Olivier Favereau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Favereau.
Olivier Favereau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Olivier Favereau, né le à Paris 15e, est un économiste français.

Formation[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1967, il est également titulaire d'un DES de sciences économiques de la faculté de droit et de sciences économiques de Paris obtenu en 1968. Il est d'abord administrateur au Sénat (commission des affaires sociales), puis collaborateur technique au Centre de Recherches économiques et Sociales (CRES) de l'Université Paris X. Il obtient son doctorat de 3e cycle en finances publiques à l'Université Paris X en juin 1982 et son doctorat d’État de sciences économiques à l'université Paris I en novembre 1982. Il obtient en 1983 l'agrégation de sciences économiques. Nommé alors professeur de sciences économiques à l'Université du Mans (il y sera vice-doyen de la faculté de droit et des sciences économiques), il obtiendra ensuite sa mutation à l'Université Paris X.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

De 1990 à 1999, il est coresponsable (avec Jean-Daniel Reynaud, CNAM et E. Reynaud, CNRS) d'un séminaire mensuel de discussion interdisciplinaire "Le travail : marché et organisation".

Depuis 1991, il est directeur de la formation doctorale (DEA) "Économie des Institutions" (cohabilitation Université Paris X, École des Hautes Études en Sciences Sociales, École Polytechnique). 25 étudiants, 16 professeurs, directeurs de recherche CNRS, directeurs d'études EHESS, ou enseignants-chercheurs habilités.

De 1994 à 2005, il est directeur de l'Unité Mixte de Recherche Paris X-CNRS 7028 FORUM (Fondements des Organisations et des Régulations de l'Univers Marchand) : 100 chercheurs CNRS ou universitaires dont 50 % doctorants financés, répartis dans 4 départements[1].

Depuis 2000, il est directeur de l’école doctorale “Économie, organisations, société" (Université Paris X et École nationale supérieure des mines de Paris, avec le partenariat de l’École polytechnique, de l’ESSEC et de l’ESCP-EAP) : 12 DEA, 20 équipes CNRS d’accueil.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Typologie des déséquilibres et modèles de croissance in : HENIN, P.Y., éd., Études sur l'Économie en Déséquilibre, Economica, Paris, 1980, pp.57‑121.
  • La stabilité du lien Emploi‑Croissance et la loi d'OKUN, Consommation, 1981, n°1, pp.85‑117 (avec Michel MOUILLART).
  • Le chômage est‑il volontaire ?, in : MEIDINGER, C., ed., La nouvelle économie libérale, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris, 1983, pp.45‑78.
  • L'incertain dans la Révolution Keynésienne : L'hypothèse WITTGENSTEIN in Économies et Sociétés, série PE : Oeconomia, n°3, mars 1985, pp.29‑72.
  • KEYNES, SIMON, ou la difficulté de critiquer la Tradition (Néo)Classique, in : DEMAILLY, A. et LE MOIGNE, J‑L., éds, Sciences de l'Intelligence, Sciences de l'Artificiel, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 1986, pp.524‑530.
  • La formalisation du rôle des conventions dans l'allocation des ressources, in : SALAIS, R., et THEVENOT, L., éds, Le Travail : marché, règles et conventions, Economica, Paris, 1986, pp.249‑267.
  • Les modèles Français et Allemand de Marché Interne du Travail : essai de formalisation, (avec Jacques PY et Michel SOLLOGOUB), économie Appliquée, 1986, n°4, pp.819‑846
  • Du bon usage de la logique en méthodologie économique (À propos de : Christian SCHMIDT, La sémantique économique en question, Calmann‑Levy, 1985) in Les cahiers de l'A.C.G.E.P.E. (Association Charles Gide pour l'Étude de la Pensée Économique), volume 1, 1987, pp.73‑92.
  • Probability and Uncertainty: After all, KEYNES was right., Économies et Sociétés, série PE : Oeconomia, n°10, octobre 1988, pp.43‑77.
  • La "Théorie Générale" : de l'économie conventionnelle à l'économie des conventions, Cahiers d'Économie Politique, n°14‑15, 1988, pp.187‑220 et 227‑8 (réponse au commentaire d'Arnaud BERTHOUD).
  • Marchés Internes, Marchés Externes, Revue économique, N° Spécial sur "l'Économie des Conventions", mars 1989, pp.141-145 et 273‑328.
  • Vers un Calcul Économique Organisationnel ?, Revue d'Économie Politique, N° Spécial sur "20 ans de calcul économique public en France", mars‑avril 1989, pp.322‑354.
  • Organisation et Marché, Revue française d'économie, Volume IV, n°1, Hiver 1989, pp.65‑96.
  • Valeur d'option et flexibilité: de la rationalité substantielle à la rationalité procédurale, in : P. COHENDET et P. LLERENA, éds., Flexibilité, Information et Décision, Economica, Paris, 1989, pp.121‑182.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le projet scientifique de l'Unité est de contribuer au renouveau actuel des approches institutionnalistes en économie (économie des Conventions, Approches de la Régulation, Evolutionnisme et Théorie des Coûts de Transaction) dans 5 domaines d'application : marché du travail, monnaie et systèmes de paiement, stratégies des firmes, transition vers l'économie de marché et développement, épistémologie et histoire de la pensée économique.

Lien externe[modifier | modifier le code]