André Cottavoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Cottavoz
Cottavoz Atelier Mourlot.jpg
André Cottavoz à l'Atelier Mourlot 1989 Photo FlorentJacques Cottavoz.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
VallaurisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mouvement


André Cottavoz, né à Saint-Marcellin (Isère) le et mort le à Vallauris[1],[2], est un peintre et lithographe français ayant appartenu au groupe des sanzistes et à l'École de Paris[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1922 à Saint-Marcellin, dans l’Isère, André Cottavoz fait ses études à l’École des beaux-arts de Lyon en 1939.

En 1942, Cottavoz à 20 ans, il fait partie de la classe 22 et doit se rendre au Service du Travail Obligatoire. Le STO, lui vaut une déportation en Autriche avec son camarade Philibert Charrin. Malgré des conditions de vie éprouvantes, ils réussissent à peindre sur des morceaux de carton et même à exposer mais les tableaux seront détruits.

Libéré et ses études terminées, il participe, à partir de 1945, à plusieurs expositions. En 1953, il obtient le prix Fénéon.

Entre-temps, un important mouvement voit le jour : la Nouvelle figuration de l'école de Lyon, ou sanzisme. Jean Fusaro, André Lauran, Jacques Truphémus et Paul Philibert-Charrin se joignent à André Cottavoz pour en exprimer les tendances, à savoir la recherche d'une lumière moins naturelle que jaillissante de l'intérieur même de la toile, intention que pour sa part Cottavoz soutient par l'épaisseur de la « pâte sensuelle qu'il accumule en tons pastel et crayeux […] étant par là figuratif au sens où il part de la réalité, abstrait au sens où il la réduit à son essence[4] » : peindre, pour André Cottavoz, c'est véritablement sculpter ses toiles (où la monochromie n'est pas rare) à la truelle, d'où le surnom qui a pu lui être donné de « Monticelli vert »[5].

À Vallauris où il s'installe définitivement en 1962, André Cottavoz s'intéresse à la céramique émaillée qu'il travaille avec Roger Collet[6].

Les œuvres d'André Cottavoz figurent dans de nombreux musées de France et à l'étranger, et de multiples expositions de ses œuvres ont été organisées en France et à l'étranger à partir de 1946

Contributions bibliophiliques[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Marcel Michaud, Lyon, 1946
  • Galerie Kriegel, Paris, 1965, 1967[7], 1971, 1973
  • Galerie Matignon, Paris, 1980[8]
  • Galerie Tamenaga, Tokyo, Osaka, 1984, 1986, 1987, 1989, 1991, 1993, 1996, 1998, 2001, 2004
  • Galerie Tamenaga, Paris, 1991, 2000, 2004, 2008
  • Magasins Matsuzakaya, Nagoya, Ueno, 1992, 1998
  • Santi Fine Arts Gallery, Djakarta, 1993
  • Château de Vascœuil, 1994
  • Galerie Longchamp, Nice, 1995
  • Galerie Malaval et Saint-Vincent, Lyon, 1996
  • Magasins Printemps, Ginza, Osaka, Shizuoka, 1997
  • Cottavoz, rétrospective, château de Hauterives (partenariat Galerie Emiliani, La Bégude-de-Mazenc)), 1997
  • Galerie Emiliani, La Bégude-de-Mazenc, 1999
  • Rétrospective André Cottavoz, musée Magnelli, Vallauris, juillet-octobre 2005
  • Maison forte de Vourles, février 2014
  • Espace Jean-Salles Sainte-Foy-Lès-Lyon, 2016

Des expositions non datées d'André Cottavoz sont également citées à Genève, Bâle, Turin, Amsterdam et Caracas[9].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Salon de la jeune peinture, Paris, 1946
  • XXIIIe Salon du sud-est (Union régionale des arts plastiques de Lyon), Lyon, novembre 1950 - janvier 1951.
  • Groupe du Sanzisme, Les granges de Servette, Douvaine, 1959, 1969
  • Salon d'automne, 1956, 1957, 1958, 1959, 1960, 1969, 1970, 1972, 1973, 1975, 1976, 1977, 1978, 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987, 1988, 1989, 1990, 1991[10]
  • Salon des Tuileries
  • Salon de Mai
  • Grands et jeunes d'aujourd'hui, Galerie Charpentier, Paris, octobre 1963, avec Georges Feher, Eduardo Arroyo, Orlando Pelayo, Albert Bitran et Gustav Bolin sous le parrainage d'Alexandre Garbell.
  • La collection George et Adèle Besson, Musée des beaux-arts de Besançon, juillet-octobre 1965.
  • Dix-neuf peintres de la nouvelle École de Paris, Musée de Cahors Henri-Martin, septembre 1966.
  • De Bonnard à Baselitz - Dix ans d'enrichissements du cabinet des estampes, Cabinet des estampes, Bibliothèque nationale de France, 1992
  • Galerie Tamenaga, Paris, 1994, 1995, 1998
  • Musée d'art à la mer, Ostende, espace dédié à la Fondation Jeanne Matossian, 2002-2011
  • Hommage aux maîtres lyonnais, galerie Michel Estades, Lyon, décembre 2007
  • Le sanzisme d'hier à aujourd'hui, Maison Ravier, Morestel, mars-juin 2010
  • Les dix ans de la galerie, galerie Michel Estades, Lyon, juin 2010
  • Les artistes s'affranchissent, Centre régional d'art contemporain du Tremblay, Fontenoy (Yonne), juillet-octobre 2011
  • Collection Jeanne Matossian, musée des beaux-arts de Chartres, novembre 2011-octobre 2012.
  • Donation Jeanne Buttner, musée d'art moderne de Troyes, mars-décembre 2012.
  • La mer en toutes lettres, Espace culturel du Vilar, Villers-sur-Mer, juin-juillet 2012.
  • Une collection d'œuvres, galerie Michel Estades, Lyon, octobre-décembre 2012.
  • Dialogue avec la Fondation Bullukian, Musée des beaux-arts de Lyon, octobre-novembre 2014[11].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Bourse du Prix national de peinture, 1949
  • Prix de la Biennale de Menton, 1950
  • Prix Fénéon, 1953

