Paul Bouchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouchet.
Paul Bouchet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
ATD Quart Monde
-
Conseiller d'État
-
Bâtonnier
Ordre des avocats de Lyon
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Enfant
Autres informations
Archives conservées par

Paul Bouchet est un avocat français né le et mort le 25 mars 2019, conseiller d'État honoraire[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé dans la Résistance (réseau Témoignage chrétien) dès 1942[2], Paul Bouchet fait ses études de droit à l'université de Lyon[3]. Comme président de l'AGE de Lyon, il est l'un des principaux rédacteurs de la charte de Grenoble que l'UNEF adopte lors de son congrès de 1946[4]. Il est membre du Comité préparatoire international en 1946 et co-fondateur de l'Union internationale des étudiants fondée à Prague en novembre 1946. Ses archives sont versées à la Cité des mémoires étudiantes et consultables aux Archives nationales sur le site de Pierrefitte-sur-Seine[5].

Il participe avec Robert Guillaumond à la création en 1969 du cabinet d’avocat Adamas qui réunit des avocats indépendants dans un objet collectif autour du droit social et se battra toute sa vie pour faciliter l'accès effectif des justiciables au droit[2]. Il défend des réfractaires comme Jean Le Meur[6], officier du contingent, servant en Algérie, inculpé de désobéissance pour avoir refusé de participer au maintien de l'ordre et de cautionner la torture, et l'objecteur de conscience Michel Tachon.

Le , il participe à la marche contre la force de frappe nucléaire organisée par le Groupe d'action et de résistance à la militarisation, de Lyon au poste de commandement du Mont Verdun et y prend la parole[7].

Il est bâtonnier de l'ordre des avocats de Lyon (1980-1981), président du mouvement ATD Quart Monde de 1998 à 2002, où il succède à Geneviève de Gaulle-Anthonioz[2], puis président d'honneur. En 1982, il quitte le métier d'avocat pour intégrer le Conseil d’État et il préside la commission nationale consultative des droits de l'homme de 1989 à 1996[2]

Il est membre du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées et du comité de suivi Dalo.

Paul Bouchet est membre du Comité de soutien du Centre Primo Levi.[réf. souhaitée]

Marié avec la juriste Mireille Delmas-Marty, il est le père de François Bouchet[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Propriété contre les paysans, avec Robert Guillaumond, Paris, Éditions du Cerf, 1972, 95 p.
  • La misère hors la loi, entretien avec Philippe Petit, Paris : Textuel , 2000, 131 p.
  • Mes sept utopies, Éd. de l'Atelier-les Éd. ouvrières, 2010, 174 p.
  • "L'UNEF et les frondes étudiantes", film documentaire de Jean-Michel Rodrigo & Georges Terrier, réalisé par Jean-Michel Rodrigo. Co-production Mecanos Productions, INA, Telessonne, Atom, 2011.

Autres écrits[modifier | modifier le code]

  • (postface) Guy Lorant, Fleurence, le comptable proscrit : la lutte juridique, élément de la lutte des classes, Lyon, Chronique sociale, 1981, 166 p.
  • (préface) RSF, Le livre noir de l'ex-Yougoslavie purification ethnique et crimes de guerre, Paris, Arléa, 1993, 485 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice biographique Paul Bouchet dans Dictionnaire biographique du mouvement social, tome II, Paris, Editions de l'Atelier, 2006.
  2. a b c d et e Jean-Baptiste Jacquin, « Paul Bouchet Avocat », sur lemonde.fr, (consulté le 31 mars 2019)
  3. « biographie : Paul Bouchet » germe-inform » (consulté le 25 mars 2019)
  4. Robi Morder, Naissance d'un syndicalisme étudiant: 1946, la charte de Grenoble, Paris, Syllepse,
  5. Archives nationales cote 2034S(IV)
  6. Jean Le Meur, « Histoire d’un acte responsable. Le cas Jean Le Meur », Esprit,‎ , p. 675-708 (lire en ligne)
  7. Maurice Balmet, Patrice Bouveret, Guy Dechesne, Jean-Michel Lacroûte, François Ménétrier et Mimmo Pucciarelli, Résister à la militarisation : Le Groupe d'action et de résistance à la militarisation, Lyon 1967-1984, Lyon, Atelier de création libertaire, , 324 p. (ISBN 9782351041215), p. 63

Liens externes[modifier | modifier le code]