Cordyceps militaris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cordyceps militaris est un champignon ascomycète de la famille des cordycipitacées.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un parasite de chenille. Il produit des stromas jaune-orangé. Il mesure de 5 à 6 cm de haut. Son pied est sinueux et s'élargit en une tête épaisse, finement rugueuse (ostioles).

Il parasite les larves et les nymphes des papillons, notamment les chenilles de Thaumetopoea pityocampa, la Processionnaire du pin[1]. et les chrysalides de Bombyx mori, le Ver à soie[2].

Propriété[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

On en extrait la cordycépine[3] qui a une action anticancéreuse. D'après plusieurs études le Cordyceps aurait un effet bénéfique dans le traitement de certaines cellules cancéreuses[4],[5],[6]. Il permettrait de ralentir la croissance et la division cellulaire. Pour le cancer du sein, il aurait la capacité d'annuler l'activation de la Kinase Akt dans les cellules carcinomateuses[7].

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Deconchat et Jean-Marie Polèse, Champignons: l'encyclopédie, Editions Artemis, (ISBN 9782844161451, lire en ligne)
  2. L'Insecte médicinal, Roland LUPOLI, Ed ANCYROSOMA, 05/2010, (ISBN 2953666109)
  3. Guotong Tong, Yi He, Guoqiang Cai et Xiaofeng Zhou, « Separation of cordycepin from Cordyceps militaris fermentation supernatant using preparative HPLC and evaluation of its antibacterial activity as an NAD+-dependent DNA ligase inhibitor », Experimental and Therapeutic Medicine, vol. 12, no 3,‎ , p. 1812–1816 (ISSN 1792-0981, PMID 27588098, PMCID PMC4998010, DOI 10.3892/etm.2016.3536, lire en ligne, consulté le 4 février 2019)
  4. (en) « Bioactive principles from Cordyceps sinensis: A potent food supplement - A review », Journal of Functional Foods,‎ (DOI 10.1016/j.jff.2013.04.018)
  5. Rongmin Yu, Rongmin Yu, Xianjing Hu et Xianjing Hu, « Cordyceps militaris fraction inhibits the invasion and metastasis of lung cancer cells through the protein kinase B/glycogen synthase kinase 3β/β‑catenin signaling pathway », Oncology Letters, vol. 16, no 6,‎ , p. 6930–6939 (ISSN 1792-1074, PMID 30546425, PMCID PMC6256291, DOI 10.3892/ol.2018.9518, lire en ligne, consulté le 4 février 2019)
  6. Hwan Hee Lee, Seulki Lee, Kanghyo Lee et Yu Su Shin, « Anti-cancer effect of Cordyceps militaris in human colorectal carcinoma RKO cells via cell cycle arrest and mitochondrial apoptosis », DARU Journal of Pharmaceutical Sciences, vol. 23, no 1,‎ , p. 35 (ISSN 2008-2231, PMID 26141646, PMCID PMC4491205, DOI 10.1186/s40199-015-0117-6, lire en ligne, consulté le 4 février 2019)
  7. Ye Jin, Xue Meng, Zhidong Qiu et Yanping Su, « Anti-tumor and anti-metastatic roles of cordycepin, one bioactive compound of Cordyceps militaris », Saudi Journal of Biological Sciences, série Genetic characterization of diseases using molecular markers, vol. 25, no 5,‎ , p. 991–995 (ISSN 1319-562X, PMID 30108453, PMCID PMC6088102, DOI 10.1016/j.sjbs.2018.05.016, lire en ligne, consulté le 4 février 2019)