Parker (personnage littéraire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parker.
Parker
Origine Américain
Sexe Masculin
Activité Voleur

Créé par Donald E. Westlake
Interprété par Lee Marvin
Jim Brown
Michel Constantin
Robert Duvall
Mel Gibson
Jason Statham
Romans Comme une fleur

Parker est un personnage de fiction créé par Donald E. Westlake qui apparaît dans ses romans signés sous le pseudonyme de Richard Stark. Westlake a choisi ce pseudonyme en hommage à Richard Widmark "un acteur magnifique, fantastique dans des rôles menaçants[1]". Son intention en écrivant la première aventure de Parker était de supprimer totalement toute émotion.

À la fin de ce premier roman, Parker se faisait arrêter par la police. L'éditeur demanda cependant à Westlake s'il n'y avait pas un moyen pour que Parker puisse s'échapper. Son intention était de publier deux ou trois livres par an avec ce personnage. Westlake accepta sans difficulté, considérant que Parker était "plutôt meilleur" que la police[1].

Description du personnage[modifier | modifier le code]

Parker est la quintessence du voleur professionnel. Son prénom n'est jamais mentionné dans les romans dans lesquels il apparaît et nombre de détails le concernant restent dans l'ombre (comme son habitude d'attendre les gens assis sur un sofa dans une pièce sombre). Parker est effrayant, non seulement parce qu'il est froid, méthodique et efficace, mais aussi parce que Westlake a réussi à le rendre très crédible. Parker ne s'engage pas dans des tours de force spectaculaires, ce qui le rendrait irréel, mais agit de manière réaliste, en prenant la route la plus directe dans ses actions.

Le premier roman de la série Parker est Comme une fleur (The Hunter adapté deux fois au cinéma Le Point de non-retour et Payback), dans lequel il poursuit son ex-partenaire et son ex-petite-amie, qui l'ont trahi et laissé pour mort. Lentement et méthodiquement, après un court séjour à l'ombre, il les retrouvera et les éliminera puis s'attaquera à l'Organisation, celle-ci protégeant l'un d'eux.

Après cette première aventure, il mettra sur pied des coups mémorables, comme le casse d'une ville entière dans En coupe réglée ou d'une base de l'Air Force dans Le Divan indiscret, à chaque fois des plans parfaitement planifiés, mais dont l'exécution est perturbée par l'incompétence ou la cupidité d'un des partenaires de Parker. Ce schéma conduit généralement à un dénouement sanglant.

Jean-Patrick Manchette a montré comment ce schéma pouvait être décomposé en "figures imposées" : le premier plan d'action n'est pas bon, Parker en impose un autre. Il s'impose lui-même comme leader, généralement sans enthousiasme mais parce qu'il a besoin d'argent. Quelques traits de caractère définissent l'équipe d'exécutants. Le financement, la préparation du matériel et la logistique constituent d'autres séquences[2].

Parker a été représenté de nombreuses fois au cinéma : Lee Marvin (Walker dans Point Blank - Le Point de non retour), Jim Brown (McClain dans The Split - Le crime c'est notre business), Michel Constantin (Georges dans Mise à sac), Robert Duvall (Earl Macklin dans The Outfit - Échec à l'organisation), Peter Coyote (Stone dans Slayground), Mel Gibson (Porter dans Payback) et Jason Statham sous son propre nom dans Parker.

L'interprétation de Lee Marvin dans Le point de non retour (Point Blank) impressionna Westlake au point qu'elle influença la description de Parker dans ses romans ultérieurs[3].

