Pascal Allizard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pascal Allizard
Fonctions
Sénateur du Calvados
En fonction depuis le
(7 ans, 7 mois et 17 jours)
Élection 28 septembre 2014
Réélection 27 septembre 2020
Groupe politique UMP (2014-2015)
LR (depuis 2015)
Maire de Condé-en-Normandie

(1 an et 11 mois)
Prédécesseur Commune nouvelle
Successeur Samuel Lahaye (intérim)
Maire de Condé-sur-Noireau

(20 ans, 6 mois et 13 jours)
Prédécesseur Maurice Piard
Successeur Nelly Leduc (maire déléguée)
Vice-président du conseil général du Calvados

(10 ans, 6 mois et 19 jours)
Conseiller général du Calvados

(16 ans, 7 mois et 8 jours)
Circonscription Canton de Condé-sur-Noireau
Prédécesseur Maurice Piard
Successeur Alexandra Patard
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Paris 17e
Nationalité Française
Parti politique UDF
UMP
Les Républicains
Enfants 5
Diplômé de Université Caen-Normandie
Profession Assistant parlementaire

Pascal Allizard est un homme politique français, né le à Paris (XVIIe). Il vit dans le Calvados depuis 1964 bien que ses activités professionnelles puis politiques le conduisent assez régulièrement dans des déplacements à l’étranger.

Il est sénateur du Calvados depuis le . Il est vice-président de la Commission des Affaires Étrangères, de la Défense et des Forces Armées depuis le 1er octobre 2017.

Il a été maire de Condé-en-Normandie et vice-président du conseil général du Calvados.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts dans l’industrie[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d’un baccalauréat série C, d'une maîtrise d'économie industrielle et d’un DEA en sciences de gestion de l’IAE de l’Université de Caen.

Il commence sa carrière en 1985 au sein de l’entreprise familiale Champaux qui intégrera l’équipementier automobile, MGI Coutier, en 1990. Il en sera le directeur financier des filiales « métal et extrusion » jusqu'en 1998, année où il est nommé directeur de division.

À la tête de la division Ouvrants, il développe l'activité et participe à l'internationalisation du groupe. La division compte cinq sites industriels pour 1 300 collaborateurs et 200 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les activités commerciales et industrielles se développent à l’international sur la Chine, le Brésil, l’Argentine, la Tunisie et la Turquie. En 2002, il rejoint Sedepa, société européenne d'équipement automobile, comme directeur — poste qu'il occupe jusqu'en 2006. Sedepa développe et gère la relation commerciale entre des équipementiers français ou étrangers et les constructeurs automobiles français.

Dans le cadre de son activité industrielle, il aura été vice-président de la chambre de commerce et d'industrie de Caen de 1993 à 1998 ; administrateur du comité d'expansion économique de Basse-Normandie : le Cebanor ; et administrateur du syndicat national du découpage-emboutissage : le Gimef.

Économie et politique[modifier | modifier le code]

Élu maire-adjoint aux Affaires économiques de Condé-sur-Noireau (Calvados) en 1989, il devient maire le , puis président de la communauté de communes du Pays de Condé et de la Druance à sa création en .

Conseiller général du Calvados dès , il sera rapporteur général du budget de 1998 à 2011, aux côtés d'Anne d'Ornano, puis président de la commission des finances, du budget et du personnel jusqu’en 2014, aux côtés de Jean-Léonce Dupont. Sa connaissance du milieu économique sera souvent mise en avant par ses pairs. Il sera ainsi élu à la présidence de Calvados Stratégie (agence départementale de développement économique), de 2002 à 2014, puis, du Conseil national des économies régionales (Fédération nationale des agences de développement économique) de 2011 à 2015.

Il est secrétaire général de l'Union Amicale des Maires du Calvados de 2008 à 2014, aux côtés du Président Ambroise Dupont, après en avoir été son Vice-Président de 2001 à 2008.

Il est vice-président du pôle métropolitain Caen-Normandie de mars 2015 à septembre 2017.

