Obion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Obion
Description de cette image, également commentée ci-après
Obion à Montpellier en 2009
Nom de naissance Erwan Lucas
Naissance
Concarneau, France
Nationalité français
Profession

Obion, de son vrai nom Erwan Lucas[1], né le à Concarneau, est un illustrateur, scénariste et dessinateur français de bande dessinée, vivant à Brest.

Biographie[modifier | modifier le code]

A ses débuts, Obion a fait partie d'un groupe d'auteurs issus de l'école des Beaux-Arts de Brest, qui crée en 1997 le fanzine Le Violon dingue, dont cinq numéros paraissent. Son premier album, Le Déserteur (sur un scénario de Kris), paraît en 2003 aux éditions Delcourt. Un deuxième tome suit en 2005.

Toujours avec Kris, Obion raconte les aventures de deux jeunes auteurs de BD à travers les strips de KR-OB art, publiés dans le magazine Pavillon Rouge. À la fin du magazine, les aventures de Kr et Ob paraissent sur le site Bulledair jusqu'en 2005.

Également graphiste du groupe Médiavolo, Obion réalise les visuels de leur premier 4 titres Perdu dans l'espace, ainsi que de leurs deux albums, Soleil sans retour (Saravah 2004) et A secret sound (Kalinkaland 2006).

En 2005, il remporte le prix du Ballon Rouge au festival de St Malo[2].

En 2007, Obion dessine l'album Vilebrequin, sur un scénario d'Arnaud Le Gouëfflec pour le label KSTR. L'album reçoit le Grand prix de la ville de Lyon et le Prix jeunesse France Télévisions en 2008[3].

La même année, Joann Sfar et Lewis Trondheim annoncent qu'Obion reprend le dessin de la série Donjon Crépuscule. Il dessine le Donjon 106, Révolutions paru en 2008 chez Delcourt.

En 2010 parait Love blog, album réalisé avec Gally, album humoristique pour public averti. De fin 2012 à début 2014, Obion dessine les aventures de Ulrg, chaque mois dans le magazine Phosphore. En 2013, il rejoint L'Atelier Mastodonte, initié par Lewis Trondheim au scénario et prépublié dans les pages du Journal de Spirou : Obion y contribue, et ses planches sont diffusées dans les tomes III à VI de 2013 à 2019 (Editions Dupuis). Le journal de Spirou publie aussi Ob’Sessions, une série de strips à jeux de mots,

De fin 2012 à début 2014, il crée, pour le magazine Phosphore, les aventures de Ulrg. Il a également été illustrateur récurrent de la revue belge Philéas et Autobule.

En 2015 parait Soucoupes, sur un scénario d'Arnaud Le Gouëfflec aux éditions Glénat. L'album reçoit le Prix Coups de cœur du public au prix de la meilleure bande dessinée de science-fiction des Utopiales[4] et le Prix spécial du jury du Festival de Lyon en 2015.

En 2016, à l’occasion d’une résidence au musée gallo-romain de Lyon, Obion réalise une trentaine de planches qui y seront exposées puis publiées en album sous le titre Obion au musée, aux éditions Lapin[5].

En 2017 parait le premier tome de Mamma mia ! Tome 1. La famille à dames a été prépublié par le magazine Spirou à partir de 2017 et est scénarisé par Lewis Trondheim[6],[7],[8].

Sortie fin 2019 chez Fluide Glacial[9],[10], la bande dessinée Star Fixion est co-scénarisée par Jorge Bernstein. Egalement bien accueilli par la critique, l'album est d'ailleurs sélectionné pour le prix de la BD du Point - Prix Wolinski[11].

Fin 2019 également, dans le cadre d'une résidence à l'initiative de Québec BD et Lyon BD Festival, Obion collabore avec la dessinatrice Bach pour une série de planches sur le Musée de la civilisation de Québec.[12]

Les éditions BD Kidsannoncent la publication d'Une rentrée presque normale, premier tome de Chihuahua, dans lequel les co-auteurs de l'Atelier Mastodonte Nob, Jousselin, Lewis Trondheim et Obion se retrouvent.

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  1. Nuit de chagrin, 2003
  2. Gharojaï, 2005
  1. La Famille à dames, avril 2019

Albums collectifs

  • Tribute to Popeye, editions Charrette, 2010
  • La BD est Charlie, Glénat, 2015
  • La Galerie des gaffes, Dupuis, 2017
  • Fluide Glacial des étoiles, Fluide Glacial, 2017
  • Fluide Glacial vs. Spirou - Guerre & Presse, Fluide Glacial, 2018

Récompenses[modifier | modifier le code]

2006 : Prix du ballon rouge, revenant à un jeune prometteur à Quai des Bulles[15].

2008 : Prix Jeunesse France Télévision et Grand Prix de la Ville de Lyon pour Vilebrequin.

2015 : Prix Coup de cœur du public aux Utopiales et Prix spécial du Jury du festival de Lyon pour Soucoupes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Obion sur BD Gest »
  2. Liste des lauréats du prix ballon rouge.
  3. Claude Combet, « France télévisions décerne ses quatre prix jeunesse », sur livreshebdo.fr, (consulté le )
  4. Eric Guillaud, « Utopiales 2015 : le palmarès complet », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/,
  5. « Obion au Musée, Exposition et journée BD au Musée gallo-romain de Lyon », sur bd-best.com, (consulté le )
  6. Mamma Mia ! T.1 La Famille à dames - Par Obion et Lewis Trondheim - Dupuis, actuabd.com, 24 mai 2019, par Adrien Laurent
  7. https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-avec-mamma-mia-obion-dessine-une-bd-de-droles-de-dames-6376873 Brest. Avec « Mamma mia », Obion dessine une BD de drôles de dames], Ouest-france.fr, 31 mai 2019
  8. «Mamma mia!»: chacune pour soi et toutes pour une! Ledevoir.com, 3 août 2019, par Sylvain Cormier
  9. Chronique de StarFixion Anatomie(s) d'une œuvre !, auracan.com, par Pierre Brussens
  10. Interview Obion : "George Lucas collait parfaitement au personnage", toutenbd.com, 11 novembre 2019, par Emmanuel Lafrogne
  11. Découvrez les six finalistes du prix Wolinski de la BD du « Point », LePoint.fr, 19 novembre 2019, par Romain Brethes
  12. « Au musée avec Bach et Obion », sur uneheureaumusee.ca
  13. Dominique Bry, « Mastodonte : l’atelier des petits plaisantins. Et Milou. », sur diacritik.com/,
  14. Ronan Lancelot, « Star fixion : les boules de l'espace », dBD, no 138,‎ , p. 79.
  15. « Olivier Vatine, Obion, Emile Bravo primés au festival BD de Saint-Malo », AFP Infos Françaises,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gally (interviewée), Obion (interviewé) et Frédéric Bosser, « Love blog : l'amour au numérique », dBD, no 44,‎ , p. 24-27
  • Frédéric Bosser, « Love blog : amour et fantasies », dBD, no 44,‎ , p. 84.

Liens externes[modifier | modifier le code]