Jean Malrieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Malrieu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
MontaubanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Jean Malrieu, né à Montauban le et mort dans la même ville le , est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études secondaires dans sa ville natale, puis entreprend des études de droit. Il est mobilisé en 1939.

Après la guerre, il exerce divers métiers, avant de devenir instituteur. Il noue des relations amicales avec les surréalistes et rencontre André Breton à partir de la publication de son recueil Préface à l’amour en 1953. Il collabore à plusieurs publications du mouvement surréaliste.

Militant communiste, il prend ses distances avec le PCF en 1956 après l’intervention soviétique en Hongrie. Il évolue d’une écriture lyrique vers une écriture plus sèche, parfois plus angoissée, mais toujours attentive aux objets du quotidien, aux animaux, aux plantes et à la terre qui les porte. Il affirmait que la poésie « exige un langage de rigueur ».

Il fonde les revues Action poétique (1950-1956, avec Gérald Neveu), puis Sud (1970), qui devaient poursuivre l’action des Cahiers du Sud.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Préface à l’amour, Marseille, Cahiers du Sud, 1953 - prix Guillaume-Apollinaire
  • Vesper, 1963 - prix Artaud
  • le Nom secret suivi de La Vallée des Rois, introduction de Georges Mounin, Honfleur, Pierre Jean Oswald, 1968
  • Préface à l'amour suivi de Hectares de Soleil, Honfleur, Pierre Jean Oswald, 1971
  • le Château cathare, Paris, Seghers, 1972
  • Possible imaginaire, Paris, Pierre Jean Oswald, 1975
  • le Plus Pauvre Héritier, lithographies d'Adrien Dax, Paris, Privat, 1976
  • les Maisons de feuillages, éditions Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1976
  • Mes manières instinctives (rédigé en 1958), Dijon, Brandes, 1978
  • Libre comme une maison en flammes - Œuvres poétiques 1935-1976, Paris, Le Cherche Midi, 2004

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais sur Jean Malrieu[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Malrieu. L’Inquiétude et la Ferveur : ouvrage collectif comportant des inédits de Jean Malrieu ainsi que des études d’écrivains et d'universitaires sur différents aspects de son œuvre ; disponible au laboratoire Babel de l’Université de Toulon, 2004
  • Jean Malrieu de Pierre Dhainaut, éd. des Vanneaux, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]