Paul Deheuvels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deheuvels.
Paul Deheuvels
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directeur
Laboratoire de statistique théorique et appliquée (d)
-
Directeur
Institut de statistique de l'université de Paris
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
IstanbulVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
René Deheuvels (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction

Paul Deheuvels (né le à Istanbul) est un statisticien français.

Il est membre de l'Académie des sciences.

Carrière[modifier | modifier le code]

Paul Deheuvels est le fils de René Deheuvels[1].

Normalien (promotion S1967)[2], agrégé de mathématiques (1969), docteur d’État ès sciences mathématiques (1974)[3], il est professeur de statistique à l'université Pierre-et-Marie-Curie (devenue Sorbonne Université) depuis 1974. Il est élu membre de l'Académie des sciences (section des Sciences mécaniques et informatiques) en novembre 2000 (il en était correspondant depuis mars 1994)[4].

De 1978 à 1981, il dirige l'Institut de statistique de l'université de Paris, puis de 1981 à 2013 le Laboratoire de statistique théorique et appliquée[5].

Paul Deheuvels est spécialiste de statistique mathématique. Il est membre étranger de la Real Academia de Ciencias d’Espagne, membre de l’International Statistical Institute, et Fellow de l’Institute of Mathematical Statistics[6]. Ses travaux ont porté principalement sur l’estimation fonctionnelle non paramétrique et la théorie des valeurs extrêmes.

Il a été conseiller auprès de la direction de Total de 1974 à 1994. Il a été conseiller auprès de la direction de Sanofi de 1978 à 1998. Il ai été professeur à Columbia University (New York) pendant deux semestres en 1989 et 1999. Il est l'auteur de plus de 160 articles scientifiques.

Médias[modifier | modifier le code]

Depuis octobre 2014, P. Deheuvels est responsable du Libre-Journal des Sciences et des Techniques sur Radio-Courtoisie, émission d’une durée de 3 heures toutes les quatre semaines.

Controverses[modifier | modifier le code]

De manière répétée à partir d'octobre 2012 (date de publication d'un article très médiatisé de Gilles-Eric Séralini sur les OGM)[7], Paul Deheuvels, seul statisticien au sein de l'académie, a été le seul académicien à soutenir publiquement la démarche statistique de Séralini[8], pourtant infirmée par un communiqué de six académies — sciences, médecine, technologies Pharmacie, Agriculture{etc.}} — et par le Haut Conseil des biotechnologies.

En 2012, G.-E. Seralini a reçu, de son côté, le soutien de 190 scientifiques internationaux issus de 33 pays. L’article de G.-E. Seralini a été republié, sous une forme plus complète, en 2014, dans la revue Environmental Science Europe (dépendant du groupe Springer), après de nouvelles expertises qui n’ont pas remis en cause ni son contenu, ni ses conclusions. Après la divulgation des « Monsanto Papers » [9] l’affaire Seralini [10] a été décortiquée par le CRIGEN [11] qui a montré que l’action menée contre G.-E. Seralini avait été organisée en sous-main par des lobbys industriels, en dehors de toute référence scientifique objective[réf. nécessaire]. Ces éléments ont largement donné raison a posteriori à Paul Deheuvels.[réf. nécessaire]

Il a aussi manifesté son opposition à la théorie de l’origine anthropique du réchauffement climatique —notamment en soutenant l'attribution par le Club de l'horloge du prix Lyssenko 2010 à Jean Jouzel [12],[13],[14]. Il se range plutôt aux arguments de l’académicien Vincent Courtillot visant à établir que l’activité humaine n’influe qu’à la marge sur l’évolution du climat[réf. nécessaire]

Prix[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'intégrale, Pr. Univ. de France, , 228 p. (ISBN 2130366481)
  • La probabilité, le hasard et la certitude, PUF, "Que sais-je ?", 2008

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.whoswho.fr/bio/paul-deheuvels_46252.
  2. https://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=Paul+Deheuvels.
  3. http://www.sudoc.fr/042065844.
  4. « Académie des sciences »
  5. https://www.lpsm.paris/laboratoire/histoire-plain/.
  6. http://www.lsta.upmc.fr/DEHEUVELS/CV-DEHEUVELS_2010.pdf
  7. Seralini E, « Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize », Food and Chemical Toxicology,‎
  8. Cf. Paul Deheuvels, « Étude de Séralini sur les OGM : pourquoi sa méthodologie est statistiquement bonne », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  9. Le Monde | 04.10.2017 à 06h41 • Mis à jour le 04.10.2017 à 10h09 | Par Stéphane Foucart et Stéphane Horel: “Monsanto papers” désinformation organisée autour du Glyphosate)
  10. « Affaire Séralini »
  11. « CRIGEN »
  12. http://archives.polemia.com/article.php?id=3331
  13. Cf. Sylvestre Huet, « Climat : le débat Deheuvels versus Huet », Libération,‎ (lire en ligne)
  14. OGM : l'étude polémique du professeur Séralini désavouée, Stéphane Foucart, Le Monde, 29 novembre 2013.
  15. https://www.sfds.asso.fr/fr/group/prix_et_bourses/548-le_prix_pierre_simon_de_laplace.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Marc Hallin (dir.), Mathematical Statistics and Limit Theorems: Festschrift in honour of Paul Deheuvels, Cham, Springer, 2015 (ISBN 978-3-3191-2442-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]