Padoue (poule)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Padoue (homonymie).
Padoue
Couple de Padoue doré à liserés blancs (ou chamois)
Couple de Padoue doré à liserés blancs (ou chamois)
Taxon(s) concerné(s)
Nom scientifique Gallus gallus domesticus
Région d’origine
Région Padoue, Drapeau de l'Italie Italie
Caractéristiques
Poids Grande race :

Coq → 2000 à 2250 g
Poule → 1500 à 2000 g
Naine :
Coq → 900g
Poule → 800g

Plumage Doré à liserés noirs, argenté à liserés noirs, doré à lisérés blancs, noir, blanc, bleu, coucou, gris perle.
Caractère Amical
Autre
Utilisation Ornement
Ponte
Poids des œufs Grande race : min. 48 g

Naine : min. 35 g

La Padoue est une race de poule domestique européenne d'ornement, populaire pour sa grande huppe.

Origine[modifier | modifier le code]

La Padoue est issue d'anciennes volailles de campagne européennes, dotées de huppes, provenant d'Italie, des Pays-Bas, d'Allemagne ou de Pologne. Les poules huppées existent depuis l'Antiquité. En effet, des statuettes en marbre de poulets à huppe datant des I-IIe siècles ont été observées par le zoologiste italien Alessandro Ghigi. Elles se trouvent aux Musées du Vatican dans la Sala degli Animali, depuis 1927 [1]. De plus, un squelette de poulet qui présente un crâne de Padoue, c'est-à-dire une excroissance, datant du IVe siècle a été découvert dans le Gloucestershire, en Angleterre [2].

Plusieurs hypothèses sont faites, quant à l'origine de la Padoue. La première suggère que cette poule provient d'Italie, et plus particulièrement de la ville de Padoue [3]. La deuxième hypothèse est que la Padoue serait originaire des Pays-Bas. Le marquis Giovanni Dondi aurait ramené cette volaille de là-bas jusqu'en Italie entre 1330 et 1388 [4]. Néanmoins, aucun écrit sur ce voyage n'a été fait à l'époque, et le premier qui relate cette hypothèse date de 1676 [5]. En revanche, il est possible d'observer des poulets huppés sur le tableau Annunciation peint en 1397 par le peintre italien Jacopo da Verona dans l'oratoire de Saint-Michel à Padoue. La Padoue est donc présente en Italie depuis au moins le XIVe siècle [6]. La dernière hypothèse est que le nom de Padoue est un hommage à Madame de Pompadour qui aimait beaucoup cette race de poules [3]. Cependant, cette hypothèse semble la moins plausible... Même si ses origines sont floues, la Padoue est donc actuellement reconnue comme provenant de Padoue.

En 1600, la Padoue est décrite et illustrée en Italie par Ulisse Aldrovandi sous le nom de gallina patavina dans son encyclopédie sur l’ornithologie nommée Ornithologiae tomus alter cum indice copiosissimo variarum linguarum. Elle est également représentée sur des tableaux hollandais du XVIIe siècle [7]. Elle est élevée en Allemagne depuis le XVIIIe siècle dans ses principaux coloris.

La version naine a été sélectionnée au XIXe siècle en Angleterre, notamment par l'éleveur de poules naines William Entwisle vers 1870, puis aux Pays-Bas où de nombreuses petites poules huppées vivent [8].

Description[modifier | modifier le code]

La Padoue est une volaille de type fermier de taille moyenne, au port fier et relevé, dotée d'une grande huppe pleine. Fort semblable à la Hollandaise huppée, elle se différencie par une barbe et des favoris bien développés. Son plumage lisse et serré au corps, sauf pour les naines où il peut être frisé [9].

C'est une volaille purement ornementale, du fait que sa huppe volumineuse, sa barbe épaisse et ses favoris la rendent relativement vulnérable à l'humidité. Elle est cependant classée comme pondeuse honnête avec ses 120 œufs pondus par an, mais elle reste une piètre couveuse. Elle peut revêtir des coloris surprenants comme la robe doré à liserés blancs (ou chamois), et se rencontre couramment en forme naine.

La Padoue est une race de poules vives mais amicales. La variété naine est plus douce que la grande race.

Standard[modifier | modifier le code]

Représentation de Padoues dorés à liserés noirs, datant de 1885.
  • Crête : absente.
  • Oreillons : petits; dissimulé par la barbe.
  • Couleur des yeux : couleur selon la variété de coloris.
Poussin Padoue d'environ deux semaines.
  • Couleur de la peau : blanche.
  • Couleur des Tarses : couleur selon la variété de coloris.
  • Variétés de plumage pour la grande race : argenté liseré noir, doré liseré noir, fauve liseré blanc, noir, blanc, bleu liseré, coucou, gris perle, porcelaine bariolé.
  • Variété de plumage pour la naine : argenté liseré noir, dor liseré noir, fauve liseré blanc, noir, blanc, bleu liseré, coucou. Toutes ces variétés sont admises en plumage frisé.
  • Couleur du bec : couleur correspondant à celle des tarses.



Grande race :

Naine:

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dessin de deux crânes par Charles Darwin en 1868. L'un présente une protubérance crânienne, l'autre non.

La Padoue a donné son nom a la protubérance crânienne que l'on peut observer chez certaines volailles : le « crâne de Padoue ». Chez certaines races, comme la Poule Soie, il est considéré comme un défaut.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Alessandro Ghigi, Genetica e morfologia dell'ernia cerebrale di alcune razze di polli, Pontificia Accademia delle scienze, , p. Volume 6, partie 1
  2. (en) Don Brothwell, Roman evidence of a crested form of domestic fowl, as indicated by a skull showing associated cerebral hernia, Elsevier - Journal of Archaeological Science, (lire en ligne)
  3. a et b Jean-Claude Périquet, La poule, Rustica éditions, , 112 p. (ISBN 2-84038-500-7), p. 69-70
  4. (it) Conservazione e la Valorizzazione di razze avicole locali Venete, Progetto CO.VA., Vénétie, , 16 p. (lire en ligne), p. 8
  5. (it) Andrea Mangoni, « Appunti di Avicoltura: sfatata la leggenda per cui Giovanni Dondi dell'Orologio avrebbe importato i polli ciuffati? Articolo del dott. Franco Holzer », Oryctes,‎ (lire en ligne)
  6. (it) Andrea Mangoni, « Appunti di Avicoltura: la gallina dal ciuffo era presente a Padova fin dal XIV secolo. Articolo del dott. Franco Holzer. », Oryctes,‎ (lire en ligne)
  7. Ulisse Aldrovandi, Ornithologiae tomus alter...cum indice copiosissimo variarum linguarum, Bologne, , 920 p. (lire en ligne), p. 310-311
  8. Esther Verhoef, Aad Rijs et Christophe Rosson, L'univers des poules, Gründ, , 336 p. (ISBN 2-7000-1095-7), p. 315
  9. « FFV : Poules étrangères », sur http://volaillepoultry.pagesperso-orange.fr (consulté le 23 juillet 2017)