Loterie nationale (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Paul Bonhoure)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loterie nationale.
image illustrant le jeu
Cet article est une ébauche concernant le jeu.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tirage du 16 nivôse an VIII.

La Loterie nationale française, créée par décret de l'article 136 de la loi de finances du dans le but de venir en aide aux invalides de guerre, aux anciens combattants et aux victimes de calamités agricoles[1],[2], était le plus important organisateur de loterie en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Loterie nationale française est la lointaine héritière de la Loterie royale de France qui fut gérée par l'Administration générale des loteries.

Cette loterie voit le jour par décret, le , pour venir en aide aux invalides de guerre, aux anciens combattants et aux victimes de calamités agricoles[1]. Son premier tirage a lieu au Trocadéro à Paris le , devant une foule de cinq mille personnes; son premier gagnant, Paul Bonhoure, empoche la somme de 5 000 000 de francs (correspondant à 3,3 millions d'euros de 2013). L'heureux détenteur du numéro 18414 de la série H, marié, 50 ans, coiffeur à Tarascon, lègue son salon de coiffure à son assistant et se rend acquéreur d'une grosse voiture et d'une propriété de plus de cinquante hectares près de Beaucaire où s'écoule le reste de son existence[3],[4],[5],[1]. La nouvelle résidence de Paul Bonhoure, connue de tous, est accablée de courriers de gens peu scrupuleux. Les gagnants suivants seront plus discrets sur leurs coordonnées[6].

Les deux gagnants suivants, en décembre 1933, Monsieur Ribière (orthographe à vérifier), charbonnier à Avignon, et, en janvier 1934, Monsieur Raynaud (orthographe à vérifier), boulanger à Cavaillon, seront également fortement médiatisés[3].

Les premiers billets se vendent 100 F et, à partir de 1934, apparaissent des billets de Loterie nationale correspondant aux 1/5e et 1/10e du billet entier (pour une valeur de 50 F et 10 F) qui portent le même numéro. Ce système de fractionnement ouvre la loterie à une plus large clientèle et à de nombreuses associations qui se lancent dans le métier d'émetteur, comme les associations d’anciens combattants et les Gueules cassées dès 1935[7].

La Loterie est reconduite chaque année par les lois de finances successives. Le décret-loi du 12 novembre 1938 qui stigmatisait le « grave danger d’ordre moral des jeux » menace son existence mais les associations d’anciens combattants parviennent à la faire maintenir. Malgré les pénuries de papier, l'irrégularité des trains, les défaillances postales ou les tracasseries des autorités allemandes pendant la seconde Guerre mondiale, les tirages de la loterie nationale se poursuivent salle Pleyel à Paris[8].

Après la guerre, le tirage devient hebdomadaire. Des tranches spéciales apparaissent à la Saint Valentin, la fête des Mères et le vendredi 13. Sévèrement concurrencés par le tiercé créé en 1954, les émetteurs se regroupent en 1974 au sein d’un Groupement d'intérêt économique pour lancer deux ans plus tard un nouveau jeu, le Loto, désormais organisé par la Française des jeux, héritière de la Loterie nationale[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carine Janin, « La Loterie, 80 ans de bons numéros », sur Ouest-France Entreprises,‎
  2. Voir aussi le texte de l'article 136 de la loi du 31 mai 1933 portant fixation du budget général de l'exercice 1933.
  3. a et b Guyonne de Montjou, « 7 novembre 1933 : premier tirage de la Loterie Nationale », émission « Les oubliettes du temps » sur France Inter, 7 novembre 2012.
  4. Voir le site de la Française des Jeux
  5. Florence Renard, « 7 novembre 1933 : premier tirage de la Loterie nationale », 7 novembre 2011
  6. Jean-Claude Guilbert et Gérard Descotils, Le grand livre des loteries, Paris, l'Archipel, , 157 p. (ISBN 2-909241-43-2), P48 ...submergé de lettres d'affairistes, de victimes de l'existence, d'inventeurs inconnus, de virtuoses de la roulette ...
  7. a et b Patrick Liegibel, « La dette des Gueules Cassées ou la création de la Loterie nationale », émission Au fil de l'histoire sur France Inter, 20 janvier 2013
  8. Gueules Cassées. Les grandes dates

Articles connexes[modifier | modifier le code]