Mireille Delmas-Marty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delmas et Marty.
Mireille Delmas-Marty
Mireille Delmas-Marty 20100329 Salon du livre de Paris 2.jpg
Au Salon du livre (mars 2010)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Mireille Delmas-Marty, née le à Paris, est une juriste française, professeure honoraire au Collège de France et membre de l'Académie des sciences morales et politiques. Elle est également, depuis 2012, présidente de l'Observatoire Pharos du pluralisme des cultures et des religions.

Biographie universitaire et professionnelle[modifier | modifier le code]

Assistante de cours de la faculté de droit de Paris en 1967, elle soutient en 1969 sa thèse de doctorat de droit, intitulée Les sociétés de construction devant la loi pénale[1], à l'université Paris II sous la direction de Robert Vouin. Elle obtient en 1970 l'agrégation en droit privé et en sciences criminelles.

Professeure des universités à l'université Lille 2 (1970-1977), à l'université de Paris XI Jean Monnet (1977-1990), puis à l'université Panthéon-Sorbonne (1990-2002). En novembre 2002, elle est nommée professeure au Collège de France, titulaire de la chaire d'études juridiques comparatives et internationalisation du droit. Elle est professeure honoraire depuis 2012[2], date à laquelle Alain Supiot lui succède.

Elle est membre de l'Institut universitaire de France de 1992 à 2002[3].

Ancienne intervenante à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et directrice de l'École doctorale de droit comparé de Paris (entre 1997 et 2002, elle est la fondatrice, en 1991, de l'Association de recherches pénales européennes (ARPE) et est membre du Haut Conseil de la science et de la technologie depuis 2006 ainsi qu'administratrice de la Bibliothèque nationale de France.

Elle enseigne dans de nombreuses universités étrangères telles que les universités de Bangui (en 1978), de Sao Paolo (en 1980), de Maracaïbo, de Montréal (en 1983), de Bruxelles (en 1997) et de Florence (Académie de droit européen en 1997 et Institut universitaire européen en 2001-2002). En 1998, elle est professeure invitée à l'université de Cambridge.

Elle est membre du Comité consultatif national d'éthique de 2003 à 2008.

Le , elle est élue à l'Académie des sciences morales et politiques au fauteuil numéro 1 de la section « morale et sociologie », en remplacement de Jean Cazeneuve.

Le , elle est nommée à la Haute autorité du Parti socialiste pour l'organisation des primaires[4].

En 2018, elle fait partie des premiers signataires du Pacte Finance Climat[5].

Activités juridiques[modifier | modifier le code]

Mireille Delmas-Marty a été membre de nombreuses commissions législatives ou constitutionnelles.

Ainsi, en 1981, elle est membre, jusqu'en 1986, de la commission de réforme du Code pénal mise en place et présidée par Robert Badinter. En 1988, après le succès de la gauche aux élections législatives, et jusqu'en 1990, elle est nommée, par le Garde des Sceaux Pierre Arpaillange, présidente de la commission « Justice pénale et droits de l'homme » et signe en cette qualité de nombreux rapports au Premier ministre.

Membre, entre 1992 et 1993, du Comité de réflexion sur la création d'une juridiction pénale internationale, elle a exercé les fonctions de coordinatrice du comité d'experts de l'Union européenne sur le projet « Corpus Juris » de droit pénal européen entre 1996 et 1999 et de présidente du comité de surveillance de l’Office européen de lutte anti-fraude.

En 1992, elle est nommée par François Mitterrand membre du Comité consultatif pour la révision de la Constitution présidé par le doyen Georges Vedel. En 2001, elle est nommée, par Jacques Chirac et Lionel Jospin, au sein d'un groupe de travail intitulé « Débat sur l'avenir de l'Europe » et présidé par Guy Braibant.

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le mariage et le divorce, PUF, coll. « Que sais-je »,1971, 3e édition 1989
  • Le droit de la famille, PUF, coll. « Que sais-je », 1976, 2e édition 1980
  • Droit pénal des affaires, PUF, coll. « Thémis », 1973
  • Les chemins de la répression, lectures du code pénal, PUF, 1980
  • Modèles et mouvements de politique criminelle, Economica, 1983
  • Les grands systèmes de politique criminelle, PUF, coll. « Thémis », 1992
  • Punir sans juger, Economica, 1992.
  • Pour un droit commun, Le Seuil, 1994
  • Trois défis pour un droit mondial, Le Seuil, 1998
  • Mireille Delmas-Marty, Criminalité économique et atteintes à la dignité de la personne, Paris, Maison des sciences de l'homme, (ISBN 978-2-7351-0900-5, présentation en ligne)
  • Leçon inaugurale au Collège de France : études juridiques comparatives et internationalisation du droit', Fayard, 2003
  • Les forces imaginantes du droit, Le Seuil,
    • I. Le relatif et l'universel, 2004
    • II. Le pluralisme ordonné, 2006
    • III. La refondation des pouvoirs, 2007
    • IV. Vers une communauté de valeurs, 2011
  • La Chine et sa démocratie, (dir.) avec Pierre-Étienne Will, Fayard, 2007
  • Le crime contre l'humanité, avec Emanuela Fronza, Isabelle Fouchard et Laurent Neyret, PUF, 2009
  • Regards croisés sur l'internationalisation du droit : France-États-Unis : réseau, avec Stephen Breyer, Société de législation comparée,
  • Libertés et sûreté dans un monde dangereux, Le Seuil, (ISBN 9782021005363)
  • Terrorismes : histoire et droit, en collaboration avec Henry Laurens, CNRS Éditions, 2010
  • Résister, responsabiliser, anticiper ou comment humaniser la mondialisation, Le Seuil, 2012
  • Aux quatre vents du monde. Petit guide de navigation sur l'océan de la mondialisation, Le Seuil, 2016 (ISBN 978-2021185898)

Documents sonores[modifier | modifier le code]

  • Études juridiques comparatives et internationalisation du droit, leçon inaugurale au Collège de France, 20 janvier 2003 lien
  • « Humaniser la mondialisation », conférence de Mireille Delmas-Marty, Médiathèque de droit international des Nations unies lien
  • Terrorisme : que peut le Droit ?, émission « La Grande table », par Caroline Broué, France Culture, 12 janvier 2015, 34 min lien

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse de doctorat, 1969, notice du Sudoc [1]
  2. Page officielle sur le site du Collège de France [2]
  3. Notice sur le site de l'Institut universitaire de France [lire en ligne]
  4. Primaires : la composition de la Haute autorité.
  5. « Les Premiers signataires | Pacte Finance Climat », sur climat-2020.eu (consulté le 8 juillet 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Virginie Bloch-Lainé, « Mireille Delmas-Marty : “J’ai choisi le plus simple, le droit, sans qu’il me passionne” », entretien, Libération, 28 juillet 2017, [lire en ligne]
  • Humaniser la mondialisation : entretien avec Mireille Delmas-Marty, paru dans "L'Humanisme, une idée neuve", Le Courrier de l'UNESCO, octobre-décembre 2011, p. 28-31
  • Mireille Delmas Marty : créoliser la notion d'humanité, 16 décembre 2015, [lire en ligne], pour les 10 ans de la Convention de l'Unesco.
  • Robert Maggiori et Anastasia Vécrin, « Mireille Delmas-Marty : “A l’heure de la mondialisation, nous avons besoin d’un droit flou” », entretien, Libération, 23 septembre 2016, [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :