Pierre-Henry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henry et Pierre Henry (homonyme).
Pierre-Henry
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 91 ans)
Boulogne-Billancourt
Nationalité
Activité
Formation

Pierre-Henry, né le dans le 2e arrondissement de Paris, et mort le 10 novembre 2015 à Boulogne-Billancourt est un peintre figuratif français[1]. Pierre-Henry est sociétaire des grands Salons à Paris et vice-président de la Société Nationale des Beaux-Arts[2].

[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Dans la boulangerie de son père Clément Henry, située rue Saint-Denis à Paris, Pierre-Henry avait pris l'habitude de dessiner. Remarqué par le peintre Martin Roch qui lui fit rencontrer André Marchand, Gertrude Stein et l'écrivain Blaise Cendrars, cela lui donna envie d'étudier la peinture, l'art de la fresque et la gravure.

Études[modifier | modifier le code]

Pierre-Henry suit les cours de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et étudie la peinture à l'atelier de Poujon qui, nommé directeur de la Casa de Velázquez[réf. nécessaire], laissera l’atelier à Jean Dupas (fresque et gravure).

Amitiés[modifier | modifier le code]

Il était l'ami des peintres figuratifs et de la réalité seconde Maurice Boitel, Daniel du Janerand, Jean-Pierre Alaux, et André Sablé, de la Jeune peinture de la Nouvelle école de Paris.

Ses thèmes[modifier | modifier le code]

Ses thèmes de prédilection sont l'amour, la guerre, le temps, la vie, la mort[3] constamment mêlées comme il l'indique sur son site officiel, le destin, ainsi que les natures mortes. Ses œuvres sont en général très colorées. Il est réputé être l'un de chefs de file de l'école figurative contemporaine. Patrice de La Perrière du magazine Univers des Arts, l'a défini comme un artiste qui pose «un regard habillé d'inventions poétiques»[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

De nombreuses collections privées du monde entier accueillent des œuvres de Pierre-Henry, ainsi que le musée d'art moderne de Paris, le musée Toulouse-Lautrec, le musée d’Annecy, l’Hôtel d'Aumont, le Palais de l'Élysée, l’école des Douanes de Neuilly, la fondation Fleichman, l’ambassade de France à Pretoria, le musée de Boston, le musée Paul Valéry de Sète, l’hôtel de Région à Montpellier, et une importante donation de Josette Henry au Musée d'art sacré du Gard, à Pont-Saint-Esprit[5].

Parmi ses œuvres, on peut citer L'éternel prisonnier (1949), Portrait du Dr Albert Schweitzer (1956), La Femme aux Soleils, Les Amoureux (1963), La mort (1963), La belle endormie (1965), L'homme prisonnier de la guerre (hommage à Félicien Challaye mort en avril 1967), La Cévenne (1968), Les jeux ne sont pas faits, Terre des hommes (1975), Tournesols, Les bienfaits de l'eau (1976), Bouquet(s), La fête des fleurs (1977), Le bonheur de ce monde (1980), L'éveil du printemps (1982), Le fil de la vie (2004), Portrait de Carlina[6].

Prix[modifier | modifier le code]

Il a obtenu de nombreux prix dont le prix Pierre Puvis de Chavannes attribué par la Société nationale des beaux-arts.

Détail de ses prix :

  • 1947 - Logiste pour le grand prix de Rome.
  • 1949 - Un prix Hallmark lui permet de découvrir l'Italie
  • 1955 - Prix de la Jeune Peinture Drouant-David
  • 1956 - Portrait du Dr Albert Schweitzer pour les Peintres Témoins de leur Temps, musée Galliera
  • 1968 - Prix Puvis de Chavannes
  • 1970 - Grand Prix des Peintres Témoins de leur Temps, musée Galliera
  • 1980 - Prix international du Gemmail
  • 1983 - Grand Prix de l'Orangerie de Versailles

Il crée les personnages d'un film de marionnettes, Moïse, primé à la première biennale de Venise.

Expositions[modifier | modifier le code]

Sa première exposition, à la Galerie Saint Placide à Paris, date de 1950. Il expose notamment au Salon "Comparaisons" (groupe de Jean-Pierre Alaux), au Salon des indépendants, au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts, au Salon d'automne.

Ses autres expositions :

Pierre-Henry est également exposé à la Galerie Henot à Enghien le bains.

Presse et médias[modifier | modifier le code]

Monographies
  • 1973 - Livre préfacé par Bernard Clavel édité par les Arts graphiques d'Aquitaine,
  • 1987 - Plaquette, L'Univers de Pierre Henry, Ed. Terre des Peintres
  • 2017 - Pierre Henry, Hommage, catalogue du Musée d'art sacré du Gard, édité par le département du Gard[5]
Télévision
  • 1961 - Actualités Pathé
  • 1962 - Reportages d'Adam Saulnier
  • 1966 - Reportage d’Adam Saulnier
  • 1962 - Micheline Sandrel (1962, 1968, 1983)
  • 1995 - Télévision flamande
  • 1990 - Deux courts métrages ont été réalisés sur son œuvre, Films La Moricière
Radio

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]