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carnet du jour du Figaro, , p. 19
  2. [1] : Quotidien Le Progrès, Lyon, édition du 13 juillet 2012, article nécrologique par Isabelle Brione.
  3. Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965, Dictionnaire des peintres.
  4. Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains.
  5. Pierre Mazars, L'année de la peinture), p. 40 et 41.
  6. Marie-Pascale Suhard, Les artistes de Vallauris - Roger Collet, Éditions Joël Garcia, Paris, 2006.
  7. André Cottavoz, « interview à propos de son exposition à la galerie Kriegel », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 18 novembre 1967.
  8. Pierre Mazars, Jean-Marie Dunoyer, Jean Selz, L'année de la peinture, p.40 et 41.
  9. Notice biographique d'André Cottavoz établie par la galerie Michel Estandes, Lyon.
  10. Patrick F. Barrer, L'histoire su Salon d'automne de 1903 à nos jours, Les éditions Arts et Images du Monde, 1992, p. 263.
  11. a et b Musée des beaux-arts de Lyon, exposition Dialogue avec la Fondation Bullukian, octobre-novembre 2014
  12. Lonbrail-Teucquam, commissaires-priseurs à Paris, La collection Robert et Manette Martin, 9 juin 2016
  13. Granges de Servette, Biographie d'André Cottavoz selon laquelle la fresque de la Tour d'Argent date de 1986.
  14. W. Van den Bussche, L'art est mon oxygène - collection Jeanne Matossian, PMMK, Ostende, 1999.
  15. Olivier Le Bihan, Bernard Rossignon et Jean-Pierre Boureux, Raymond Buttner collectionneur - Donation Jeanne Buttner au Musée d'art moderne de Troyes, Silvana Editoriale, 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Zeitoun, « Cottavoz », in L'art vivant, 1961.
  • Raymond Nacenta et Alexandre Garbell, École de Paris - 1963, Éditions de la Galerie Charpentier, Paris, 1963.
  • Jean Minjoz et Marie-Lucie Cornillot, Collection George et Adèle Besson, Éditions du Musée des beaux-arts de Besançon, 1967.
  • René Huyghe et Jean Rudel, L'art et le monde moderne, Larousse, 1970.
  • Cottavoz, catalogue d'exposition, Galerie Kriegel, Paris, 1975.
  • Dictionnaire universel de la peinture, Le Robert, 1975, volume 2, p. 99.
  • Charles Sorlier, Cottavoz, Exposition novembre-décembre 1980, Galerie Matignon, édité par la Galerie Matignon, Paris, 1980.
  • Francis Parent et Raymond Perrot, Le salon de la Jeune Peinture - Une histoire 1950-1953, Éditions Jeune Peinture, 1983.
  • André Cottavoz, Cottavoz, Entretien avec Bertrand Duplessis, Éditions Tamenaga, 1987.
  • Bertrand Duplessis, Cottavoz, Éditions Sanbi, 1991.
  • Pierre Mazars, Jean-Marie Dunoyer et Jean Selz, L'année de la peinture, Calmann-Lévy, 1982.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Moeglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, BNF, 1992.
  • André Cottavoz, Au fil des heures, propos recueillis par Bertrand Duplessis, Éditions Sanbi, 1993.
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965, Dictionnaire des peintres, Ides et Calendes, 1993.
  • Raphaël Valensi et Jean-Louis Pinte, Cottavoz, Éditions Sylvio Acatos, Lausanne, 1997.
  • W. Van den Bussche, L'art est mon oxygène - Collection Jeanne Matossian, Éditions PMMK, Ostende, 1999.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999, tome 3 p. 951-952.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001, p. 285.
  • Sandra Benadretti-Pellard, André Cottavoz, itinéraire intérieur, Somogy Éditions, 2007.
  • Vers la lumière - Collection Jeanne Matossian - Exposition Chartres, Musée des beaux-arts, 2011-2012, catalogue, Fondation Jeanne Matossian, Bruxelles, 2011.
  • Olivier Le Bihan, Bernard Rossignon et Jean-Pierre Boureux, Raymond Buttner, collectionneur - Donation Jeanne Buttner au Musée d'art moderne de Troyes, Silvana Editoriale, Milan, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]