Patrice Gourrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Patrice Gourrier
Image illustrative de l’article Patrice Gourrier
Biographie
Naissance (61 ans)
Paris
Ordination sacerdotale
à Poitiers, Vienne[1]
Autres fonctions
Fonction laïque

Patrice Gourrier, né le à Paris[1], est un prêtre catholique[2], psychologue clinicien[3], éditeur[2], écrivain et chroniqueur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prêtre de l'Église catholique[modifier | modifier le code]

En 1983, il entre au séminaire d'Issy-les-Moulineaux qu’il quitte trois ans plus tard[1]. Il a été employé à la Société générale[4]. En 2000 il est ordonné prêtre[5]. En 2004, il devient chroniqueur aux Grandes Gueules, sur RMC. Prêtre auxiliaire à Poitiers centre et est, et aumônier du monde juridique. En 2014, il a été chargé par Mgr Wintzer, archevêque de Poitiers, de développer et de coordonner un pôle de méditation, de développement personnel et spirituel, prenant en compte les nouvelles attentes religieuses.

Le , il est nommé parmi les 1 147 missionnaires de la Miséricorde par le pape François. Il se voit ainsi remettre une lettre de délégation, lui permettant de donner durant le jubilé de la Miséricorde le pardon aux péchés ordinairement réservés au Pape, c'est-à-dire notamment les profanations d'hosties, l'avortement ou encore la trahison du secret de confession[6].

Soutien à Jérôme Kerviel[modifier | modifier le code]

En 2008, il prend la défense de Jérôme Kerviel[7],[Note 1]. Il raconte son engagement et la marche qu'il a entreprise à la suite de l'ancien trader dans un ouvrage paru en , écrit en collaboration avec Richard Amalvy[8].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Talitha Koum ! (avec J. Desbouchages, Prier - Desclée de Brouwer, 2001)
  • Quarante jours pour faire fondre nos « graisses spirituelles » (Desclée de Brouwer, 2002)
  • Marana tha (Desclée de Brouwer, 2002)
  • Huit jours pour reprendre souffle (Prier, 2003)
  • J'ai choisi d'être prêtre (avec J. Rigaud, Flammarion - Desclée de Brouwer, 2003)
  • Huit jours pour habiter son corps (avec M. Moinard, Prier, 2004)
  • Lettre ouverte au prochain pape (Flammarion - Desclée de Brouwer, 2005)
  • Huit jours pour mieux vivre la messe (avec P. Gouband, Prier, 2005)
  • Huit jours pour dire « Notre Père » (Prier, 2006)
  • Parlez-nous d'amour (avec B. Lahaie, Flammarion, 2007)
  • Le dimanche, c'est sacré ! (Lethielleux - Desclée de Brouwer, 2009)
  • 40 jours avec Maurice Zundel et les Pères du désert (avec J. Desbouchages, Presses de la Renaissance - Prier, 2009)
  • Alcoolisme, dépression. Un autre regard (Desclée de Brouwer, 2009)
  • Abba, dis-moi une parole ![3] (ISBN 978-2706709111)
  • Deviens ce que tu es : retrouver la confiance en soi avec Jérôme Desbouchages[9] (ISBN 978-2368900031)
  • Le Jour où ma vie a basculé (avec Richard Amalvy, Le Passeur éditeur, Paris, ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme Kerviel avait été employé par la Société générale. Patrice Gourrier avait été employé par cette même banque.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Bernadette Sauvaget, « Patrice Gourrier. Une croix sur le fric », sur liberation.fr, (consulté le ).
  2. a b c et d Baptiste Bize, « Les multiples vies du père Patrice Gourrier », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  3. a et b Geneviève Delrue, « Entretien avec le père Patrice Gourrier, prêtre et psychologue clinicien », sur rfi.fr, (consulté le ).
  4. Floriane Dumazert, « Qui est le père Gourrier, ce prêtre qui accompagne Jérôme Kerviel ? », sur lci.tf1.fr, (consulté le ).
  5. Claire Chartier, « Seul avec Dieu », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  6. Profession : missionnaire de la Miséricorde
  7. Fabienne Sintès, « Père Patrice Gourrier : "Depuis 2008, j’ai pris la défense de Jérôme (Kerviel)" », sur franceinfo.fr, (consulté le ).
  8. Patrice Gourrier et Richard Amalvy, Le jour où ma vie a basculé, Le Passeur éditeur, Paris, novembre 2014[1]
  9. « Deviens ce que tu es : retrouver la confiance en soi », sur laprocure.com (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]