Omar Oussedik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Omar Oussedik
Biographie
Date de naissance ou 1923
Lieu de naissance Aïn El Hammam (Algérie)
Date de décès
Lieu de décès Alger

Omar Oussedik (transcription et translittération variable), né en 1920 ou 1923 à Ain El Hammam[réf. nécessaire] en Algérie, et mort le à Alger en Algérie[1], était un homme politique nationaliste et leader indépendantiste algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille berbère de la région de Kabylie, il est le frère de l'avocat Mourad Oussedik. Vers 22 ans, il a été attiré sur le mouvement pour l'autonomie et l'indépendance algérienne, de rejoindre le Parti du peuple algérien (PPA), dirigée par Messali Hadj. Après le massacre de Sétif, il était parmi ceux qui a poussé pour la formation d'un réseau clandestin armé, l'Organisation Spéciale (OS). Le système d'exploitation a été rapidement écrasé par la France, et en 1948 il a été arrêté par la France et emprisonné à la prison militaire de Blida, où il a été torturé. Après avoir été libéré en 1951, il a quitté pour vivre en France, où il a été actif dans le mouvement syndical algérien.

Il est retourné à rejoindre le nouvellement formé Front de libération nationale (FLN) en 1955[1], sous le nom de guerre de Si Tayeb. Pendant la Guerre d'Algérie (1954-1962), il a occupé des missions politiques comme un poste dans le gouvernement en exil provisoire du FLN, le gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) entre 1958 et 1960. Il a ensuite travaillé comme FLN représentant en Guinée, qui a soutenu la révolte algérienne.

Après l'indépendance en 1962, il a servi comme ambassadeur d'Algérie en Union soviétique, en Bulgarie, en Inde et en Italie, sous-ministre de l'époque étrangère Abdelaziz Bouteflika. Il est mort en 1992.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Omar Oussedik, Algerian Nationalist, 72 », sur nytimes.com, (consulté le 20 juillet 2015).