemporaines, n° 11, 1992, 31-52 (avec P. Mear).
  • « Quelques aspects du métier d'élève en classe terminale. Effet de la section d'enseignement et des hiérarchies disciplinaires", Revue Française de Pédagogie, n° 105, 1993, 59-69.
  • « L'adhésion des lycéennes de terminale C au modèle de l'excellence scolaire", Sociétés contemporaines, n° 16, 1993, 7-26.
  • « Fiche de renseignements sur l'élève et construction sociale des inégalités scolaires.", Revue française de sociologie, XXXV, n° 4, 1994, 561-591.
  • « Fac, Prépa ou IUT ? Position objective, expérience scolaire subjective et souhait d'orientation des lycéens de classes terminales », L'Année sociologique, n° 46, 2, 1996, 221-253.
  • « Les principales transformations socio-démographiques des filières de l'enseignement supérieur de 1985 à 1995. Essai d'interprétation », Population, n° 6, 1996, 1181-1210.
  • « Les recherches sur la notation des élèves. Quelles conséquences en termes d'action sociale ? » Éducation et Formations, n° 53, 1998, 7-17.
  • « Equité et notation : l’expérience subjective des lycéens », Carrefours de l’éducation, n° 5, 1998, 60-79.
  • « L'efficacité de l'enseignement », Revue française de sociologie, note critique, XXXIX, n° 3, 565-589.
  • « L’intelligence : éléments de sociologie d’une catégorie de pensée du sens commun », La nouvelle revue de l’AIS (Adaptation et Intégration Scolaire), n°6, 1999, 53-70.
  • « Politiques éducatives, évolution des scolarités et transformations de la sélection », L’Année Sociologique, n° 50, 2, 2000, 319-344 (avec M. Duru-Bellat).
  • « Le concept de démocratisation d’une institution scolaire : une typologie et sa mise à l’épreuve », Population, n° 1, 2000, 15-50.
  • « Les droits des élèves. Droits formels et quotidien scolaire des élèves dans l’institution éducative », Revue française de sociologie, n° 42, 1, 2001, 81-115.
  • « Démocratisation ou accroissement des inégalités ? L’exemple de l’évolution de la durée des études en France (1988-1998) », Population, n°4-5, 2002, 633-660
  • « L’humiliation des élèves dans l’institution scolaire. Contribution à une sociologie des relations maîtres-élèves dans la classe », Revue française de pédagogie, n° 139, 2002, 31-51.La compétence en question : école, insertion, travail, (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 1993.
  • « De quelques difficultés à cumuler des savoirs en éducation. L’exemple de la démocratisation de l’enseignement », Revue française de pédagogie, 140, 2002, 65-74, (avec M. Duru-Bellat).
  • « Alcoolisation et alcoolisme au travail. Ethnographie d'un centre de tri postal », Revue française de sociologie, XXXV, n°45-1, 2004, p.3-36 (avec B. Le Beau).
  • « Mobilisation et découragement scolaires. L’expérience subjective des élèves », Éducation et société. Revue internationale de sociologie, nº 13, 2004,193-208.
  • « Les explications extrascolaires de la mobilisation des élèves. Contribution à une sociologie de l'expérience subjective », Les sciences de l'éducation pour l'ère nouvelle, 2005, n°38, 2, 89-114.
  • « Les sanctions en collège. Les déterminants sociaux de la sanction et leur interprétation » (avec Agnès Grimault-Leprince), Revue Française de Sociologie, n°49-2, 2008, p. 231-267.
  • « Les deux mondes de la violence scolaire. Statistique ministérielle versus expérience des élèves », Enfance et Psy, n°45, 2009, p.91-101.
  • « Structure et dynamique de la ségrégation sociale dans les collèges parisiens », Revue française de pédagogie, n°170, 2010, p.73-85.
  • « Concurrence et spécialisation des établissements scolaires. Une modélisation de la transformation du recrutement social des secteurs d’enseignement public et privé »,  Revue Française de Sociologie, 52-1, 2011, p. 133-169.
  • « La carte scolaire et son assouplissement. Politique de mixité sociale ou de ghettoïsation des établissements ? » Sociologie, n°1, 2011, p. 37-50.
  • « A qui profitent les dépenses éducatives ? », La Vie des Idées, 2012, 22 mai.
  • « Carte scolaire et ségrégation sociale des établissements. Une analyse monographique des collèges rennais », Espaces et Sociétés, n° 151, 3, 2012, p.103-121.
  • « Éducation prioritaire. Cinq principes pour une refondation », La Vie des Idées, 2012, 23 octobre, (ISSN 2105-3030).
  • « L'évaluation des élèves. Une modélisation interactionniste des pratiques professorales », Raisons Educatives, dans Modélisations de l'évaluation en éducation, 2012, p. 81-96.
  • “The Social Recruitment of Upper Secondary Schools, in the Public and Private Sectors. A Diachronic Analysis of Inter and Intra-Sector Dynamics, Swiss Journal of Sociology, 40 (1), 2014, p. 99-120.
  • « Faut-il refonder la laïcité scolaire ? », La Vie des idées, 17 février 2015. (ISSN 2105-3030).
  • « La politique française de l’éducation prioritaire. Quel bilan ? Quelles nouvelles orientations ? in Éducation comparée, in Les politiques d'éducation prioritaire en question, n°13, 2015, p. 93-117.
  • « L'école française et l'invention des notes. Un éclairage historique des polémiques contemporaines », Revue Française de Pédagogie, n°193, 2015, p.77-88.
  • « En haut, en bas. Les stratifications sociales selon Max Weber », La Vie des idées, 2016, 22 novembre

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la Bnf
  2. http://www.e-jref.org/index.php?id=79
  3. « Google scholar »
  4. « Pierre Merle », sur Swiss Journal of Sociology
  5. « Pierre Merle », sur La Vie des Idées
  6. « Pierre Merle, La catégorie socioprofessionnelle des parents dans les fiches administratives des élèves », sur Socio-Logos,
  7. « Pierre Merle, L'échelle de notation des élèves : un faux problème ? », sur Le Café Pédagogique,
  8. « Pierre Merle », sur France Inter, (consulté le 9 juillet 2015)
  9. « Pierre Merle », sur France Inter, (consulté le 9 juillet 2015)
  10. « Pierre Merle, Faut-il refonder la laïcité scolaire ? », sur La Vie des Idées, (consulté le 9 juillet 2015)
  11. « La mécanique des inégalités scolaires »