Suppléant et assistant parlementaire du sénateur René Garrec de 2008 à 2014, il est élu sénateur du Calvados le [1].

Culture et diplomatie[modifier | modifier le code]

Passionné de peinture, soucieux de rapprocher la diffusion artistique et la population locale, il multiplie les expositions à Condé-sur-Noireau. Face au succès croissant de ces programmations d’artistes peintres, il engage la création du musée Charles-Léandre. L’espace permanent consacré à Charles Léandre, Eduardo Leon Garrido et à la mémoire locale sort de terre, au sein de la médiathèque municipale. Une programmation régulière d’expositions temporaires sont à voir chaque saison. Le musée obtient rapidement une reconnaissance nationale et attire toujours plus de public diversifié au cœur de la Suisse normande. Féru d’histoire, il publie en 2010 un premier roman historique, Le Rideau et le Ouistiti, aux éditions Charles Corlet.

Pascal Allizard rejoint au Sénat la commission de la culture, de l’éducation et de la communication d' à .

Il est diplômé en 2008 de l’Institut des hautes études de Défense nationale.

Il est membre de la Commission des Affaires européennes du Sénat depuis .

Il est élu vice-président de la délégation française à l'assemblée parlementaire de l’OSCE[2] à son arrivée au Sénat.Il est nommé représentant spécial aux affaires méditerranéennes de l'AP-OSCE en .

En , à Berlin, il est élu par ses pairs vice-président de l'AP-OSCE. Il est réélu à Vienne en juillet 2021.

En , il devient vice-président du groupe PPE au sein de l'AP-OSCE.

Il a participé à plusieurs missions d’observation électorales conduites par l’OSCE : législatives Géorgie 2016, présidentielle Russie 2018, législatives Bulgarie 2021 (chef de mission).

En , il rejoint la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat dont il devient vice-président en . Il est co-rapporteur du programme 144 du budget de la Défense (perspective, études amont, renseignement). Il est co-auteur de vingt-huit rapports sénatoriaux dont deux remarqués sur les relations franco-chinoises et la Puissance chinoise en Europe. Il préside le groupe d'amitié sénatorial France-Pakistan et il est vice-président du groupe d’amitié sénatorial France-Russie.

Pascal Allizard est chevalier de l’ordre national du Mérite depuis 2004 et chevalier de la Légion d’honneur depuis 2011. Il est auditeur de la Défense nationale depuis 2009. Il appartient à la réserve citoyenne de la Gendarmerie nationale avec le grade de lieutenant-colonel de 2009 à 2017 et celui de colonel depuis 2017, titulaire de la médaille de bronze des services militaires volontaires.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Pascal Allizard s’engage pour Alain Juppé aux primaires de la droite et du centre pour l’élection présidentielle de 2017[3] dont il est le porte-parole départemental. Il préside la fédération LR du Calvados de [4] à juin 2019.

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[5]. Il intègre le shadow cabinet mis en place par Laurent Wauquiez avec la responsabilité des Affaires Étrangères. Il reçoit à ce titre le Ministre des Affaires Étrangères du Parti communiste chinois dans sa visite préparatoire à la visite d’Etat du Président chinois à Paris en mars 2019. Il est membre de la Commission Nationale d’Investiture du parti depuis 2017.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pascal Allizard est marié et père de cinq enfants[réf. nécessaire]. Il est le père d'Arthur Allizard, batteur du groupe Granville[réf. nécessaire].

Il ne cache pas son appartenance à la Franc-maçonnerie, membre de la loge parisienne L’Etoile Polaire, du Grand Orient de France.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valentine Godquin, « Pascal Allizard : « J’aime mon pays » » [archive du ], sur www.lornecombattante.fr, (consulté le )
  2. « Pascal Allizard nommé membre de l'OSCE », sur L'Orne Combattante (consulté le )
  3. « Primaire de la droite : le choix des élus de l'Ouest », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Calvados. Pascal Allizard est le nouveau président des Républicains », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]