Paul Mari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mari.
Paul Mari
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique

Paul Mari est un poète français né en 1923 à Coaraze dans les Alpes-Maritimes et décédé à Nice le . Il était le fondateur des Rencontres poétiques de Provence[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Mari est né en 1923 à Coaraze dans les Alpes-Maritimes, village dont il sera le maire pendant 18 ans à partir de 1953[1],[2].

Rencontres artistiques[modifier | modifier le code]

Le Club des jeunes[modifier | modifier le code]

Au début des années cinquante, alors étudiant, il fonde à Nice le Club des Jeunes avec Robert Rovini et René de Cugis[3]. Ils seront ensuite rejoints par Jacques Lepage[4].

Les Rencontres poétiques de Provence[modifier | modifier le code]

C'est à Coaraze qu'il crée, en 1955, les Rencontres poétiques de Provence[5], qui seront présidées jusqu'à sa mort par Jean Cocteau.

Chaque année, plus de deux cents poètes venus de toute la francophonie, s'y réunissent. Un prix de poésie est attribué avec le concours du Club des jeunes. Sont membres du jury : Gabriel Audisio, Jacques Lepage, Armand Lunel, Norge, Jean Onimus, Jean Rousselot, André Verdet.

Parmi les personnalités qui fréquentèrent ces Rencontres au fil des années, se trouvent : Tristan Tzara, Charles Vildrac, Pierre Caminade, ou encore Pierre Béarn.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Paul Mari est l'auteur prolifique de nombreux écrits poétiques, publiés dans des recueils dédiés ou dans des revues littéraires[6].

Littérature poétique[modifier | modifier le code]

  • Symphonica sacra, Éditions Henri de Lescoet (Illustrations Henri Maccheroni), en 1952.
  • Illusoire, Éditions Seghers, en 1953.
  • Consciences, Éditions Seghers, en 1953.
  • Figures de danse, Éditions José Millas-Martin (Préface de Jean Rousselot, illustrations de Gabriel Paris), en 1954.
  • Grotesques, Éditions Oswald (Illustrations Jean-Marie Thibaud, préface de Jean Onimus), en 1955.
  • Voyage en tête, Éditions José Millas Martin, en 1963.
  • Le Parcours du piéton, Prix François Villon, Éditions Millas-Martin, en 1964.
  • Coaraze, Éditions Chambelland (Illustré par Orlando Pelayo), en 1967.
  • L’Emploi du temps, Prix de la Sonde de Rome, Éditions Chambelland (Illustré par Henri Goetz, préface de Jean Malrieu, en 1969.
  • La vie c'est des platanes et des filles sur des chaises, Éditions Caractère, en 1972.
  • Décors et des autres, Éditions Saint-Germain-des-Près, (Illustré par Henri Goetz et Geneviève Couteau.), en 1976
  • La Fin d’une histoire, Éditions L'Harmattan, en 2011[7].
  • Inédits dans la revue Les Hommes sans Épaules, numéro 26 (2008) rubrique « Ainsi furent les Wah »[8] et numéro 28 (2009) rubrique « Le poème surprise »[9]

Court-métrage[modifier | modifier le code]

Paul Mari est le scénariste du film Fait à Coaraze[10] qui a obtenu le cinquième Prix Jean-Vigo du court-métrage en 1965.

Édition[modifier | modifier le code]

En tant que fondateur des éditions Coaraze, il publie aussi des œuvres d'autres poètes contemporains :

  • Miracle Smith, de Claude Pascal, illustré par Arman
  • Leonardo Da Vinci le rebelle, d’André Verdet avec une lithographie d'Ambrogliani
  • aramature centrale de Roland Claudel (Héros des Brigades internationales)
  • Si j'en crois le jasmin de Madeleine Riffaud (Poèmes sur la guerre d’Algérie).

Prix[modifier | modifier le code]

Il a obtenu les prix suivants :

  • Prix François Villon en 1964 (cf. supra)
  • Prix Thorlet de l’Académie Française en ?
  • Prix de la Sonde de Rome en 1969 (cf. supra)
  • Prix Jean-Vigo du court-métrage en 1965 (cf. supra)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]