Romans[modifier | modifier le code]

  • Comme une fleur (The Hunter,1962)
  • Peau neuve (Parker fait peau neuve) (The Man With the Getaway Face,1963)
  • La Clique (Parker part en croisade)(The Outfit,1963)
  • Pour l'amour de l'or (The Mourner,1963)
  • En coupe réglée (Parker fait main basse)(The Score,1964)
  • Rien dans le coffre (The Jugger,1965)
  • Le Septième (The Seventh,1966)
  • Sous pression (Parker rafle la mise) (The Handle,1966)
  • Travail aux pièces (The Rare Coin Score,1967)
  • Le Divan indiscret (Parker reprend son vol)(The Green Eagle Score,1967)
  • Blanc-bleu noir (The Black Ice Score,1968)
  • Un petit coup de vinaigre (The Sour Lemon Score,1969)
  • Le Défoncé (Parker sonne l'hallali) (Deadly Edge,1971)
  • Planque à Luna-Park (Slayground, 1971)
  • Portraits gratis (Plunder Squad,1972)
  • Signé Parker (Butcher's Moon,1974)
  • Comeback (Comeback,1998)
  • Backflash (Backflash,1998)
  • Flashfire (Flashfire,2000)
  • Firebreak (Firebreak,2001)
  • Breakout (Breakout,2008)
  • À bout de course! (Nobody Runs forever!,2009)
  • Demandez au perroquet (Ask the Parrot)
  • Argent sale (Dirty Money)

Films[modifier | modifier le code]

Basé de manière non officielle sur le roman The Jugger. Anna Karina y incarne une version féminine de Parker. Westlake n'aime apparemment pas le film. Le producteur Georges de Beauregard n'ayant payé qu'une partie des droits, Westlake obtint par la voie judiciaire les droits d'exploitation aux États-Unis. Cependant comme l'exploitation nécessitait l'accord de Godard et que celui-ci ne le donna jamais, le film n'est jamais sorti officiellement aux États-Unis[3].
Basé sur le premier roman de la série Comme une fleur (The Hunter), il met en scène Lee Marvin dans le rôle de Parker sous le nom de Walker. Le film met aussi en scène Angie Dickinson et Keenan Wynn.
Film français basé sur En coupe réglée (The Score). Michel Constantin reprend le rôle de Parker sous le nom de Georges. Daniel Ivernel, Franco Interlenghi, Paul Le Person et Irène Tunc font partie de la distribution. Claude Sautet a contribué au scénario.
Basé sur Le Septième, il met en scène Jim Brown dans le rôle de Parker sous le nom de McClain. Le film met aussi en scène Gene Hackman, Warren Oates, Donald Sutherland et Ernest Borgnine.
Basé sur le roman La Clique, il met en scène Robert Duvall dans le rôle de Parker sous le nom de Earl Macklin, ainsi que Robert Ryan et Karen Black.
Basé sur le roman du même nom (Planque à Luna Park), Peter Coyote interprète le rôle de Parker sous le nom de Stone.
Également adapté de Comme une fleur (The Hunter), Mel Gibson incarne Parker sous le nom de Porter. Le film met aussi en scène Deborah Unger, Kris Kristofferson, John Glover, Lucy Liu et James Coburn.
Dans cette adaptation de Flashfire, Jason Statham incarne Parker aux côtés de Jennifer Lopez et Nick Nolte.

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Le dessinateur Darwyn Cooke a adapté en bande dessinée quatre des romans de Richard Stark. Les recueils originaux sont publiés aux États-Unis par IDW Publishing et les albums français paraissent chez Dargaud.

  1. The Hunter, 2009 (Le Chasseur, traduction de Tonino Benacquista, 2010)
  2. The Outfit, 2010 (L’Organisation, traduction de Doug Headline, 2011)
  3. The Score, 2012 (Le Casse, traduction de Matz, 2013)
  4. Slayground, 2014 (Fun Island, traduction de Nicolas Richard, 2014)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Entretien avec Donald E. Westlake, Polar no 22, 15.01.1982
  2. Revue Polar no 22, Notes sur l'usage du stéréotype chez Donald Westlake, 15.01.1982
  3. a et b Interview donné par Donald Westlake à Al Nussbaum dans la revue Take One de janvier/février 1974, reprise dans Polar no 19 et 22

Liens[modifier | modifier le code]