Odette Ducarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ducarre.
image illustrant l’édition image illustrant un architecte image illustrant français
image illustrant une peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant l’édition, un architecte français et une peintre française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Odette Ducarre est une artiste-peintre et une architecte française.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1944 à 1948, Odette Ducarre poursuit ses études à l'école nationale des beaux-arts de Lyon. Puis elle s'installe à Paris où elle participe à l'atelier de fresques de l'école des beaux-arts de Paris avant de suivre les cours d'architecture à Marseille.

En 1950, elle rencontre l’éditeur Robert Morel (ensemble, ils auront trois enfants François, Marie Morel et Eve).

Travaux[modifier | modifier le code]

Édition[modifier | modifier le code]

Dès la fin des années 1950, Odette Ducarre participe activement au démarrage des éditions Robert Morel en devenant directrice artistique. C'est elle qui crée toutes les maquettes des livres singuliers que l'on connaît aujourd'hui et qui bâtiront la notoriété des éditions Robert Morel[1], aujourd’hui disparues, et invente le principe de plusieurs collections, parmi lesquelles les Célébrations, les O ou la Collection blanche, dont la particularité est de faire commencer le texte sur la première de couverture (idée reprise depuis par d’autres éditeurs).

Ces livres ne sont pas à considérer comme des livres-objets mais, au contraire, comme de vrais livres industriels (leur tirage atteignait parfois 5 000 exemplaires). Odette Ducarre sollicite dans certains cas l'intervention d'autres artistes, par exemple pour réaliser la couverture (Louis Pons (artiste), André Cottavoz, Comby, etc.) ; mais elle intervient également comme artiste, avec le début d'un travail sur les ex-voto (La Croix de la Rose rouge de Loys Masson) qu'elle poursuit actuellement.

Art sacré[modifier | modifier le code]

En dehors des éditions Robert Morel, Odette Ducarre réalise le missel d'autel de l'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce du Plateau d'Assy en Haute-Savoie.

Elle a réalisé plusieurs chemins de croix, ainsi que des vitraux d'églises[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Dans le même temps, dès les années 1960, en tant qu'architecte Odette Ducarre construit une dizaine d'habitations contemporaines dont certaines seront remarquées par la presse. On peut citer la maison Revel à Sainte-Geneviève-des-Bois, la maison Colomb à Sisteron, la maison Eyraud au Revest-Saint-Martin ; aussi l’Usine à livres à Mane, le domaine de Richeaumes ; plusieurs restaurations de bâtiments dont le Jas, la maison Pierrefeu au Revest-des-Brousses, la Porcherie à Rousset-sur-Arc. Aujourd’hui[réf. nécessaire], elle travaille sur le projet d'une demeure noire, revêtue de bitume de Judée.

Ameublement[modifier | modifier le code]

Odette Ducarre crée et fait réaliser des meubles adaptés aux circonstances, dans le souci d’une mode de vie, avec un volume défini. Des tables en bois, en verre, en métal et même en béton (par exemple pour le domaine de Richeaume). Une table ronde en marbre de Carrare (Odette Ducarre est allée travailler en Italie avec le marbrier). Le plateau est une sorte de demi-lune dont l'épaisseur atteint 30 centimètres au centre et s'amincit progressivement jusqu'au bord.

Citation[modifier | modifier le code]

Robert Morel a écrit à propos d'Odette Ducarre :

« Ce qui m’étonne chaque fois que je retrouve ou que je découvre une œuvre d'Odette Ducarre, c'est cette gravité, cette réflexion, cette qualité de silence, d'invention millénaires qui nous font tant défaut, à nous autres américains. Là où nous aurions mis du rouge, elle met du noir ; là où le feu, elle met la nuit, là où l'acier, elle met le verre ; là où le cube, elle met la sphère. Elle appartient au vieux monde et, par quel mystère se montre-t-elle dans tout ce qu'elle réalise, plus jeune que nous, plus audacieuse, plus courageuse que le nouveau monde ? »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur le site consacré à Robert Morel.
  2. Depuis qu’elle a vu le travail très rouge d'Aurélie Nemours, et celui tout blanc de Pierre Soulages, elle dit qu'elle ne fera plus de vitrail.

Lien externe[modifier | modifier le code]